•  

    daryl haywood combo : 

     

     

    C est en août 2003  en Finlande qu'ils se rencontrent pour une JAM ,qui va rester le point de départ de leur carrière en commun ;en effet assez rapidement ce jour la, ils vont ce rendre compte qu'il y a "un truc" entre eux un feeling !!

    et qu ils peuvent vite s'orienter vers un style que tous affectionnent le rockabilly .

    Le guitariste K.K de dire : JAKE et TEO ont joue souvent ensemble auparavant ,savaient fort bien ou ils voulaient en venir , un rockabilly  bien 50's en y mettant une "patte" actuelle .Ce premier a aussi joue pour PHAMTOM 409 groupe neo rockabilly donc son jeu est tout de même quelque peu modernise ;il a aussi et la c'est un plus non négligeable dans ce style de musique bien assimile , le style FINDER PICKING de l’époque SUN SESSION .....De plus tous les musiciens habitent dans la même région , ce qui facilite pour les repetitions .

    Donc après quelques repetitions , le potentiel est bien la , ils trouvent vite un nom , partant du prénom du chanteur guitariste ....

    Lors de la finition de leur répertoire , ils enregistrent 6 demos pour la PROMO et en même temps cela devient leur premier disque CRAZY RYTHM ROCK en mars 2004 .

     

    1.
    1. 1
    2.  
    3. 2
    4.  
    5. 3
    6.  
    7. 4
    8.  
    9. 5
    10.  
    11. 6
    12.  
    13. 7
    14.  
    15. 8
    16.  
    17. 9
    18.  
    19. 10
    Crazy Rhythm Rock (2:23) 
     
     
     
     
     
    2.
    1. 1
    2.  
    3. 2
    4.  
    5. 3
    6.  
    7. 4
    8.  
    9. 5
    10.  
    11. 6
    12.  
    13. 7
    14.  
    15. 8
    16.  
    17. 9
    18.  
    19. 10
    Rock Me Pretty Mama (1:50) 
     
     
     
     
    3.
    1. 1
    2.  
    3. 2
    4.  
    5. 3
    6.  
    7. 4
    8.  
    9. 5
    10.  
    11. 6
    12.  
    13. 7
    14.  
    15. 8
    16.  
    17. 9
    18.  
    19. 10
    Red Barn Boogie (2:09) 
     
     
     
     
    4.
    1. 1
    2.  
    3. 2
    4.  
    5. 3
    6.  
    7. 4
    8.  
    9. 5
    10.  
    11. 6
    12.  
    13. 7
    14.  
    15. 8
    16.  
    17. 9
    18.  
    19. 10
    I Can't Lose (2:30) 
     
     
     
     
    5.
    1. 1
    2.  
    3. 2
    4.  
    5. 3
    6.  
    7. 4
    8.  
    9. 5
    10.  
    11. 6
    12.  
    13. 7
    14.  
    15. 8
    16.  
    17. 9
    18.  
    19. 10
    Devil Baby Doll (2:36) 
     
     
     
     
    6.
    1. 1
    2.  
    3. 2
    4.  
    5. 3
    6.  
    7. 4
    8.  
    9. 5
    10.  
    11. 6
    12.  
    13. 7
    14.  
    15. 8
    16.  
    17. 9
    18.  
    19. 10
    Rose Red Lips (2:03) 

    The Daryl Haywood Combo are:
    Tero Lehtonen - Vocals, Acoustic Guitar
    Jake Lähdeniemi - Bull Fiddle
    Kari Kunnas - Lead Guitar
    Harri Tuominen - Drums 

    Sur HUBCATS RECORDS .

    Au debut le batteur etait etait HARRY TUOMINEM , mais il quitte le band et c'est TUOMAS qui le remplace .

    Fin 2005 ils tournent en FINLANDE -SUEDE -DANMARK et HOLLANDE .

    Ils démarrent aussi les enregistrements pour un C.D .Ils vont le faire avec des moyens très retreints mais fin SEPTEMBRE , le matériel est prêt pour etre envoyer en ESPAGNE pour le pressage .En effet grâce à MARC FENECH il sont produit par EMPIRE RECORDS / En novembre sort le C.D : YOU TREaT ME LIKE A NO GOOD qui sort en 2006 sur EMPIRE RECORDS donc .

     

    Artist: Daryl Haywood Combo
    Title: You Treat Me Like A No Good
    Label:   Empire [Southern & Rocking]
    Country: UK
    Date: 2006
    Catalogue: EMPCD-107
    Barcode:  
    Format: CD Album

     

    un groupe donc bien ficelé , un son excellent ,mêlant style 50's à la mode semi néo rockabilly de manière très intelligente  -très très bon guitariste  -vocal agréable -des titres de qualités bref A CE PROCURER !!!! il sort en 2006 sur EMPIRE RECORDS

     

    Membres du groupe 

    Vocals, Daryl / Guitar, K.K. / Upright Bass, Jake / Drums, Thomas

    Influences 

    Eddie Bond, Pat Cupp, Sonny Fisher, Johnny Burnette, Carl Perkins, Charlie Feathers, Joe Clay & various mid-fifties western swing, R&B and rockabilly artists with balls!

     

     

    Tracklist:
    1. You Treat Me Like A No Good
    2. Bankrobber
    3. Heartbreak Train
    4. If You Want To Be My Baby
    5. Too Much Alike
    6. Chicken Run Rock'n'Roll
    7. That Girl Of Mine
    8. Good Time Rag
    9. Crazy Rhythm Rock
    10. I'm Gone Baby Gone
    11. Red Barn Boogie
    12. Rocketship To Planet Love
    13. Tell Me
    14. Be My Baby
    15.
    Radar Jump Fire

    Ils continuent à faire leur chemins en Europe et tournent régulièrement . En 2009 , ils sortent un nouvel OPUS

     

    Résultat de recherche d'images pour "daryl haywood combo"

    I M GONNA GET AWAY

    • ArtisteDaryl Haywood Combo

    • Albumtitel:Haywood Combo, Daryl I'm Gonna Get Away!

    • FormatCD
    • CatégorieRock 'n' Roll
    • Music GenreRock 'n' Roll
    • Music StyleRevival Rock & Roll / Rockabilly
    • Music Sub-Genre267 Revival Rock & Roll/Rockabilly
    • TitreI'm Gonna Get Away!
    • Release date2009
    • MarqueEMPIRE
    • Sous-catégorieRock - Rock'n'Roll
     


    Ils continuent à tourner des dates tous les ans dans les bars - boites et beaucoups de festivals ou soiree rockabilly , un groupe qui se porte bien !!
    MERCI A EUX D EXISTER ....

     Résultat de recherche d'images pour "daryl haywood combo"

     

     Résultat de recherche d'images pour "daryl haywood combo"

     

     Résultat de recherche d'images pour "daryl haywood combo"

    Résultat de recherche d'images pour "daryl haywood combo"

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • ricky nelson : 

     

     

    De son vrai nom ERIC HILLIARD NELSON est né le 8 mai 1940 à TEARNECK, dans le NEW JERSEY .C est en 1930 que ses parents, OZZIE NELSON et HARRIET HILLIARD se rencontrent .L un étant leader d'un Big  band et HARRIET chanteuse .Ricky va baigner donc très tôt dans le "show business" .Ils vont créer en 1944 une série à la RADIO / THE ADVENTURES OF OZZIE AND HARRIET, un peu un feuilleton sur leur familles avec les 2 parents et 2 acteurs pour faire leurs enfants .La série va tres tres bien marcher ,du coup, ils vont se voir la chance de la continuer a la télévision; Ricky et son frère ont du temps rejoint le casting en 1949,il y a toute la famille réunies dans la série et cela va encore mieux fonctionner!!!  un énorme succès .Au commencement RICK va être vite pressenti dans le domaine sportif, plus particulièrement dans le tennis, ou il atteint un niveau honorable .Mais voila au grand désarroi de son père, il lui vient vent d'un certain ELVIS PRESLEY, il a le coup de foudre "musical peut on dire et va s'empresser de ce rendre en studio, pour y enregistrer cette nouvelle musique .Il va reprendre le hit de FATS DOMINO - I M WALKIN, une réelle réussite que le studio TELE va vite exploiter .En effet la série retraçant le vie des NELSONS, vont le programmer dans un des feuilletons, chantant, I M WALKIN de manière moins provocante, moins "BLACK".La mayonnaise va prendre et RICKY va vite atteindre des sommets, le titre va ce vendre à un million d'exemplaires et se classer au BILLBOARD .

    Comme le COLONEL PARKER (via ELVIS), même peut être encore plus, son entourage sait le pouvoir que la télé va engendrer .Ils vont en faire un artiste ROCKER certes, mais acceptable de tous et non rebelle à tendance noires comme PRESLEY, on va parler a ce moment de TEENAGE IDOLE.

    Des le début NELSON sait qu’ il lui faut s'entourer de grandes pointures musicales, il n'a certes pas l'étendue de voix du KING, lui même l'avouant maintes et maintes fois, mais avec JAMES BURTON - JAMES KIRKLAND -JOE OSBORN ,durant 7 ans vont créer un style rock bien à eux et surtout bien varie rockabilly ;rythme and blues etc etc...

    RICKY, des teenage idole va être "le plus rock n roll «et reprendre des standarts rockabilly  des freres burnettes, des titres d ELVIS -Ray charles de BAKER NIGHT bref un astucieux mélange de fougue bien contrôlée, mais a l'inverse de PAT BOONE ETC ETC respectueux de la chanson, du créateur et ses reprises vont être d un excellent niveau .Il va aussi avoir l'intelligence de mettre à son répertoire de superbes ballades ,entrainant les indécis a lui, en affirmant son désir de plaire à tout le monde, encore merci Mr ELVIS .En entendant ses disques, on sent un réel talent au sein de tout le groupe, une technique ferme, juste,un feeling bien WHITE certes, mais pouvant être quelque peu sauvage et bluesy,en quelque sorte bien se détacher des produits MARKETING que va engendrer les teenage idole (fabian etc etc) .De 1957 à 1961 va entrer 36 fois au HOT 100 : 21 ans et déjà 9 disques d'or, il est un des plus grands admirateur de PRESLEY mais un de ses seul vrai concurrent national (eh oui ni gegene -cochran -lee lewis)mais NELSON (cela bien sur ,ne prenant  pas l aspect musical pur mais tout!!!)....

    Rien qu’ avec TRAVELLIN MAN ,les 2 millions vont être dépasses  et que dire de sa FACE B : HELLO MARY LOU, son plus gros tube; NUMERO 1 et dépassant les 7 millions de copies dans le monde !!!!

     Le feuilleton va profiter de ce succès et exploiter le cote ballade de NELSON.  Travelling man DANS LA SERIE peut ainsi être considérer comme la 1ere video ¨(CLIP) de l'histoire du ROCK N ROLL ou scopitone ...

    Le cinéma va donc s'intéresser à lui, mais RICKY va mieux s'en sortir que tous les autres chanteurs rocker tournant dans de bons films, si ce n'est chef d'œuvre : (western) RIO BRAVO avec JOHN WAYNE -DEAN MARTIN; dont le chant ne va pas primer et lorsque :atteint des  scènes cultes (my riffle my pony and me RIO BRAVO) etc ....

    Début 60 IMPERIALS RECORDS sa firme va encore bénéficier de quelques bons albums de NELSON, comme beaucoup de ses "confrères», arrivant la vague anglaise, RICK va s'orienter vers d'autres style, notamment la COUNTRY.

    Il se marie en 1963 et va habiter LOS ANGELES, un enfant va suivre, une fille TRACY le 25 octobre .En 1965,après 14 années et 435  épisodes, la série s'achève .Il va entrer dans une période de galère (musicalement parlant),pour enfin trouver son créneau dans la country, en étant un peu le précurseur de la COUNTRY ROCK ,comme on l'entend à l'époque .EN 1967 va naitre ses jumeaux GUNNAR et MATTHEW .

    EN 1971 il est convaincu qu'il peut au MADISON SQUARE GARDEN y passer avec seul répertoire ses anciens rocks, ce sera un échec .Va germer alors sa période GARDEN PARTY une reconnaissance du milieu, l'album en 1972 va donner une nouvelle image de lui, relançant sa carrière .1974 naissance de son dernier fils SAM.

    Par la suite sa femme ne supportera plus sa vie d'artiste et va divorcer, lui plonger dans la drogue les vices de la vie de troubadours ...

    dans LES ANNEES 80 LE REVIVAL le remet au devant de la scène et va tournée surtout aux states, refaire de la télé et devenir une icone de l'époque :on le verra souvent à MEMPHIS rendre hommage à ELVIS ..

    C est en 1985 que va arriver ce tragique accident d AVION,

    il va être enterre au FOREST LAWER -HOLLYWOOD CEMETERY à LOS ANGELES .

    MERCI A LUI POUR SON TALENT - SA GENTILLESSE - SON HUMILITE

    MERCI D AVOIR EXISTER

    QU IL SOIT BENI

     

    Albums 

     

    • Ricky (1957) (1)
    • Ricky Nelson (1958) (7)
    • Ricky Sings Again (1959) (14)
    • Songs by Ricky (1959) (22)
    • More Songs by Ricky (1960) (18)
    • Rick Is 21 (1961) (8)
    • Album Seven by Rick (1962) (27)
    • Best Sellers By Rick Nelson (1963) (112)
    • It's Up to You (1963) (128)
    • For Your Sweet Love (1963) (20)
    • Rick Nelson Sings "For You" (1964) (14)
    • A Long Vacation (1963)
    • The Very Thought of You (1964)
    • Best Always (1965)
    • Spotlight on Rick (1965)
    • Bright Lights & Country Music (1966)
    • Love and Kisses (1966)
    • Country Fever (1967)
    • I Need You (1968)
    • Perspective (1968)
    • Another Side of Rick (1969)
    • In Concert at the Troubadour, 1969 (1970)
    • Rick Nelson in Concert (1970) (54)
    • Rick Sings Nelson (1970) (196)
    • Rudy the Fifth (1971)
    • Garden Party (1972) (32)
    • Windfall (1974) (190)
    • Intakes (1977)
    • Playing to Win (1981) (153)

     

     Singles discography 

    (Highest chart success on the Billboard charts. When listed twice - 17/2 means that both sides charted individually)

    • "I'm Walkin'" / "A Teenager's Romance" (Verve 10047) (17/2)
    • "You're My One and Only Love" / "Honey Rock" (Verve 10070) (14)
    • " Have I Told You Lately that I Love You" / "Be Bop Baby" (Imperial 5463) (29/3)
    • "Stood Up" / "Waitin' in School" (Imperial 5483) (2/18)
    • "My Bucket's Got a Hole in It" / "Believe What You Say" (Imperial 5503) (18/4)
    • "Poor Little Fool" / "Don't Leave Me This Way" (Imperial 5528) (7)
    • "Lonesome Town" / "I Got a Feeling" (Imperial 5545) (7/10)
    • "It's Late" / "Never Be Anyone Else but You" (Imperial 5565) (9/6)
    • "Just a Little Too Much" / "Sweeter Than You" (Imperial 5595) (9/9)
    • "I Wanna Be Loved" / "Mighty Good" (Imperial 5614) (20/38)
    • "Young Emotions" / "Right by My Side" (Imperial 5663) (12/59)
    • "I'm Not Afraid" / "Yes Sir, That's My Baby" (Imperial 5685) (27/34)
    • "You Are the Only One" / "Milk Cow Blues" (Imperial 5707) (25/79)
    • "Travelin' Man" / "Hello Mary Lou" (Imperial 5741) (1/9)
    • "A Wonder Like You" / "Everlovin'" (Imperial 5770) (11/16)
    • "Young World" / "Summertime" (Imperial 5805) (5/89)
    • "Teen Age Idol" / "I've Got My Eyes on You (And I Like What I See)" (Imperial 5864) (5/105)
    • "It's Up to You" / "I Need You" (Imperial 5901) (6/83)
    • "I'm in Love Again" / "That's All" (Imperial 5910) (67/48)
    • "You Don't Love Me Anymore (And I Can Tell)" / "I Got a Woman" (Decca 31475) (47/49)
    • "If You Can't Rock Me" / "Old Enough to Love" (Imperial 5935) (100/94)
    • "A Long Vacation" / "Mad Mad World" (Imperial 5958) (120)
    • "Gypsy Woman" / "String Along" (Decca 31495) (62/25)
    • "There's Not A Minute" / "Time After Time" (Imperial 5985) (127)
    • "Fools Rush In" / "Down Home" (Decca 31533) (12/126)
    • "Today's Teardrops" / "Thank You Darlin'" (Imperial 66004) (54)
    • "For You" / "That's All She Wrote" (Decca 31574) (9)
    • "Congratulations" / "One Minute to One" (Imperial 66017) (63)
    • "The Very Thought of You" / "I Wonder (If Your Love Will Belong to Me)" (Decca 31612) (26)
    • "Lucky Star" / "Everybody but Me" (Imperial 66039) (127)
    • "There's Nothing I Can Say" / "Lonely Corner" (Decca 31656) (47/113)
    • "A Happy Guy" / "Don't Breathe a Word" (Decca 31703) (82)
    • "Mean Old World" / "When the Chips Are Down" (Decca 31756) (96)
    • "Come Out Dancing" / "Yesterday's Love" (Decca 31800) (130)
    • "Say You Love Me" / "Love and Kisses" (Decca 31845)
    • "Fire Breathin' Dragon" / "Your Kind of Lovin' (Decca 31900)
    • "You Just Can't Quit" / "Louisiana Man" (Decca 31956) (108)
    • "Things You Gave Me" / "Alone" (Decca 32026)
    • "They Don't Give Medals (To Yesterday's Heroes)" / "Take a Broken Heart" (Decca 32055)
    • "Take a City Bride" / "I'm Called Lonely" (Decca 32120)
    • "Suzanne on a Sunday Morning" / "Moonshine" (Decca 32176)
    • "Dream Weaver" / "Baby Close Its Eyes" (Decca 32222)
    • "Don't Blame It on Your Wife" / "Promenade in Green" (Decca 32284)
    • "Don't Make Promises" / "Barefoot Boy" (Decca 32298)
    • "She Belongs to Me" / "Promises" (Decca 32558) (33)
    • "Easy to Be Free" / "Come on In" (Decca 32635) (48)
    • "I Shall Be Released" / "If You Gotta Go, Go Now" (Decca 32676) (102)
    • "Look at Mary" / "We've Got Such a Long Way to Go" (Decca 32711)
    • "How Long" / "Down Along the Bayou Country" (Decca 32739)
    • "Life" / "California" (Decca 32779) (109)
    • "Thank You Lord" / "Sing Me a Song" (Decca 32860)
    • "Gypsy Pilot" / "Love Minus Zero/No Limit" (Decca 32906)
    • " Garden Party" / "So Long Mama" (Decca 32980) (6)
    • "Palace Guard" / "A Flower Opens Gently By" (MCA 40001) (65)
    • "Lifestream" / "Evil Woman Child" (MCA 40130)
    • "Windfall" / "Legacy" (MCA 40187)
    • "One Night Stand" / "Lifestream" (MCA 40214)
    • "Try (Try to Fall in Love)" / "Louisiana Belle" (MCA 40392)
    • "Rock and Roll Lady" / "Fade Away" (MCA 40458)
    • "You Can't Dance" / "It's Another Day" (Epic 50458)
    • "Gimme a Little Sign" / "Something You Can't Buy" (Epic 50501)
    • "Dream Lover" / "That Ain't the Way Love's Supposed to Be" (Epic 50674)
    • "It Hasn't Happened Yet" / "Call It What You Want" (Capitol 4974)
    • "Believe What You Say" / "The Loser Babe Is You" (Capitol 4988)
    • "Give 'em My Number" / "No Fair Falling in Love" (Capitol 5178)
    • "You Know What I Mean" / "Don't Leave Me This Way" (MCA 52781)
    • "Dream Lover" / "Rave On" (Epic 06066)

    Image associée

    Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson rio bravo"

    Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"

    Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"

    Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"

     Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"

    Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"

    Image associéeRésultat de recherche d'images pour "ricky nelson"

    Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"

    Image associéeImage associée

    Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"

    Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"Image associée

    Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"

    Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"

    Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"

    Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"

    Résultat de recherche d'images pour "ricky nelson"

     

    d enfer

    sons  of ricky

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • planete interdite 

     

     

    Planète interdite (Forbidden Planet), 1956, Fred McLeod Wilcox, Etats-Unis, Couleurs (Eastmancolor), Son : 4-pistes Stereo/Mono/Perspecta Stereo.
    Réalisateur : Fred McLeod Wilcox. Assistant réalisateur : George Rhein.Durée : 1h38.
    Sociétés de production : Metro-Goldwyn-Mayer (MGM).
    Distributeur : Metro-Goldwyn-Mayer (MGM).
    Producteur : Nicholas Nayfack.
    Scénario : Cyril Hume d'après une histoire d' Irving Block et Allen Adler inspirée de La Tempête de William Shakespeare.
    Directeur de la photographie : George J. Folsey.Montage : Ferris Webster.
    Casting : .
    Décorateur de production : Irving Block et Mentor Huebner. Décorateur de plateau : Hugh Hunt et Edwin B. Willis.
    Direction artistique : Cedric Gibbons et Arthur Lonergan.
    Maquillages : Sydney Guilaroff et William Tuttle. Costumes : Walter Plunkett (costumes masculins) et Helen Rose (costumes d'Anne Francis).
    Effets spéciaux : Robert Kinoshita (créateur de Robby, le robot), Joe Alves, Howard Fisher, Henri Hillinck (peintres de décors), A. Arnold Gillespie, Joshua Meador, Warren Newcombe, Irving G. Ries (effets spéciaux).
    Musique : Bebe et Louis Barron (sons électroniques).
    Interprètes : Walter Pidgeon (Dr. Edward Morbius), Anne Francis (Altaira Morbius), Leslie Nielsen (Commandant John J. Adams), Warren Stevens (Lt. 'Doc' Ostrow), Jack Kelly (Lt. Jerry Farman), Richard Anderson (CIngénieur Quinn), Earl Holliman (James Dirocco, le cuisinier), Robby the Robot (lui-même), George Wallace (Bosun), Robert Dix (Grey), Jimmy Thompson (Youngerford), James Drury (Joe Strong), Harry Harvey Jr. (Randall), Roger McGee (Lindstrom), Peter Miller (Moran)...
    Date de sortie américaine : 15 Mars 1956. 

     a la fin du 21ème siècle, les hommes ont conquis la Lune, puis bon nombre de planètes. Ce bond dans l'espace est dû à la découverte de l'énergie quanto-gravitique, qui a ainsi ouvert la route des étoiles...

    En 2257, le croiseur spatial C-57-D du commandant Adams se pose sur la planète Altaïr 4, pour secourir le Bellérophon, un vaisseau d'exploration, dont l'équipage n'a plus donné signe de vie depuis vingt ans.

    A l'approche de la planète, le commandant Adams décide de passer outre aux avertissement d'une voix mystérieuse et atterrit. Un étonnant et inquiétant robot survient qui le conduit avec deux de ses officiers, à l'extraordinaire demeure du professeur Morbius. Celui-ci leur apprend que tous les membres de l'expédition sont morts horriblement, tués par un monstre invisible qui n'a épargné que lui et sa fille, la jolie Altaïra. Et il les incite de nouveau à quitter la planète interdite...
     

    Planète interdite reste cinquante ans après sa sortie l'un des chefs d'oeuvre de la science-fiction. Il se distingue des productions de la décennie des fifties par son esthétisme particulièrement cohérent et le soin apporté à tous les décors du film et aux nombreuses peintures sur verre (mate paintings grandioses).

    La beauté du Cinémascope utilisé participe beaucoup à cet enchantement visuel de tous les plans : la découverte de la planète avec ses ciels verts éclairée par deux soleils, les intérieurs de la soucoupe volante terrienne, le complexe souterrain de la civilisation des Krells sont encore aujourd'hui superbement réussis et peuvent être comparables à l'esthétisme de SFX actuels.

    Même si certains dialogues, une intrigue amoureuse un peu niaise et des personnage stéréotypés peuvent sembler décalés, d'autres ressources du film comblent ces défauts inhérents au temps. D'abord le personnage de Robby, le robot, qui lui vaudra de nombreuses autres apparitions au vu du succès d'estime de ce film et ensuite dans l'ambition propos du scénario qui est une transposition S-F de "La tempête" de Shakespeare. Dans la pièce de l'auteur anglais, un vaisseau s'échoue sur une île habitée par Prospero et sa fille Miranda, qui n'a jamais vu d'homme, autre que son père, de sa vie. Ils sont assistés de Ariel, un serviteur acquis à leur cause.

    Le monstre invisible, responsable de la disparition de plusieurs membres du vaisseau, matérialise en fait les pensées refoulées des Krells, à l'origine de leur disparition mais on peut y voir également la volonté d'un père de refouler l'idée d'abandonner sa fille. Cette ambitieuse approche de thêmes dramaturgiques vaut au film tout le statut qu'il possède encore aujourd'hui. Un film S-F permettant une lecture à plusieurs niveaux, chose rare depuis le Metroplois de Lang en 1926, et divers essais plus ou moins réussis dans les années 50. Même si le propos reste assez puritain, les thêmes du dévellopement d'une créature par la pensée (repris dans les Chroniques Martiennes de Bradbury), des risques inhérents à produire trop rapidement la technologie par rapport au comportement humain, ou encore le thème du confrontement de civilisations sont traités de manière habile.

    Par la qualité de ses effets spéciaux et son propos beaucoup plus adulte et ambitieux que les autres productions de l'époque, Planète interdite est un des films majeurs de la science-fiction au cinéma. Il en a tracé la voie jusqu'à la fin des années soixante et la sortie de 2001, l'odyssée de l'espace de Stanley Kubrick.
     

    Planète interdite est le premier film dont la musique a entièrement été réalisée avec des instruments électroniques.
    Louis Barron et Bebe Barron ont traité la bande originale du film en tonalités musicales électroniques en seulement trois mois, le temps donné par Dore Schary, alors à la tête de la MGM. Il a autorisé le studio à leur envoyer une première version du film à Noël 1955, puis la version couleur en Eastmancolor au début de l'année 1956, soit une semaine plus tard, avec beaucoup de séquences d'effets visuelles manquantes mais chronométrées par le monteur Ferris Webster.

    Durant le premier trimestre 1956, ils ont travaillé sur la musique du film dans leur studio de Greenwich Village alors que le film était en post-production dans la ville de Culver City. La bande son a été livrée à la MGM le 1 avril, 1956, et le film a été présenté en avant-première peu de temps après. Une association de musiciens s'est opposé à cette bande originale peu commune et la mention " compositeurs " a dû être supprimée pour être remplacée par le terme " sonorités électroniques ". La musique apporte un atout indéniable à l'ensemble du film. Les deux compositeurs Bebe et Louis Barron ont été découvert par Dore Schary, un producteur, dans un night-club de Greenwich Village, à New-York, et ils ont été immédiatement engagés.
    Le modèle de soucoupe volante terrienne servant de vaisseau spatiale du film a été choisi par les accessoiristes de la MGM. Il fut ensuite dans de nombreuses autres productions de la compagnie, comme dans un épisode de "The Twilight Zone" (La quatrième dimension). Robby le robot et son transporteur motorisé peuvent être également aperçus dans un autre épisode de cette série.
    Robby, le robot 

    Robby est une coque d'une hauteur de 2m29 et d'un poids 45 kg qui permet à un acteur de jouer le rôle d'un robot, même si le mystère concernant la présence ou non d'un homme pour l'animer fut un temps entretenu.

    Sa conception est attribuée à
     Robert Kinoshita et aurait coûté plus de 125000 dollars de l'époque en 1955. Pour le construire, il a fallu utiliser environ 800 m de câble électrique notamment pour alimenter tous les instruments factices contenus dans le tête de verre de Robby.

    Il utilise l'«isotope 217» comme carburant, s'exprime dans de nombreuses langues, peut soulever des poids formidables et peut tout synthétise tout, tout aussi bien des pierres précieuses que des bouteilles de whisky. Il effectue des tâches domestiques telles que la cuisine et le nettoyage et surtout est programmé pour ne jamais porter préjudice à un être humain : une démonstration par l'exemple des trois lois de la robotique d'Asimov est donnée dans le film.

    Lors de la sortie de Planète interdite en France, Robby eut même l'honneur de remonter les Champs-Élysées et d'être interviewer à la télévision par France Roche. Il faut dire qu'après Planète interdite, Robby plut tellement au public qu’il passa l'année suivante du rôle de personnage secondaire à celui de personnage principal, dans le rôle du compagnon de jeu d’un petit garçon dans
     Le Cerveau infernal(1957).

    Il sera vu dans de nombreuses séries télé ou films comme le Gremlins de Joe Dante en 1984. Ce même réalisateur lui fera un autre hommage clin d'oeil dans Les Looney Tunes passent à l'action (2004), dans de la séquence de la Zone 52.

    Filmographie de Robby : Planète interdite (Fobidden planet) : Robby le robot (1956), Le Cerveau infernal (The Invisible Boy) : Robby (1957), Uchu Kaisoku-sen : un jouet (1961), One of Our Spies Is Missing : sa tête est visible (1966), un épisode TV de Columbo ("Au-delà de la folie" (Mind Over Mayhem) : MM7 (1974), Hollywood Boulevard : Robby (1976), Likely Stories, Vol. 3 à la télé : Maid (1983), Gremlins : Robot (1984), Objectif terrienne (Earth Girls Are Easy) : Robot (1988) et Les Looney Tunes passent à l'action (Looney Tunes: Back in Action) : Robert le Robot (en 2003). 

     

     

     

     

    • Un des rares films où les prénoms des personnages de la version française furent francisés (Bertrand, Olivier, etc.) 
    • Le robot de la serie télévisée Perdus dans l'espace (Lost in space) partage beaucoup « des traits de caractère  » de Robby ainsi que certains de ses attributs mécaniques bien que d'une mobilité moins évoluée. Les deux robots ont été créés par le même homme, Robert Kinoshita, et se rencontreront même dans l'épisode 60 de Perdus dans l'espace intitulé Les condamnés de l'espace (Condemned of Space) (cf. [1]). 
    • La musique du film et les effets sonores, crées par les époux Louis Barron et Bebe Barron, forment ce que l'on considère comme la première bande originale de film n'utilisant que des sources électroniques. Le film permit à la musique électronique de toucher le grand public et l'impact sur le développement de cette musique aux USA fut important. 
    • Planète interdite, le film, a fortement influencé la série téléviséePerdus dans l'espace (Lost in space). Les personnages sont différents car nous avons à faire ici avec une sorte de famille Robinson suisse (perdue) dans l'espace, ou plus particulièrement sur une planète, alors que le film décrit un équipage qui s'est écrasé sur une planète, avec peu de survivants, qui vont être secourus... Mais le véritable vecteur de la série est le robot, une copie quasi conforme du film. La série télé, 1965-1968, 83 épisodes sur 3 saisons, a elle-même engendré, en 1998 le film Perdus dans l'espace (Lost in space). 

    http://www.amazon.fr/Forbidden-Planet-Anne-Francis/dp/B00004RF9B 

    Planète Interdite : le remake ?
    Encore un projet pour James « Titanic » Cameron : le réalisateur serait attaché à produire une nouvelle version de Planète Interdite, initialement réalisé par Fred Mc Leod Wilcox en 1956.

    Un projet de producteur 

    Ce sont les studios DreamWorks qui viennent d'acquérir les droits de remake de "Planète interdite". Ces droits ont été acquis auprès de New Line Cinéma par l’intermédiaire du producteur de Perdus dans l’espace : Michael De Luca. Ce dernier dissident de New Line et engagé par DreamWorks récemment a repris le projet à sa charge. Plusieurs réalisateurs étaient attachés au projet : on peu citer Frank Darabont (La ligne verte) et James Cameron, vivement intéréssé par le projet.

    Planète interdite était en 1956, le premier film de science-fiction tourné en couleur (EastmanColor) et en cinémascope. Le scénario était assez ambitieux puisqu’il s’agissait d’une transposition de La Tempête (1611) de William Shakespeare. Dans la pièce théatrale du célèbre dramaturge anglais, un vaisseau fait naufrage sur les récifs d’une île habitée par Prospero.
     

     

    Une des choses qui frappent rapidement le spectateur, à la vision du film, c’est la qualité des effets spéciaux. Les matte paintings en couleurs sont convaincants, même si le décor de la planète Altaïr 4 reste assez conventionnel (sable et arrêtes rocheuses découpées) ; les déplacements et l’atterrissage du vaisseau spatial annoncent ceux utilisés dans la série télévisée Les envahisseurs ; surtout, les apparitions du « monstre » sont indirectement bien mises en valeur, par la modification du champ électrique qui protège le vaisseau et les tirs de désintégrateurs, ou par la déformation des portes métalliques du complexe souterrain. Le combat entre celui-ci et l’équipage est d’ailleurs marquant. Dommage, en revanche, que les éclairages du film soient parfois vacillants.

    Les personnages et leurs dialogues sont par contre bien marqués dans leur temps : un jargon technique pseudo-scientifique (pour le pilotage de l’astronef, ou la construction de l’émetteur), préfigurant celui de Star Trek ; un cuisinier à peine dégrossi de sa campagne, qui semble tout droit sorti des films de guerre de l’époque, et qui se partage la vedette comique avec Robby le robot (et non, Leslie Nielsen était encore un acteur sérieux !), mécanique plutôt poussive, et qui illustre à merveille le décalage pouvant exister entre le cinéma et la littérature de SF (Asimov avait alors déjà décrit ses robots humanoïdes). De même, l’affiche du film -qui n’a que peu de rapport avec l’intrigue- évoque les couvertures des pulps américains des années 30, avec Robby -remplaçant le sempiternel monstre- qui tient dans ses bras l’héroïne, bien sûr évanouie ! A signaler, d’ailleurs, que devant le succès dont il fit l’objet, Robby connut une carrière au-delà de ce film, dans d’autres longs métrages ou dans des séries télévisées

    Plus désagréable, les relations entre Altaira, la seule femme de la planète, et le commandant, en particulier, sont empreintes d’un machisme prononcé ; en gros, les vêtements légers qu’elle porte (aujourd’hui, ils sont courants l’été) ne peuvent que la rendre responsable d’un viol éventuel, vu que les membres de l’équipage sont restés abstinents pendant un an de voyage !! Le seul à paraître plus intelligent est le docteur, qui connaîtra d’ailleurs une fin typique d’un intellectuel... De la même manière, Altaira, qui a passé toute son enfance sur Altaïr 4, sans a priori avoir été « initiée » à la place de la femme dans la morale conservatrice américaine de l’époque, apparaît comme préoccupée surtout par ses tuniques et son apparence... à moins que son père, le professeur Morbius, malgré toute son intelligence (accrue grâce aux appareillages extra-terrestres) ne soit guère devenu émancipé ! Et bien sûr, on a droit à la sempiternelle histoire cucu d’amour pseudo-romantique entre Altaira et rien moins que le commandant, évidemment ! Enfin, l’allusion aux religions comme garde-fous de la barbarie est à la fois grossière et datée.

    L’histoire, quant à elle, commence de façon somme toute assez classique. Une mission en provenance de la Terre part vers Altaïr 4, pour essayer d’élucider la disparition, il y a plusieurs années, du vaisseau d’exploration Béllérophon. Arrivé sur place, l’équipage se voit opposé une fin de non-recevoir par le professeur Morbius, le philologue de la première expédition. L’astronef terrestre se pose néanmoins, et rencontre alors le professeur dans sa villa, où il habite avec sa fille et Robby pour les servir.

    Le film démarre vraiment avec les non-dits de Morbius (le personnage de loin le plus intéressant, humaniste torturé) sur la disparition de ses compagnons d’équipage, puis avec son exposé sur la civilisation des Krells, le peuple qui habita Altaïr 4 et explora l’univers durant un million d’années, avant de disparaître pour une raison inconnue il y a 200 000 ans. le thème, classique, est cependant bien traité, avec certaines idées intéressantes : leur musique (qui anticipe un peu sur le travail de Goldsmith pour La planète des singes) ; la forme des portes (une pyramide) qui ne peut que nous suggérer l’apparence des mystérieux Krells ; leur complexe souterrain, qui s’étale sur des dizaines de km² et des milliers d’étages, est frappant, d’autant que cet aspect colossal est très bien rendu par la comparaison avec les chétives silhouettes humaines ; par conséquent, l’énergie qu’il recèle est phénoménale -capable de détruire une planète-, bien qu’elle soit (limite du niveau technologique atteint dans les années 50) nucléaire ; et enfin, la machine mentale constitue le summum de l’évolution Krell, concrétisation de leur dernier rêve, celui d’une civilisation non-mécanique, et contient la solution et de la disparition de l’espèce extra-terrestre, et des agressions mystérieuses... Une habile illustration des ressources du subconscient freudien. Mais le mieux reste encore de visionner ce classique de la SF au cinéma, éloge du progrès scientifique raisonné et raisonnable, qui, bien que marqué par son temps, demeure fort agréable

    Le livre

    Planète Interdite est paru aux Éditions Hachette en 1957, dans la collection Le Rayon Fantastique, n°47.

     

     

     

     

     

     

    A Hollywood, les années 50 sont celles de la maturation et de l'explosion du cinéma de science-fiction. Logiquement, les grands studios, attirés par les succès de productions indépendantes telles que DESTINATION LUNE ou LA CHOSE D'UN AUTRE MONDE, veulent se lancer sur le créneau. Paramount s'allie avec  George Pal, lequel produit pour eux LA GUERRE DES MONDES, LE CHOC DES MONDES, puis LA CONQUETE DE L'ESPACE. Warner, surpris par le succès de LE MONSTRE DES TEMPS PERDUS, toute petite production aux effets spéciaux signés Ray Harryhausen, s'empresse de produire DES MONSTRES ATTAQUENT LA VILLE. La Fox, de son côté, propose l'ambitieux LE JOUR OU LA TERRE S'ARRETA deRobert Wise. Quant à Universal, le studio du fantastique, il trouve en Jack Arnold son spécialiste du genre, lequel signe LE METEORE DE LA NUIT, L'ETRANGE CREATURE DU LAC NOIR et TARANTULA. 

     

    Pendant ce temps-là, la Metro-Goldwyn-Mayer reste en retrait. Deux scénaristes, Irving Block et Allen Adler, proposent néanmoins une histoire de Space Opera à Nicholas Nayfack, producteur à la MGM depuis 1949. Il se montre séduit, mais la direction du studio s’avère plus réticente. Elle n'accepte de le financer qu'à condition de lui allouer un budget relativement réduit. En fin de compte, PLANETE INTERDITE se fera pour 1,9 millions de dollars : une somme très importante si on la compare à ce qu'Universal investissait dans ses films d'anticipation, mais néanmoins dans la petite moyenne pour un film MGM. 

     

     

    Toujours selon les standards de la MGM, la distribution s’avère modeste. Walter Pidgeon, qui joue le Dr. Morbius, est un acteur expérimenté et talentueux, mais sa renommée n’équivaut pas celle d'une grande star. Quant aux jeunes premiers Anne Francis et Leslie Nielsen (bien avant ses interprétations parodiques dans les films Zucker-Abraham-Zucker), ce ne sont pas non plus de grandes vedettes. Un film de science-fiction appelle aussi de frais particuliers pour la conception de ses effets spéciaux. En l'occurrence, les techniciens de la MGM reçoivent l'aide de spécialistes prêtés par le studio Disney, studio ayant déjà beaucoup expérimenté dans des longs métrages mêlant animation et acteurs (MELODIE DU SUD en 1946), voire les oeuvres recourant à des trucages de toutes sortes (20 000 LIEUES SOUS LES MERS). Pour la mise en scène, le studio choisit dans ses rangs Fred M. Wilcox, un réalisateur qui ne fit guère d'éclats particuliers, avant tout connu pour avoir signer trois volets de la saga cinématographique mettant en scène le chien Lassie... 

     Résultat de recherche d'images pour "planete interdite"

    Résultat de recherche d'images pour "planete interdite"

    Résultat de recherche d'images pour "planete interdite"

    Image associée

    Résultat de recherche d'images pour "planete interdite"

    Image associée

    Image associéeRésultat de recherche d'images pour "planete interdite"

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • RED ROBINSON /

     

    Est né le LE 30 mars 1937 à Comox (BRITISCH COLUMBIA) . Il  est  TRES CERTAINEMENT  le 1er DISC JOCKEY à avoir passé du ROCK N ROLL au Canada (vancouver) .

    Tout en restant au lycée ,Robinson commence à etre actif comme Disc Jockey , en 1954  ;D abord il  improvise quelques canulars téléphoniques visant l’émission pour adolescents diffusée l’après-midi sur la station de radio locale CJOR. Grâce à ses imitations humoristiques de Jimmy Stewart et de Peter Lorre, auxquelles s’ajoutent son assurance, son style décontracté et ses talents naturels d’improvisateur, il est invité par le directeur à se joindre à l’émission. il a alors 16 ans et va bien sur s'intéresser à la musique "grimpante" du moment le ROCK N ROLL . C'est à la station CJOR qu'il passe son premier disque , ce sera MARIE de THE FOUR TUNES .incorporant à ses interprétations de la musique dérivée du Rythm and Blues afro-américain et du rockabilly. Il reçoit alors des insultes et des menaces de la part d’auditeurs, car il diffuse la musique d’artistes noirs tels que Ruth Brown et Lloyd Price. Aussi, préfère-t-il traverser la frontière pour aller acheter lui-même la plupart de ses disques dans la ville voisine de Bellingham, dans l’état de Washington, plutôt que d’attendre qu’ils soient disponibles à Vancouver.

    Il va donc ce spécialiser dans ce style au CANADA , rencontrant notamment  BUDDY HOLLY - ROY ORBISON - EDDIE COCHRAN - RICKY NELSON et bien sur ELVIS PRESLEY..... , des sa venue au Canada . En 1956 il remporte le prix de DISC JOCKEY du Nord ouest , par le journal de la province , dans un sondage . Il est donc souvent invité au programme TELE de CBC (cross canada hit parade) .

    En 1957 , il est donc amené à "couvrir" l"évènement ,la venue du phénomène PRESLEY ,à l'empire STADIUM de VANCOUVER .

     

    Résultat de recherche d'images pour "DJ Red Robinson"

    En effet VANCOUVER a été , une des seules 3 villes , ou le King a joué en dehors des ETATS UNIS . Auparavant , BILL HALEY avait attiré 6000 persones à KERRISDALE , ELVIS va en avoir 5 fois plus,pouvant ce permettre de jouer dans des stades , géant pour l'époque et de  RED : il était tout simplement GEANT ! il est une véritable sensation , le MUST ,de tous ceux que j'ai rencontré , il a été l'artiste le plus impressionnant ,j'ai eu une relation géniale avec lui . Il contribue à transformer la station pour en faire l’une des plus grandes radios spécialisées dans le rock du pays, et a été le maître de cérémonie en 1964 lors du concert des Beatles dans une salle comble, celle de l’Empire Stadium. En 1968, il revient travailler à CJOR comme directeur d’exploitation et en fait une station de radio parlée très populaire.Red Robinson travaille pendant un an dans le service commercial de la station de radio CKLG et devient, en 1971, le DJ d’une émission matinale de CKWX, poste qu’il occupe jusqu’en 1983. Entre 1985 et 1993, il anime une émission, intitulée Reunion, où sont diffusées des vieilles chansons de tout le Canada et à l’occasion d’Expo 86, il organise et présente un spectacle, Legends of Rock‘n’Roll, auquel plus de 40 célébrités participent (p. ex. Ray Charles, the Everly Brothers, Jerry Lee Lewis, Roy Orbison, etc.) et qui dure 13 semaines.En 1993, Red Robinson commence à travailler pour CISL. Il y anime une émission matinale à grande écoute jusqu’en 2000. Bien qu’il parte en retraite en 2001, il continue à présenter une émission hebdomadaire. Adepte de la radio AM durant presque toute sa vie, il anime pour la première fois sur la bande FM, en 2007, une émission sur 104.9 Fun FM, puis finit par retourner sur la bande AM. Il continue de diffuser chaque dimanche, à partir de midi, de vieilles chansons et des entrevues radiophoniques dans l’émission Red Rock Diner, sur CISL.Lors de l’inauguration, en 1995, du Panthéon du rock and roll à Cleveland, en Ohio, Red Robinson fait partie des nombreux DJ pionniers récompensés pour l’immense influence qu’ils ont exercée sur le rock‘n’roll. Red Rock Diner, une pièce écrite par Dean Regan évoquant la carrière de Red Robinson à la fin des années 1950, est jouée à Vancouver à trois reprises, à Toronto ainsi que dans de nombreuses autres villes canadiennes et à Kansas City.

    Le Red Robinson Show Theatre situé au casino Boulevard de Coquitlam, baptisé en l’honneur du célèbre animateur, ouvre ses portes en septembre 2006. Cependant, une polémique éclate à l’automne 2013 lorsqu’on annonce que la salle de spectacle serait rebaptisée Hard Rock Casino – Vancouver, d’après le nom du nouveau propriétaire du casino, à la fin de l’année 2013. Une pétition en ligne, visant à empêcher ce changement de nom, est signée par de grands noms de la scène musicale vancouvéroise, tels que Bruce Allen, Terry David Mulligan et Michael Bublé.

    Le Royal BC Museum de Victoria honore Red Robinson en le faisant figurer parmi les 132 personnalités les plus influentes de la Colombie-Britannique. Celui-ci donne une grande partie de sa collection au musée du Rock’n’roll et se fait l’ardent avocat d’un musée qui est dédié à la radiodiffusion canadienne.

    il a egalement une carriere TELE ET PUBLICITAIRE ....

    QUEQUES UNES DE SES RECOMPENSES

    Récompenses

    Broadcast Performer of the Year, BC Association of Broadcasters (1969)

    Quarter-Century Club, Association canadienne des radiodiffuseurs (1981)

    Ordre du mérite de la radiodiffusion canadienne, The Record (1991)

    100 Distinguished Citizens, North Vancouver Centennial Award (1991)

    Médaille d'honneur du 125e anniversaire de la Confédération du Canada, Gouvernement du Canada (1992)

    BC Entertainment Hall of Fame (1994)

    Canadian Broadcast Hall of Fame (1997)

    Rockabilly Hall of Fame (2000)

    Bruce Allen/Sam Feldman Legend Award, Vancouver Music Industry Association (2008)

    Diplôme honorifique, docteur ès lettres, University of the Fraser Valley (2012)

    Le 27 AOUT dernier il dit au revoir à son métier , il était à CISLSTATION OLDIES ACTUELLE .

     

    LITTLE RICHARD 1957

    ROY ORBISON 1968

    BOB LUMAN 1963

    Résultat de recherche d'images pour "DJ Red Robinson"

    Résultat de recherche d'images pour "DJ Red Robinson"EDDIE COCHRAN 1957

     JOHNNY CASH 1959

    JERRY LEE LEWIS 1986

    Résultat de recherche d'images pour "RED ROBINSON"carl perkins 1986

    DJ RED ROBINSONconnis francis 1958

    DJ RED ROBINSONcrikets 1962

     DJ RED ROBINSONricky nelson 59

    DJ RED ROBINSON

     buddy knox -jimmy bowen 57

    Résultat de recherche d'images pour "RED ROBINSON  and bill haley"bill haley 56

    Résultat de recherche d'images pour "RED ROBINSON and michael buble"michael buble

    et la liste est bien trop longue ....

    merci a lui d exister et pour tout ......que dieu nous le preserve .

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • il y a le film The Thing Called Love actuellement sur paramount channel .

     

    Nashville Blues (The Thing Called Love) est un film américain de Peter Bogdanovich sorti en 1993 aux États-Unis. 

    Résultat de recherche d'images pour "film the thing call in love"

     Genre : Nashville blues. C'est un film qui avait une double vocation : relancer la carrière d'un cinéaste singulier, ex-jeune surdoué subissant échec après échec (Texasville, la suite de La Dernière Séance, Bruits de coulisses...) et confirmer l'envol d'un jeune acteur nommé River Phoenix. Las, alors que le film débutait sa carrière commerciale, on retrouvait le comédien mort d'une overdose dans une boîte de Los Angeles. Les critiques d'alors cherchèrent absurdement dans son jeu la trace de son addiction et de sa détresse : son amertume et sa nonchalance appartenaient-elles au personnage ou à l'homme ? The Thing called love fut déprogrammé, placardisé, directement lancé en vidéo. Vingt ans plus tard, il possède un petit charme vintage : une poignée de vingtenaires, venus des quatre coins des Etats-Unis, se pressent à Nashville, guitare en bandoulière, pour tenter de devenir star de la musique country. Il y a la jolie blonde (la pimpante Samantha Mathis, starlette de l'époque), le poète doué et inconstant (River Phoenix, à qui l'on n'a pas filé les meilleures chansons), l'auteur timide (Dermot Mulroney), triangle amoureux classique — voire un poil banal. Plus marrante, la bonne copine jouée par une Sandra Bullock débutante, et pétulante. Bogdanovitch était arrivé tard sur le film, en deuxième choix, et il fait ce qu'il peut d'un script gentillet et d'acteurs qu'il n'a pas choisis, signant une comédie romantique plutôt innocente, auxquelles les circonstances donnent un piment tragique.— Aurélien Ferenczi

    À Nashville, 10 000 chanteurs-compositeurs cherchent à percer... et ont une chance sur un million d'y parvenir. Pour Miranda qui n'a aucun lien de parenté avec Elvis Presley (Samantha Mathis), c'est un risque à prendre. Fraîchement arrivée de New York, Miranda se lie d'amitié avec trois autres apprentis chanteurs : le timide cowboy du Connecticut Kyle Davidson (Dermot Mulroney), la belle du Sud Linda Lue Linden (Sandra Bullock) et James Wright (River Phoenix), un beau brun Texan effronté à la voix de velours. Ensemble, ils s'embarquent dans un périple plein d'espoirs, de désillusions, de bonheurs... et d'amour. Ponctué de chansons des plus grands de la country, The Thing Called Love vous enchantera. 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • C est à l'age de 88 ans que nous a quitté SONNY BURGESS ce 18  AOUT 2017 .

    SONNY BURGESS

     

    Né dans un ferme de Newport, Arkansas, à 60 miles de Memphis, il est l'un des rares artistes Sun à se démarquer nettement de l'influence d'Elvis Presley, puisant son inspiration directement dans le Rhythm and Blues. On l'entendra notamment sur les radios country de la région de Memphis et plus précisément sur la radio noire WDIA. Il sera même disc-jockey sur la station WLAC de Nashville, animant chaque soir un programme de Rhythm and Blues. 

    Parrallèment, Sonny Burgess se produira avec son groupe les Moonlighters dans les bars de Newport et de Memphis. Il attire alors l'attention de Sam Phillips de Sun Records à Memphis, qui lui propose de l'auditionner et de lui faire enregistrer un disque. Son style, renforcé par l'emploi d'un trompettiste est unique dans les annales du rock'n'roll blanc. 

    En 1956, le trio Burgess, Smith et Kennedy est rejoint par Joe Lewis à la guitare, Jack Nance à la trompette, Johnny Hubblard à la basse et forme le groupe Les Pacers. Le 2 mai 1956, Les Pacers et Sonny Burgess enregistrent un disque pour Sun Records comprenant les versions We Wanna Boogie et Red Headed Woman qui sont de véritables chef d'oeuvre de rockabilly. 

    Il enregistre pour Sun Records jusqu'en 1960, puis se produira alors uniquement dans les différents bars de l'Arkansas. En 1971 Sonny se sépare de son groupe Les Pacers et on n'entendra plus parler de lui jusqu'à la fin des années 1970 où il réapparaît avec la vague Rockabilly qui submerge alors l'Europe. Plusieurs de ses anciens disques de la période Sun sont alors réédités, ainsi que de nouvelles versions pour différents labels. En 1992 le chanteur du groupe des Blasters, Dave Alvin participera à l'album Tennessie Border en compagnie de Sonny Burgess pour le label High Tone Records, de même que plus tard pour le label Rounder Records. En 1999, il fait sensation avec son groupe fétiche Les Pacers , reformé pour l'occasion, au cours d'un concert Rockabilly à Las Vegas. Il enregistrera Still Rockin'and Rollin en 2000, qui sera classé comme le meilleur album country en Europe. 

      

     

     

     

    Image Hosted by ImageShack.us

     

     

    1956/Sept. 1     Sun 247   We Wanna Boogie +Red Headed Woman 

    1957/Mar.       Sun 263      Ain't Got A Thing  +Restless 

    1958/Feb. 3 

    Sun 285                           My Bucket's Got A Hole In It 
      
     Sweet Misery      

     

    1958/Oct. 6

    Sun 304

     

       Thunderbird  [instr.] +Itchy 

     

    1964 

    Razorback R-117

     

      Lawdy Miss Claudia   Willie And The Hand Jive 

     

    1965

    Razorback R-120

     

      Mary Lou  Is It Wrong {

     

    Razorback R-126

     

      School Days  Lonely Hours {

     

    Razorback R-130

     

      St. Louis Blues   Bamboo  [instr.]

     

    Razorback R-132

     

      Don't Let Me Hang Around 
    Restless 

     

    1969

    Razorback R-136

     

       Odessa   Fraulien [!!]

     

    ARA 222

     

      Blues Stay Away From Me 
     
     Fraulein 

     

    acetate]

     

      Hanging Round [!] My Gal {2j
     
     Hootchy Kootchy {O,V , 2j
     
     I've Nothing But Love {2j}

     

    1975

    SP SUN 606 (F)

    Feel So Good / My Babe 

    1975

    SP SUN 612 (F)

    Daddy Blues / One Night 

    1975

    SP SUN 622 (F)

    So Glad You're Mine / All My Sins Are Takens 

    1976

    SP BLACK JACK 4025 (B)

    Honey Hush / Matchbox 

    Albums 

     

    Albums 

    1969

    LP 12" LAKE COUNTRY 503 (CH)

     

    THE OLD GANG : That's Allright Mama / Memphis / According To My Heart / Honey Hush / Cotton Pickin' Mind / Money Honey / Jealous Heart / Suzie Q / Matchbox / Money / Trouble In Mind / Mean Woman Blues / Whole Lotta Shakin' Goin' On

    1969

    LP 12" CAEPE /RAZORBACK RZ 1001 (F)

     

    COUNTRY ROCK - Bamboo / Saint Louis Blues / Don't Let Me Hang Around / May Lou / It Is Wrong / Restless / Lawdy Miss Claudia / Willie And Handjive / Schooldays / Lonely Hours / + Bobby CRAFFORD & THE PACERS

    11/1977

    LP 12" CHARLY CR 3136 (UK)

     

    THE LEGENDARY SUN PERFORMERS - Red Headed Woman / Restless / Going Home / Ain't Got A Thing / Find My Baby For Me / Tomorrow Night / You're Not The One For Me / Thunderbird / We Wanna Boogie / Feel So Good / Y.O.U. / My Bucket's Got A Hole In It / All My Sins Taken Away / Sally Brown / I Love You So / Sadie's Back In Town 

    1981

    LP 10" CHARLY CFM 511 (UK)

     

    HEP CATS SESSION WITH SONNY BURGESS & CARL PERKINS - You / You Can Do No Wrong / All My Sins Are Taken Away / Caldonia / Oh! Mama / Your True Love / Tomorrow Night / Roll Over Beethoven / Find My Baby For Me / Matchbox

    12/1981

    LP 12" CHARLY CRM 2025 (UK)

     

    THE OLD GANG - That's Allright Mama / Memphis / According To My Heart / Honey Hush / Cotton Pickin' Mind / Money Honey / Jealous Heart / Suzie Q / Matchbox / Money / Trouble In Mind / Mean Woman Blues / Whole Lotta Shakin' Goin' On 

    1984

    LP 12" SUNJAY SJLP 561 (SW)

     

    THE FLOOD TAPES 1959-62 - Flip, Flop Ad Fly / Dizzy Miss Lizzy / Stoned In Love With You / KK's Boogie / Mellow Soul / Whatever Happened To The Girls I Knew / City Lights / We Wanna Boogie / Ain't Got A Thing / Crazy Arms / Drinkin' Wine Spo Dee O Dee / Meet Me Anywhere / Hootchie Kootchy / I Can't Help It / Sea Cruise / Little Town Baby / Down At Big Mary's House / Rock'In England

    1985

    LP 12" SUN 1022 (UK)

     

    WE WANNA BOOGIE - Daddy Blues / Wings Of An Angel / Life's Too Short / All Nite Long / Red Headed Woman / We Wanna Boogie / You / Fannie Brown / Goin' Home / Ain't Got a Thing / Gone / Goin' Home (version 2) / Restless 

    1985

    LP 12" SUN 1027 (UK)

     

    SONNY BURGESS AND THE PACERS - Don't Be That Way / Oh Mama / Truckin' Down The Avenue / All My Sins Are Taken Away (Hand Me Down My Walkin' Cane) / My Babe / My Bucket's Got A Hole In It (version 1) / Higher / Sweet Misery / So Glad You're Mine / Mr. Blues / Tomorrow Night / Feel So Good / Find My Baby For Me / My Bucket's Got A Hole In It (version 2) / One Night 

    1986

    LP 12" CHARLY 1039 (UK)

     

    SONNY BURGESS V.3 - Itchy (instr.) /Always Will / Little Town Baby / Changed My Mind / A Kiss Goodnite / Sadie's Back In Town / Thunderbird (instr.) / So Soon / Smootchin' Jill / Sweet Jenny / Tomorrow Never Comes / Ootchie Kootchie / You're Not The One For Me

    1986

    LP 12" ROCKHOUSE LPL 8601 (NL)

     

    RAW DEAL - Raw Deal / Mr. Blues / Sunrock Boogie / I'm Counting On You / Everybody's Movin' Again / Blue Highway / Louisiana Lady / Hot Mama / Get On The Right Track / Spellbound / Hello Memphis / Gotta Find My Baby / Midnight Special / Move It On Over

    1986

    LP 12" ACE WIK 50 (UK)

     

    SPELLBOUND - Move It On Over / Spellbound / I'll Be There / I'm Counting On You / Every's Movin' Again / Rock 'n' Roll Daddy / Raw Deal / Get On The Right Track / Hot Mama / Blue Highway / Sunrock / Louisiana Lady

    1988

    CD CHARLY 92 (UK)

     

    WE WANNA BOOGIE 

    02/1992

    CD ROUNDER SS 36 (US)

     

    WE WANNA BOOGIE - We Wanna Boogie / Red Headed Woman / Ain't Got A Thing / My Bucket's Got A Hole In It / Sadie's Back In Town / A Kiss Goodnite / Ain't Gonna Do It / Mama Loochie / Daddy Blues / Tomorrow Never Comes / Little Town Baby / Gone / Fanny Brown

    03/1992

    CD HIGHTONE HCD-8039 (US)

     

    TENNESSEE BORDER - Tennessee Border / Enough Of You / My Heart Is Achin' For You / Flattop Joint / As Far As I Could Go / Old, Old Man / Automatic Woman / There's Talk In Your Sleep / Stuck Up / I Don't Dig It

    09/1994

    2 CD BEAR FAMILY BCD 15525 (D)

     

    CLASSIC RECORDINGS 1956-1959 : 

    CD 1 : We Wanna Boogie - Red Headed Woman / The Prisoner's Song (alt.1) / We Wanna Boogie (alt.3-actual take 1) / Red Headed Woman (alt.2) / The Prisoner's Song (alt.2) / All Night Long / Life's Too Short To Live / Restless / Ain't Got A Thing / Daddy Blues (alt.2) / Fannie Brown (alt.2) / Ain't Gonna Do It (alt.1) / Daddy Blues (alt.1) / Fannie Brown (alt.1) / You / One Broken Heart / Ain't Gonna Do It (alt.2) / Hand Me Down My Walking Cane / Please Listen To Me (undubbed version) / Gone / Please Listen To Me (overdubbed recording) / My Babe / My Bucket's Got A Hole In It / (undubbed rec.) / Sweet Misery (undubbed master) / Whatcha' Gonna Do / My Bucket's Got A Hole In It (alt.)

    CD 2 : My Bucket's Got A Hole In It / Sweet Misery / Oh Mama! / Truckin' Down The Avenue / So Glad You're Mine -1 / What'cha Gonna Do / Feelin' Good / So Glad You're Mine -2 / One Night / Always Will / Little Town Baby / You're Not The One For Me / Mr. Blues / Find My Baby For Me (false start) / Find My Baby For Me / Tomorrow Night / Tomorrow Never Comes (false start) / Tomorrow Never Comes / Skinny Ginny / So Soon / Mama Loochie -1 / Mama Loochie -2 / Mama Loochie -3 / Itchy / Thunderbird / A Kiss Goodnite / Sadie's Back In Town / Smoochin' Jill / A Kiss Goodnite (alt.) / My Baby Loves Me

    06/1995

    CD AVI 5006 (US)

     

    HITTIN' THAT JUG - BEST OF SONNY BURGESS - We Wanna Boogie / Red Headed Woman / We Wanna Boogie (alternate one) / Restless / Ain't Got A Thing / Daddy Blues (alternate take) / Fannie Brown (alternate one) / One Broken Heart / You / Ain't Gonna Do It (alternate two) / Gone / Please Listen To Me / Sweet Misery / My Bucket's Got A Hole In It / My Bucket's Got A Hole In It (alternate-partial) / Whatcha Gonna Do / Feelin' Good / One Night / Mr. Blues / Find My Baby For Me (Breakdowns) / Tomorrow Night / Itchy / Thunderbird / A Kiss Goodnight / Sadie's Back In Town

    10/1995

    CD CHARLY 8103 (UK)

     

    ARKANSAS WILD MAN - We Wanna Boogie / Red Headed Woman / Prisoner's Song / Restless / Ain't Got A Thing / Daddy Blues / Hand Me Down My Walking Cane (All My Sins Are Taken Away) / Fannie Mae / One Broken Heart / Gone / Please Listen To Me (And Don't Be That Way) / My Babe / Sweet Misery / Oh, Mama! / Truckin' Down The Avenue / What'cha Gonna Do / So Glad You're Mine / One Night / My Little Town Baby / Mr. Blues / Find My Baby For Me / Tomorrow Night / Skinny Ginny / Mama Loochie / Sadie's Back In Town

    06/1996

    CD ROUNDER 3144 (US)

     

    SONNY BURGESS - If I Could I Would / Tiger Rose / Big Black Cadillac / Six Nights A Week / Hang Up The Moon / Bigger Than Elvis / Didn't Know Love At All / Leave Your Lovin' At Home / Fast Train / You Tear Me Up / Lookin' Out For Number One / Hell Yes I Cheated / Catbird Seat / Fly Right On By

    01/1998

    CD COLLECTABLES 6020 (US)

     

    WE WANNA BOOGIE - THE VERY BEST OF SONNY BURGESS - We Wanna Boogie / Daddy Blues / Find My Baby For Me / One Night With You / My Babe  / Feelin' Good / Don't Be That Way / Itchy / Kiss Goodnight / Sweet Misery / Mr. Blues / Oochie Couchie / Thunderbird / Fannie Brown / Always Will / Red-Headed Woman / Sadie's Back In Town / You / Little Town Baby / Tomorrow Night / One Broken Heart

    12/2000

    CD STOMPER TIME 11 (US)

     

    ARKANSAS ROCK 'N' ROLL - We Wanna Boogie / Flip Flop And Fly / Hootchie Kootchie / Little Town Baby / Down At Big Mary's House / Meet Me Anywhere / Dizzy Miss Lizzy / K. K's Boogie / Mellow Soul / Drinkin' Wine, Spo-Dee-O-Dee / Ain't Got A Thing / City Lights / I Can't Help It (If I'm Still In Love With You) / Crazy Arms / Sea Cruise / Stoned In Love With You / Whatever Happened To The Girls I Knew / School Days / Mary Lou / West Memphis / Willie And The Hand Jive / Don't Let Me Hang Around / Sooie / Fraulein / Fanny Mae / Wang Dang Do / My Blue Heaven / Today (I've Nothing But Love) / I Don't Hurt Anymore / Hanging Around My Girl / One Broken Heart / Lawdy Miss Clawdy


    Résultat de recherche d'images pour "Sonny Burgess"Résultat de recherche d'images pour "Sonny Burgess"
     

    Résultat de recherche d'images pour "Sonny Burgess"

    Résultat de recherche d'images pour "Sonny Burgess"

    Résultat de recherche d'images pour "Sonny Burgess"

    Résultat de recherche d'images pour "Sonny Burgess"

    Résultat de recherche d'images pour "Sonny Burgess"

    Résultat de recherche d'images pour "Sonny Burgess"

     Résultat de recherche d'images pour "Sonny Burgess"

    Résultat de recherche d'images pour "Sonny Burgess"

    Résultat de recherche d'images pour "Sonny Burgess"

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • DESPERADO FIVE

     

     

    Ses 5 très bons musiciens jouent depuis plusieurs années  années ensemble à parfaire leur musique.

    Ils ont fait énormément de tournées, chez eux en ALLEMAGNE, mais aussi internationales.

    Ils se produisent fans de clubs renommes ROTEN SALON ou CRUISE INN ou WILD AT HEART ainsi que dans de grandes réunions Européennes MOTO à BIESENTHAL -ROCK au RUMBLE IN THE SLAUGHTERHOUSE .....

    Ils forment un five band très classe aux styles varies  ,50 rock n roll -rythme and blues -jump and jive - .Ils créent leur propre tube très peu de reprises ,mélangeant souvent tous ses styles cites mais ,dans une présentation musicale moderne ,avec le "truc actuel" ,de quoi ne pas faire ringard (INTELLIGENT ET JUDICIEUX COMME J AIME) .

    Ce groupe issu de BERLIN en majeur partie, grace a un très bon jeu scénique, joue souvent à guichet ferme.

    Ils ont pour l'avenir des projets THEATRALS, ce qui laisse percevoir que le band va continuer son chemin, j’en suis ravi ...

    Ils ont aussi participe musicalement au film PAULE et JULIA (2002) .

    Ils passent depuis sur les radios RADIO 1 -RADIO FRITZ, ce qui leur fournissent une publicité de l'autre cote du RHIN ! Ils sont parus sur le très connu magasine ROLLING STONES et sur CONTINENTAL RYSTYLING et sur SOUTHERN AND ROCKIN, ce groupe monte doucement mais surement ...

    ILS ONT SORTI UN C.D  TREAT ME WRONG de très bonne qualité et QUELQUES SINGLES .Le tout cohérent, son et feeling impeccable -

    Ils  continuent leur tournée en EUROPE, j espère pouvoir les voir cette année et surtout qu’ils puissent faire ce style encore longtemps..

    UN BAND D ENFER A RESPECTER ET SUPPORTER SURTOUT.

    MERCI A EUX ET QUE DIEU NOUS LES PRESERVE

     

     

    Guid Vermin - Vocals 

    Jürgen Rubow - Drums 

    Carsten Harbeck - Bass 

    Steffen Deparade - Guitar 

    Winnie Stollorcz - Harp/Sax 

     

    http://www.desperado5.de/site/download/Day_by_Day.mp3 

     

     

     

     

    Desperado Five ''Treat Me Wrong'' Vinyl LP.


    Track listing:

    Knockin'' Myself Out - Unknown Woman - You''re Made For Me - Shake That Thing - Treat Me Wrong - The Loser - Bobo The Racoon - Sometimes - Night Train - Honey Baby - Miss So ''n'' So - Caveman''s Time - Hot Beads of Sweat.
     
    Lively Poundin'' Boppin'' Rockin'' Rockabilly Blues. 

    Résultat de recherche d'images pour "DESPERADO 5 rock"

     

     

    Can't Be Satisfied (CD-2014) 

    Bei Erwerbswunsch Mail an: winnie@desperado5.de

     
    Back With A BANG

    Back With A Bang (CD-2007)

     
    Two! Three! Four!

    Two! Three! Four (CD-2003)

     
    Treat Me Wrong

    Treat Me Wrong (LP&CD-2000)

     
    Treat Me Wrong

    Unknown Woman (45'Single-1995)

    Résultat de recherche d'images pour "DESPERADO 5 rock"

    Résultat de recherche d'images pour "DESPERADO 5 rock"

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • jerry kennedy

     

     

    JERRY KENNEDY travailla 30 années comme guitariste, producteur, même arrangeur pour MERCURY RECORDS, en atteignant dans les 3 catégories de très beaux succès.

    Né à  Shreveport (Texas), ses parents lui achètent sa 1ere guitare  à l’age de 8 ans et en apprend à y jouer avec TILLMAN FRANKS.  Il obtient des 11 ans un petit contrat "de chanteur" il se voit pouvoir en temps que choriste un travail pour la firme RCA. En 1954 c’est la révélation, il assiste à un show d ELVIS, malheureusement, il en sera un peu frustré car les filles criaient tellement qu’il a très peu entendu SCOTTY MOORE …

    Apres avoir fait quelques sessions au TEXAS, on l'envoie a NASHVILLE OU la musique bat son plein ; il est très vite amené a découvrir des talents pour la filial de MERCURY : SMASH RECORDS et produire des sessions d’enregistrements et même d’y jouer ,  son talent se confirme. En 1960 il participe avec Tommy Tomlinson à 4 albums instrumentaux pour MERCURY, avec des musiciens tels :  Hank Garland, Boots Randolph, Bob Moore, et  Harold Bradley .

    En 1962 il est dans les sessions de Nashville pour Johnny Hallyday.

    Il jouera beaucoup pour JERRY LEE LEWIS, RINGO STAR, KRIS KRISTOFFERSON, ELVIS PRESLEY dans un rôle de "limier des studios " car a l'époque c'était courant énormément de musiciens se cantonnaient a ce travail de jouer en studio pour de multiples musiciens, pour leurs disques ou sessions d enregistrements ou autres …. En 1968 il devient VICE PRESIDENT de la partie à NASHVILLE des disques MERCURY.

    C est en 1984 enfin qu’il va créer sa propre compagnie. JK PRODUCTION. Il va produire entres autres The Statler Brothers, Connie Smith, Mel McDaniel, Reba McEntire 

    En 1987, il entre dans les charts Country avec DAVID BRIGGS pour, VANGELIS –Hymne sur MERCURY.

    disco 

    Jerry Kennedy
    Guitar's Greatest Hits 
    Released: 01.01.1961 

    Jerry Kennedy
    Guitar's Greatest Hits, Vol. 2 
    Released: 01.01.1962 

    Jerry Kennedy
    Guitars Play the Sound of Ray Charles 
    Released: 01.01.1962 

    Jerry Kennedy
    Guitars & Strings Play the Golden Standards 

    Jerry Kennedy
    Surfin' Hootenanny 
    Released: 01.01.1963 

    Jerry Kennedy
    From Nashville to Soulville 
    Released: 01.01.1965 

    Jerry Kennedy
    With All Due Respect to Kris Kristofferson 
    Label: Mercury
    Released: 01.01.1971
    Jerry Kennedy
    Jerry Kennedy Plays 
    Label: Mercury
    Released: 01.01.1971 

      

     

    jerry kennedy - song clips

    Song

    Album

       

    Amen

    From Nashville to Soulville 

     

     

    Because They're Young

    Guitar's Greatest Hits, Vol. 2 

     

     

    Big Swede

    Guitar's Greatest Hits, Vol. 2 

     

     

    Birds and the Bees

    From Nashville to Soulville 

     

     

    Bring It Home to Me

    From Nashville to Soulville 

     

     

    Caravan

    Guitar's Greatest Hits 

     

     

    Casey's Last Ride

    With All Due Respect to Kris Kristofferson 

     

     

    Come Sundown

    With All Due Respect to Kris Kristofferson 

     

     

    Cry Cry Cry

    From Nashville to Soulville 

     

     

    Darby's Castle

    With All Due Respect to Kris Kristofferson 

     

     

     

     

     

    Petit il aida même le GRAND JERRY REED pour sa carrière ...

     

     


     
    Buzz Cason, Bobby Bare, BMI's Harry Warner, Chip Young, Bob Beckham, Jerry Reed and Jerry Kennedy 

     

    Jerry Kennedy, Bryan Kennedy, Jerry Reed, Gordon Kennedy, BMI's Shelby Kennedy 

    liste des sessions faites avec le KING 

     

    Ière  SESSIONS POUR JERRY AVEC ELVIS / 15 OCTOBRE 1961 RCA B NASHVILLE 

     

    iL REMPLACE LE FABULEUX hank garland victime de son accident de voiture , tres grave . 

    Pas de fait réellement marquant, cette session ne permettant pas vraiment a JERRY de faire "des envolées " solos guitares rock. C est plutôt l'eternel pianiste FLOYD CRAMER qui sera le principal musicien de cette session.

     

    27 mai 1963 RCA B NASVILLE 

    Il remplace le 27 au pied levé GRADY MARTIN POUR AUSSI UNE FABULEUSE SESSION, MAIS LA, PLUS ROCK . On le verra s’en sortir comme un gant avec des titres de CHOIX, on va mieux retrouver le style  des pickers de Shreveport. Il apporte une couleur indéniable, le bel exemple sur  le superbe LONG LONELY HIGHWAY..

     

    29 - 30 SEPTEMBRE 1963 RCA B NASHVILLE 

    Session pour le film KISSIN COUSSINS. Il viendra renforce l équipe des guitaristes, GRADY MARTIN ET SCOTTY. Jouant même du banjo sur SMOKEY MOUNTAIN BOY.

    Anecdote : on commence à mêler l'argent avec l'art proprement dit pas bon pour la suite des sessions de films cela se vérifiera par la suite. Il faut économiser pour ces sessions. BOURDE bien sur du COLONEL, bien sur ELVIS aurait du de suite faire un halte danger.

    Il en va de même pour le choix des chansons qui par rapport aux sessions dites hors FILMS, semblent bien en retrait.

    MALGRE une liste impressionnante de super musiciens on arrive a un résultat satisfaisant mais pour ELVIS, cela me parait peu digne de lui, surtout sur certain titres ; c est surtout du a un choix de chanson bref ...

     

     

    Image associée

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique