• james brown aka THE KING

     

     

    Gravelands

    Gravelands CD

     
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • PHIL HALEY AND HIS COMMENTS  

     

     

    Cree en 1997

    PHIL HALEY AND HIS COMMENTS DE part son nom est quelque peu influence par le grand BILL HALEY AND HIS COMETS, d'ou aussi une certaine ressemblance vestimentaire, bref un vrai culte.

    Phil Haley & His Comments

    Il en résulte une musique calquée sur leurs aines, bien reproduite avec un son d'époque qui ferait rougir les meilleurs.

    Phil va démarrer avec le saxophoniste ALLEN PARIS pour en arriver à former un vrai BAND au couleur 50’s. Le bassiste basé à Leeds, Martyn Savage, est devenu le troisième membre du groupe. Le trio s'est alors mis à la recherche d'un batteur pour bien  rythmé et donner un son Rock n roll . Brian Nichols est apparu, avec justement  ce style unique de batterie en devenant l'épine dorsale du  groupe, les plaçant sur la route pour devenir l'un des meilleurs groupes de rock and roll d'aujourd'hui.

    Ils vont se produire en EUROPE -AUSTRALIE, remportant de vrai succès et prenant une telle ampleur qu’ un album serait envisageable..

    Ce qui arrive avec le C.D

    Everybody Needs To Rock, Phil Haley & His Comments
    Preston Records, Australia 

     

    2002

    Puis un autre OPUS EN 2008

    Press-Tone Music International ‎– PCD10 

    Phil Haley & His Comments are:
    Phil Haley - Guitar, Vocals
    Martyn Savage - Upright Bass, Backing Vocals
    Allen Paris - Saxophone, Backing Vocals
    Brian Nicholls - Drums 

    EN 2010 Foot Tapping Records ‎– FT099

     

     

     Il continue de sillonner le monde avec leur ROCK N ROLL , leur prestation scénique explosive .Un groupe fabuleux .

    Sort un 4 titres en 2017 

    Talk To Me

    Label:
    Tombstone Records (4) ‎– Tomb-45 123
    Format:
    Vinyl, 7", 45 RPM, EP, Stereo 
    Pays:
    Date:

    Phil Haley & His Comments are:
    Phil Haley - Guitar, Vocals
    Martyn Savage - Upright Bass, Backing Vocals
    Allen Paris - Saxophone, Backing Vocals
    Brian Nicholls - Drums
     

     



     

    Phil Haley & His Comments are:
    Phil Haley -
     Guitar, Vocals
    Martyn Savage -
     Upright Bass, Backing Vocals
    Allen Paris -
     Saxophone, Backing Vocals
    Brian Nicholls -
     Drums 

    Tracklisting "Everybody Needs To Rock":
    Everybody Needs To Rock / Collette / Burn That Candle / Little Piece Of Heaven / Paris Boogie / Hot Dog Buddy Buddy / Mr Boogie / Is That The Time / Can't Stop Me From Dreaming / Hey Pretty Baby / Rock The Comments Boogie / Dim Dim The Lights / Honey Jive / Rock 'N' Roll Party 

    Tracklisting "Talk To Me":
    Talk To Me, Be-Bop, Alley Cat, Baby Loves Rockin' It . 

     https://www.ents24.com/uk/tour-dates/phil-haley-and-his-comments

    quelques dates pour 2018 .

     

    Bien que  sur leur vous trouviez  quelques reprises de Bill Haley (qui, d'ailleurs, sont superbes), la majeure partie  est composée de chansons inédites interprétées dans le style classique de Big Beat Rock 'n' Roll de Haley. 

    Résultat de recherche d'images pour "PHIL HALEY AND HIS COMMENTS"

     

     MERCI A EUX D EXISTER QUE DIEU LES BENISSE

    Résultat de recherche d'images pour "PHIL HALEY AND HIS COMMENTS"

    Résultat de recherche d'images pour "PHIL HALEY AND HIS COMMENTS"

    Résultat de recherche d'images pour "PHIL HALEY AND HIS COMMENTS"

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • PERRY LOPEZ 

     

     

    Ne le 22 juillet 1929 à NEW YORK ou il a commence sa carrière.

    En 1954 il obtient un rôle en 1954 dans un film de science fiction CREATURE FROM THE BLACK LAGOON puis dans JUBILEE TRAIN et DRUM BEAT .

    La sauce prend bien et va décrocher règulièrement  des roles .

    Il a aussi une carte de visite à la television ,surtout dans les series ZORRO - BONANZA -LE VIRGINIEN -MISSION IMPOSSIBLE -WILD WILD WEST - CHARLIE S ANGELS -ETC ETC

    On se rappelle aussi surtout de son rôle d ESTEBAN RODRIGUEZ dans STAR TREK et au cinema POUR CHINATOWN en 1974 ..

    Il a donc aussi fait l indien pour le film FLAMING STAR (les rodeurs de la plaine) avec ELVIS  PRESLEY..

    Apres 1994 il prit sa retraite.

    Lopez est décédé d'un cancer du poumon au centre de réadaptation de Beverly Hills à Beverly Grove, Los Angeles, à l'âge de 78 ans . 

     

     

    Filmography



     

     

     

    1. Confessions of a Hitman (1994) .... Priest
      ... aka Fallen Angels (Australia: video box title) (USA: TV title)
    2. The Two Jakes (1990) .... Captain Lou Escobar 
    3. Kinjite: Forbidden Subjects (1989) .... Eddie Rios
    4. Death Wish 4: The Crackdown (1987) .... Ed Zacharias
    5. "Airwolf" .... Garcia (1 episode, 1985)
      ... aka Lobo del aire (USA: Spanish title)
          -
       Crossover (1985) TV episode .... Garcia
    6. "Hart to Hart" .... Raul Gates (1 episode, 1983)
          -
       A Change of Hart (1983) TV episode .... Raul Gates
    7. "The Fall Guy" .... Police Captain (1 episode, 1983)
          -
       The Molly Sue (1983) TV episode .... Police Captain
    8. "Charlie's Angels" .... Ruiz (1 episode, 1979)
          -
       Angel in a Box (1979) TV episode .... Ruiz
    9. Chinatown (1974) .... Lieutenant Lou Escobar 
    10. Lady Ice (1973) .... Carlos
    11. "Hec Ramsey" .... Juan Mendoza (1 episode, 1972)
          -
       Hangman's Wages (1972) TV episode .... Juan Mendoza
    12. Hec Ramsey (1972) (TV) .... Sergeant Juan Mendoza
      ... aka The Century Turns
    13. "The Mod Squad" .... Lou Delgado (1 episode, 1971)
          -
       Death of a Nobody (1971) TV episode .... Lou Delgado
    14. "Monty Nash" .... Carlos (1 episode, 1971)
          -
       The Ambassador's Daughter (1971) TV episode .... Carlos
    15. "Mannix" (1 episode, 1971)
          -
       Wine from These Grapes (1971) TV episode
    16. Kelly's Heroes (1970) .... Pvt. Petuko
      ... aka Ratnici (Yugoslavia: Serbian title)
    17. Che! (1969) .... Rolando
    18. "The Wild Wild West" .... Dodo Le Blanc / ... (2 episodes, 1967-1969)
          -
       The Night of the Pistoleros (1969) TV episode .... Sanchos
          -
       The Night of the Feathered Fury (1967) TV episode .... Dodo Le Blanc
    19. Bandolero! (1968) .... Frisco
    20. Daring Game (1968) .... Reuben
    21. "Voyage to the Bottom of the Sea" .... Keeler (1 episode, 1968)
          -
       Savage Jungle (1968) TV episode .... Keeler
    22. Sol Madrid (1968) .... Hood #1
      ... aka The Heroin Gang (UK)
    23. "Judd for the Defense" .... Tony Aguila (1 episode, 1967)
          -
       Firebrand (1967) TV episode .... Tony Aguila
    24. "Tarzan" .... Chigger (2 episodes, 1967)
          -
       Mountains of the Moon: Part 2 (1967) TV episode .... Chigger
          -
       Mountains of the Moon: Part 1 (1967) TV episode .... Chigger
    25. "The Man from U.N.C.L.E." (1 episode, 1967)
          -
       The Fiery Angel Affair (1967) TV episode
    26. "Hondo" .... Delgado (1 episode, 1967)
          -
       Hondo and the Singing Wire (1967) TV episode .... Delgado
    27. "Star Trek" .... Rodriguez (1 episode, 1966)
      ... aka Star Trek: TOS (USA: promotional abbreviation)
      ... aka Star Trek: The Original Series (USA: informal title)
          -
       Shore Leave (1966) TV episode .... Rodriguez
    28. "The Time Tunnel" .... Dr. Charles Whitebird / ... (2 episodes, 1966)
          -
       Night of the Long Knives (1966) TV episode .... Major Kabir
          -
       Massacre (1966) TV episode .... Dr. Charles Whitebird
    29. "Mission: Impossible" .... Priest (1 episode, 1966)
          -
       Wheels (1966) TV episode (uncredited) .... Priest
    30. The Rare Breed (1966) .... Juan
    31. "The F.B.I." (1 episode, 1965)
          -
       The Exiles (1965) TV episode
    32. "The Virginian" .... Shotgun (1 episode, 1965)
      ... aka The Men from Shiloh (USA: new title)
          -
       Ring of Silence (1965) TV episode .... Shotgun
    33. "Kraft Suspense Theatre" .... Candido Gomez (1 episode, 1964)
          -
       Threepersons (1964) TV episode .... Candido Gomez
    34. "Wagon Train" .... Jeff / ... (4 episodes, 1961-1964)
      ... aka Major Adams, Trail Master
          -
       The Santiago Quesada Story (1964) TV episode .... Lance Starbuck
          -
       The John Bernard Story (1962) TV episode .... Mitsina
          -
       The Madame Sagittarius Story (1962) TV episode
          -
       The Jed Polke Story (1961) TV episode .... Jeff
    35. "Redigo" .... Afraid of His Own Horses (1 episode, 1963)
          -
       The Hunters (1963) TV episode .... Afraid of His Own Horses
    36. McLintock! (1963) .... Davey Elk
    37. "Naked City" .... Howard Running Bear (1 episode, 1963)
          -
       Howard Running Bear Is a Turtle (1963) TV episode .... Howard Running Bear
    38. "Bonanza" .... Duke Miller (1 episode, 1963)
      ... aka Ponderosa (USA: rerun title)
          -
       The Last Haircut (1963) TV episode .... Duke Miller
    39. Taras Bulba (1962) .... Ostap Bulba
    40. "Cain's Hundred" .... Nico Berengeri (1 episode, 1962)
          -
       Woman of Silence (1962) TV episode .... Nico Berengeri
    41. "Checkmate" .... Juan Moreno (1 episode, 1961)
          -
       Juan Moreno's Body (1961) TV episode .... Juan Moreno
    42. Man-Trap (1961) .... Puerco
    43. "Have Gun - Will Travel" .... Theo Brent (1 episode, 1961)
          -
       The Siege (1961) TV episode .... Theo Brent
    44. Flaming Star (1960) (uncredited) .... Two Moons
    45. "Riverboat" .... James Evans (1 episode, 1960)
          -
       The Long Trail (1960) TV episode .... James Evans
    46. "Troubleshooters" .... Rodriguez (1 episode, 1960)
          -
       The Big Blaze (1960) TV episode .... Rodriguez
    47. "The Rebel" .... Iron Hand (1 episode, 1959)
          -
       Yellow Hair (1959) TV episode .... Iron Hand
    48. Cry Tough (1959) .... Toro
    49. "The Rifleman" .... Manolo Argentez (1 episode, 1958)
          -
       The Gaucho (1958) TV episode .... Manolo Argentez
    50. "Zorro" .... Joaquin Castenada (4 episodes, 1958)
          -
       Ambush (1958) TV episode .... Joaquin Castenada
          -
       Zorro and the Flag of Truce (1958) TV episode .... Joaquin Castenada
          -
       An Eye for an Eye (1958) TV episode .... Joaquin Castenada
          -
       The New Order (1958) TV episode .... Joaquin Castenada
    51. "Tombstone Territory" .... Juan (1 episode, 1958)
          -
       Legacy of Death (1958) TV episode .... Juan
    52. Violent Road (1958) .... Manuelo
      ... aka Hell's Highway
    53. "Suspicion" .... Dominic (1 episode, 1958)
          -
       The Bull Skinner (1958) TV episode .... Dominic
    54. "Alfred Hitchcock Presents" .... Julio (1 episode, 1958)
          -
       Disappearing Trick (1958) TV episode .... Julio
    55. The Deep Six (1958) .... Al Mendoza
    56. "Meet McGraw" .... Lee Sales (1 episode, 1957)
      ... aka The Adventures of McGraw (USA: new title)
          -
       The Fighter (1957) TV episode .... Lee Sales
    57. Omar Khayyam (1957) .... Prince Ahmud
      ... aka The Life, Loves and Adventures of Omar Khayyam
      ... aka The Loves of Omar Khayyam (USA)
    58. "The Adventures of Jim Bowie" .... Jethro Pumphrey (1 episode, 1957)
          -
       Jackson's Assassination (1957) TV episode .... Jethro Pumphrey
    59. "Cavalcade of America" .... Pete Salavedo (1 episode, 1956)
      ... aka DuPont Presents the Cavalcade Theatre (USA: fourth season title)
      ... aka DuPont Theater (USA: fifth season title)
          -
       Monument to a Young Man (1956) TV episode .... Pete Salavedo
    60. The Young Guns (1956) .... San Antone
    61. The Steel Jungle (1956) .... Ed Novak
    62. The Lone Ranger (1956) .... Pete Ramirez
    63. Hell on Frisco Bay (1955) .... Mario Amato
    64. I Died a Thousand Times (1955) .... Louis Mendoza
    65. The McConnell Story (1955) .... Red
      ... aka Tiger in the Sky (UK)
    66. Mister Roberts (1955) .... Rodrigues
    67. Battle Cry (1955) .... Pvt. Joe Gomez aka Spanish Joe
    68. Drum Beat (1954/I) .... Bogus Charlie
      ... aka Delmer Daves' Drum Beat (USA: complete title)
    69. Jubilee Trail (1954) (uncredited) .... Silva's son
    70. Creature from the Black Lagoon (1954) (uncredited) .... Tomas

    Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ"Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ"

    Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ"

    Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ"

    Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ"

    Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ"

    Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ"

    Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ"Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ"

    Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ"

    comme vous le voyez il a partagé  et cotoyé énormement de vedettes ou stars ou e grand(es) acteurs(ices) ........Il a signé à un contrat chez Warner Bros. Studios en 1954 .Il a été l ami de JAMES DEAN .

    Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ" 

    Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ and elvis in flaming star" 

    Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ and elvis in flaming star" 

    Résultat de recherche d'images pour "PERRY LOPEZ and elvis in flaming star"dans FLAMING STAR 

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  
    THE GUTTER BOYS
     
     
     
     
    Résultat de recherche d'images pour "The Gutter Boys"
     
     
     
     
     
     
     
     
     
     Comme bien des histoires, celle de The Gutter Boys commence par une rencontre... Et par un rendez-vous raté ! 
    1996. Alors que le rockabilly et ses variantes est annoncé moribond par bien des spécialistes autoproclamés, que la scène underground, en dehors de quelques exceptions notables, se cristallise autour de nouveaux «produits» labellisés «indie», les auspices ne sont pas forcément favorables à ceux qui nagent à contre-courant. Tentés par l'alliance objective, Frank Peauger (guitare), adepte du néo-rockabilly et de cinéma western, et Julien Bourrousse (contrebasse), psychobilly dans l'âme, tentent un coup avec Gilles Krauss (chant), amoureux du grain vintage façon Sun Records. Résultat sans appel : la mayonnaise ne prend pas. Et pourtant...
    Et pourtant il est des graines que l'on sème qui finissent par germer. Les souvenirs de mélodies partagées restent, l'alchimie humaine fait son effet, et, encore et toujours, cette furieuse volonté de faire, plutôt que de jouer la carte de l'attentisme. Deuxième essai concluant. L'envie de composer domine, et les Boys s'y prennent plutôt bien ; Frank déroule ses idées à la guitare, Gilles y colle des mélodies et sa sœur Christel (Blonde in Puzzle) écrit pour le groupe en gestation... Philippe les rejoint à la batterie, puis Manu, puis Axel, puis Alain... Les garçons marquent de leur empreinte l'histoire du groupe, notamment sur les deux albums autoproduits sortis à ce jour : I'm Gonna Die, Baby (1998) et Another Way (2006).
    Puis commence la mue. 2007. Après avoir tourné durant 10 ans dans le «circuit» aquitain incontournable (clubs, bars, concentrations, festivals, radios, showcase FNAC®, ...) et avoir absorbé l'influence de la scène rock bordelaise, les choses prennent un tout autre tour. Riches de leurs parcours personnels (Julien participe au Howlin' Blues Trio à partir de 2003), mais aussi et surtout de la cohésion et de l'amitié habitant la bande, le line-up trouve toute sa cohérence avec l'arrivée de Yann Vicaire (Charlaz, Sweet Dixie Band) à la batterie. Nourri au sein de Gene Krupa, Jo Jones ou Art Blakey, le garçon s'y entend en matière de groove. Dont acte ; les compositions prennent une toute autre dimension, les reprises sont transcendées.
    2009. La maturité, l'envol. Les concerts se multiplient, se diversifient, ouvrent de nouveaux horizons. Les projets abondent, autant que les réalisations concrètes (tour sponsoring, merchandising, etc). Le public répond présent, et les programmateurs en redemandent. Et 2010 s'annonce dense, intense, et de haute volée...

    The Gutter Boys... Si ce n'est dans le caniveau, au moins à la marge, les garçons des rues. Avec cette même indépendance qu'ont leurs congénères, félins de gouttière, ils prennent le parti d'écumer de nouveaux territoires, fiers de ce qu'ils sont, et intransigeants sur ce qu'ils font. «Go Cats Go !», comme dirait l'Autre. (biographie facebook du groupe avec leur aimable autorisation) .
     
     
     
    Apres écoute de leur répertoire,il se devait au blog de leur dédier une place, de plus un Groupe Francais at qui sonne !!!
     
    Membres du groupe
    Gilles Krauss : chant.
    Frank Peauger: guitare. 
    Julien Bourrousse : contrebasse.
    Yann Vicaire : batterie.
    de Bordeaux/Toulouse, France.
     
     
    VOILA QUI RESUME BIEN LE GROUPE ...de ce titre popularisé par Tracey Ullman et avouons le tres quelconque ,the gutter nous envoi tout droit au NEO ROCKABILLY . 
    ou ce titre ou j'accroche a la voix, tres bonne sans forcer, elle délivre de la douceur dans une musique tres speed .....traditionnelle  guitare au solo sur la melodie .(technique qui donne tendance à legitimité votre solo et parait tres improvsé) .
     
    Band que je trouve très éclectique , ne se contenant surtout pas qu au NEO ROCKABILLY .Rappelons également leur respect pour leur ainés, rien qu'à écouter 
    BABY LETS PLAY HOUSE (du KING) on voit la encore une reprise bien adaptée a leur style,tout en gardant la couleure du titre et sa base .
    a16518012238_678787_7697.jpgguttervegas.jpg
    Genre
    Neo-rockabilly & western'roll
     
    Ils n arrêtent pas de tourner et est encore BIEN EN ACTIVITE . 
    L’image contient peut-être : 1 personne, chaussures et texte
     

    The Gutter Boys ‎– I'm Gonna Die, Baby  1996

     

     
     
     
    L’image contient peut-être : une personne ou plus et personnes sur scène
     
    L’image contient peut-être : une personne ou plus
    L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte
    L’image contient peut-être : une personne ou plus et plein air
     
    MERCI A EUX D EXISTER ET QUE DIEU LES BENISSE 
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • 12 HOMMES EN COLERE  (12 Angry Men

     

     

    Résultat de recherche d'images pour "12 homme en colere"

    Un jeune homme d'origine modeste est accusé du meurtre de son père et risque la peine de mort. Le jury composé de douze hommes se retire pour délibérer et procède immédiatement à un vote : onze votent coupable, or la décision doit être prise à l'unanimité. Le juré qui a voté non-coupable, sommé de se justifier, explique qu'il a un doute et que la vie d'un homme mérite quelques heures de discussion. Il s'emploie alors à les convaincre un par un.

    Fiche technique

     

    Distribution

    Résultat de recherche d'images pour "12 angry men"

     

    Récompenses

    Plan large sur le fronton du palais de justice. Dans la ­salle 228, un adolescent comparaît pour le meurtre de son père. Pourtant, dans ce premier film de Sidney Lumet, nous ne verrons rien du procès, à peine le visage désemparé de l'accusé, regardant le jury partir vers la salle des délibérations. La pièce est petite, il y règne une chaleur orageuse. Le verdict semble couru d'avance. Un vote unanime, et les jurés pourront retourner vaquer à leurs occupations. Mais à « non coupable », une main se lève. Le huitième juré ne prétend pas être sûr de l'innocence du prévenu : il dit juste « c'est possible ». Et le répétera sans relâche...

    Ce classique ne vieillit pas. La mécanique en est si précise, l'interprétation, si convaincante qu'il se (re)voit avec la même passion. Henry Fonda, noble figure de la démocratie, se bat pied à pied, refaisant le procès à huis clos. En face de lui, onze Américains de couches sociales et de préjugés différents, que Lumet réussit à hisser au-delà des archétypes. Il filme leurs visages assaillis par le doute et rend presque audible le déclic qui les fait basculer dans le camp de la présomption d'innocence. Mais, au fait, qui est ce juré nº 8, ce type en blanc qui a su faire pencher la balance ? Un type com­me vous et moi. Juste un citoyen comme les aimait Lumet. — Guillemette Odicino

    Résultat de recherche d'images pour "12 homme en colere"

    Résultat de recherche d'images pour "12 homme en colere"

    Résultat de recherche d'images pour "12 angry men"Résultat de recherche d'images pour "12 homme en colere"

    Résultat de recherche d'images pour "12 homme en colere"

     

     

    http://www.voirfilms.ws/12-hommes-en-colere.htm

     

    bon film a tous

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • TELEVISION

     

    Résultat de recherche d'images pour "television" 

     

     

     

    Il n'est pas possible de donner le nom d'un inventeur de la télévision: des milliers de savants, de chercheurs, de techniciens ont contribué à en faire l'un des moyens d'expression les plus efficaces .Les diverses étapes qui ont permis d'amener la télévision à maturité sont réparties sur près d'un siècle. L'idée de voir à distance n'est pas très récente. Pour aboutir, la télévision doit résoudre un triple problème : capter l'image animée, la transmettre par radio et la reproduire au lieu de réception... 

    A partir de 1848 : Énoncé du principe de transmission d'images, mais sans possibilité de réalisations matérielles... 

    A Londres, John Logie Baird ouvre le premier studio de télévision au monde, mais les images qui y sont produites sont encore saccadées et grossières. Toutefois, en raison même de la pauvreté visuelle de ces images télévisées, il est possible de les diffuser au moyen de transmetteurs radio à ondes moyennes, couramment utilisés à l'époque. 

    1930 : Perfectionnement de l'appareil BarthéIemy qui utilise une lampe cratère au néon donnant une image de 30x40 cm sr l'écran en verre dépoli. Vers cette année, Karolus améliorait la roue à mirroir de Weiller et obtenait une image de 250.000 points/sec. ayant 10x 10 cm transmise 20 fois à la seconde sur 850 mètres de longueur d'onde. Le tambour à miroirs était synchronisé avec une précision de un cent millième. Alexanderson utilisait également une roue à 24 miroirs et une source de 7 points en étoiles réalisant une définition de 25.000 éléments par images, mais exigeant 7 voies de transmissions. M. Toulon préconise, le premier semble t'il, l'exploration par ou entrelacées qui évite l'effet de scintillement ou de vague ondulante. Par ailleurs, aux Etats Unis, la BBC commence à télédiffuser des émissions régulières.

    •  
      • 1931 : Henri de France fait une démonstration officielle de télévision au Havre. Et fonde le 6 décembre, la Compagnie Générale de télévision. Von Ardenne réalise un Téléviseur avec modulateur de la lumière à vitesse variable. Première transmission à distance par Barthélémy, entre le studio de Montrouge et l'Ecole sup. d'électricité de Malakoff. le 14 avril 1931. A Boulogne, un récepteur du type Baird permet à A.Riss de recevoir la première émission en direct de Londres. 

      On compte quelque 2000 récepteurs de télévision en usage à travers le monde. A Londres, la BBC lance le premier service de télévision électronique à haute résolution au monde. 

    •  
      • 1940 : Peter Goldmark, de CBS, met au point un système de télévision couleur à 343 lignes pour la télédiffusion régulière, système comportant un disque à trois filtres (rouge, vert et bleu) en rotation devant le tube de la caméra. 

     

    •  
      • De 1940 à 1947 : Développement en France de la haute-définition. On aboutit à la mise au point d'équipements de 729 à 1029 lignes 

     

    •  
      • 1949 : Le 9 Février , la R.T.F. est crée par décret (Radiodiffusion et Télévision Française ). Le 15 Novembre, mise en service du nouvel émetteur 819 lignes à la Tour Eiffel. 
      •                                                                                                  

    1951 : Premières émissions de télévision publique en couleurs.( procédé CBS) 

    •  
      • 1953 : Première transmission en Eurovision.( Huit pays européens). Couronnement de la Reine d'Angleterre en direct. 

    Résultat de recherche d'images pour "television couronnement de la reine d angleterre" 

    1955 : Le 14 avril : Reportage à Lens à 300 mètres au fond de la mine par la R.T.F. 

     Jour de congés, Lens 1954

     

    1954
     

    6 juin 

    La création de l'Eurovision 


    L'Union européenne de radiodiffusion et de télévision (UER), organisme groupant les pays de l'Europe occidentale, est fondée. Elle est chargée de coordonner les échanges de programmes de radio et de télévision entre les pays membres. Son centre administratif est situé à Genèveet son centre technique à Bruxelles. L'expression "Eurovision" lancée par un journaliste anglais ne tardera pas à s'imposer. 

     

     

    1955
     

    23 janvier 

    Premières émissions de Télé Luxembourg 


    La CLR, devenue CLT (Compagnie Luxembourgeoise de télédiffusion), lance ses
     premières émissions de télévision et dépasse ainsi le cadre de la radio, son activité historique. Dans les années 2000, RTL group diffuse, au travers de l’Europe, 25 chaînes de télévision et 18 stations de radio.

     

     

     

     

    L'Internaute > Histoire >  Histoire des Médias >  Histoire de la Télévision 

    Histoire de la Télévision

    Dates décroissantes     Titres seulement    (34 réponses) 

     

    1 | 2 

    Evénements suivants > 

     

    1926
     

    27 janvier 

    Première démonstration de la télévision 


    L'inventeur écossais John
     Baird présente devant la Royal Institution de Londres son procédé de réception d'images sur tube cathodique. Il nomme son invention "téléviseur". Sa télévision mécanique utilise un disque de Nipkow pour la prise de vue d'images mobiles. Il présentera à son assistance médusée sa première émission télévisée montrant le visage de deux ventriloques. En 1930, Baird commercialisera le premier récepteur grand public.
    Voir aussi : Dossier histoire des inventions - Télévision - Histoire de la Télévision - Histoire du Royaume-Uni - Le 27 Janvier - Année 1926  

     

     

    1931
     

    14 avril 

    Première émission de télévision publique 


    L'ingénieur français René Barthélemy réussit pour la
     première fois en France à retransmettre une image de 30 lignes entre Montrouge et Malakoff en banlieue parisienne. Directeur du centre expérimental de Montrouge, Barthélemy a développé un procédé de télévision qu'il ne cessera de perfectionner. Quatre ans plus tard il réalisera la première émission régulière de télévision française.
    Voir aussi : Emission - Histoire de la Télévision - Histoire de France - Le 14 Avril - Année 1931  

     

     

    1938
     

    17 février 

    Démonstration de la télévision couleur 


    L'ingénieur écossais John
     Baird, inventeur du téléviseur mécanique, organise la première démonstration expérimentale de la télévision en couleurs. Les images sont retransmises depuis le Crystal Palace au Dominion Theatre de Londres. La séance se déroule en public.
    Voir aussi : Télévision - Couleur - Histoire de la Télévision - Histoire des Etats-Unis - Le 17 Février - Année 1938  

     

     

    1950
     

    24 février 

    Premier direct télévisé en France 


    La
     pièce de Marivaux "Le Jeu de l'amour et du hasard" est retransmise en direct sur l'unique chaîne de télévision , depuis la Comédie-Française. La réalisation est assurée par Claude Barma.
    Voir aussi : Télévision - Histoire de la Télévision - Histoire de France - Le 24 Février - Année 1950  

     

     

    1954
     

    6 juin 

    La création de l'Eurovision 


    L'
    Union européenne de radiodiffusion et de télévision (UER), organisme groupant les pays de l'Europe occidentale, est fondée. Elle est chargée de coordonner les échanges de programmes de radio et de télévision entre les pays membres. Son centre administratif est situé à Genève et son centre technique à Bruxelles. L'expression "Eurovision" lancée par un journaliste anglais ne tardera pas à s'imposer.
    Voir aussi : Histoire de l'Eurovision - Histoire de la Télévision - Histoire Suisse -  Le 6 Juin - Année 1954  

     

     

    1955
     

    23 janvier 

    Premières émissions de Télé Luxembourg 


    La CLR, devenue CLT (Compagnie Luxembourgeoise de télédiffusion), lance ses
     premières émissions de télévision et dépasse ainsi le cadre de la radio, son activité historique. Dans les années 2000, RTL group diffuse, au travers de l’Europe, 25 chaînes de télévision et 18 stations de radio.
    Voir aussi : Radio - Histoire de RTL - Histoire de la Télévision - Histoire du Luxembourg - Le 23 Janvier - Année 1955  

     

     

    1958
     

    1 janvier 

    Première diffusion "Des cinq dernières minutes" 


    A 20h15 précises et en
     direct, les téléspectateurs de la seule chaîne de télévision française, découvrent l'émission policière "Les cinq dernières minutes". C'est au départ un jeu tourné en studio où les candidats doivent trouver le coupable. L'acteur Raymond Souplex joue le rôle de l'inspecteur Bourrel et son vieux compère Jean Daurand, l'inspecteur Dupuis. Les 56 épisodes de la série tiendront en haleine des générations de français jusqu'en 1975

     

    1959
     

    9 janvier 

    Première de "Cinq colonnes à la une" 


    L'homme de presse français Pierre Lazareff lance le tout premier magazine d'informations télévisées, "Cinq colonnes à la une". Présentée par le trio Pierre Desgraupes, Pierre Dumayet et Igor Barrère, le premier vendredi de chaque mois sur l'unique chaîne de la RTF, l'émission cessera d'être diffusée peu après les évènements de mai 1968, après 103 numéros. 

     

     

    Radio-Cinéma.
    S'appellera successivement Radio -Cinéma, Radio-Cinéma-Télévision, Radio-Télévision-Cinéma, puis Télévision-Radio-Cinéma, ce dernier titre donnera en contraction : Télérama. L'évolution de ce nom sera très symbolique de la montée de la télévision dans les années 50.
    il est lancé par les éditions Cerf, organe de la presse catholique. Dès le début, il se singularise par une approche plus culturelle et pas du tout "people" des programmes de radio puis de télévision, avec aussi des analyses et critiques sur les films à l'affiche. Dans la première période de son existence, la morale catholique est omniprésente dans l'esprit de cet hebdomadaire.
     

     

     

    Jean-Luc Godard disait à propos de la télévision que c’était « le seul endroit où on est des millions à être tout seul ». On n’aurait bien du mal à le contredire s’il n’y avait cette exception dans la voiture « vestiaire » du train du Rugby.

    Résultat de recherche d'images pour "rugby 1955" 

    Un téléviseur des années 50 diffuse en boucle des images d’un match commenté par Roger Couderc et là, une étrange alchimie s’opère et les visiteurs vivent ensemble leur émotion. La nostalgie s’empare d’eux et parfois leurs yeux s’embuent devant ce spectacle tout droit sorti de leur passé.

    Roger Couderc, c’est la voix du Rugby. C’est par lui que des millions de français se sont passionnés pour les matches du tournoi des cinq nations. Suppléé dans sa tâche par l’excellent Pierre Albaladejo, un joueur hors pair devenu un commentateur exalté, Roger Couderc avait une voix de « grognard ensoleillé » selon l’expression de Jean Lacouture, grand journaliste et grand amateur de Rugby.

    Le film diffusé montre la présentation des joueurs. A cette époque d’amateurisme, chaque nom est suivi de la profession du joueur. On peut constater à cette occasion que Michel Crauste n’a pas été touché par les années.

    Devant l’écran, les visiteurs prennent un grand bol de jeunesse et c’est toute une génération qui communie à travers l’écran.

     

     

     

     

    Le rock'n'roll connaît dès 1955 aux États-Unis un grand succès. Plusieurs artistes américains suivent Bill Haley : Elvis Presley ou « The King » (le roi du rock' n' roll), Buddy Holly, Jerry Lee Lewis, Eddie Cochran, Chuck Berry, Little Richard et bien d'autres. 

     

    Le rock est lié à l'apparition de la TV, du disque microsillon 33 et 45tr/mn,etc... 

     

    Résultat de recherche d'images pour "poste television fifties"Résultat de recherche d'images pour "poste television fifties"

    Résultat de recherche d'images pour "poste television fifties"Résultat de recherche d'images pour "poste television fifties"

    deco50tv

    Résultat de recherche d'images pour "poste television fifties"

    Résultat de recherche d'images pour "elvis and  television fifties rca"

    Résultat de recherche d'images pour "elvis and  television fifties rca"

    Résultat de recherche d'images pour "pictures elvis and TV rca"

    Résultat de recherche d'images pour "pictures elvis and TV rca 1957"

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • LES NUITS DE CABIRIA

     

    Résultat de recherche d'images

    Cabiria se prostitue pour vivre, mais cette condition ne l'empêche pas d'être d'une désarmante confiance. Dépouillée par un amant qui tente de la tuer en la jetant dans le Tibre, humiliée par un acteur de cinéma qui lui fait découvrir un luxe vaniteux et l'oublie aussitôt que sa maîtresse revient, elle reste avide de vivre et garde ses principes de dignité.
    Ses "collègues" peuvent bien la railler, elle se défend avec la force que lui donnent ses rêves et espoirs d'une vie meilleure, et rebondit toujours après chaque déconvenue.
    Cabiria décide de participer à un pèlerinage avec l'espoir d'un changement miraculeux de sa situation.
    Quelque temps après, dans une salle de music-hall, elle rencontre un homme qui, au-delà de sa méfiance, finit par lui sembler attentif, sérieux, travailleur et désintéressé. Lorsqu'il lui propose de l'épouser, son bonheur est immense : elle pense pouvoir enfin échapper à son sort...

    Résultat de recherche d'images pour "LES NUITS DE CABIRIA" 

    Fiche technique

    Distribution

    Résultat de recherche d'images pour "LES NUITS DE CABIRIA"Résultat de recherche d'images pour "LES NUITS DE CABIRIA"

    « Les Nuits de Cabiria reprend, résume, affine et parachève le message moral ou spirituel contenu dans les trois films précédents, mais cette fois-ci l’intelligence de la construction est diabolique, la conscience de l’efficacité de chaque détail, absolue. »

    — André BazinFrance Observateur, 16 mai 1957.

    « Certes la mise en scène de Fellini est, de bout en bout, magistrale, certes son film est sans faille si ce n’est l’inadéquation de l’excellent François Périer avec les coordonnées sociologiques de son personnage… certes, certes, mais Fellini crève-t-il vraiment le plafond ou nous fait-il habilement croire qu’il le crève ? Les Nuits de Cabiria sont-elles à l’image de ces peintures naïves et populaires que justement Fellini apprécie tellement, ou d’une authentique peinture de maître, consciente, lucide, organisée ? Ex-voto pour chapelle de pécheurs (ou de pécheresses) ou fresque miraculeuse de Bellini ? Voilà la question. »

    — Jacques Doniol-ValcrozeFrance Observateur, 24 octobre 1957.

    « Je voudrais me tromper. Je voudrais pouvoir placer Les Nuits de Cabiria sur le même plan que La stradaLes Vitelloni et Les Feux du music-hall. […] Si je ne le puis pas c’est, je pense, parce que les deux morceaux de grand cinéma, de profonde humanité [le sauvetage de Cabiria et sa rencontre avec des jeunes gens heureux], ces deux scènes remarquables servent de support à une suite d’aventures de Cabiria, dont les unes donnent des gages à la facilité du boulevard, les autres à ce que j’appellerais l’empirisme chrétien. […] Les Nuits de Cabiria : au total, un hybride. Un Fellini avec des impuretés, mais bien sûr, un film à ne pas manquer. »

    — Simone Dubreuilh, Libération, 24 octobre 1957.

    « Un film merveilleux, un film qui renferme quelques scènes absolument inoubliables. Une fois encore sur un thème usé, rebattu, conventionnel au possible, Fellini a construit une œuvre qui ne ressemble à aucune autre. […] L’univers fellinien est proche de l’univers chaplinesque. On y retrouve la même mélancolie qui n’est pas désespoir, la même cruauté qui n’est pas amertume, et cette même confiance obstinée en le cœur des hommes qui est toute autre chose que l’optimisme béat. » le monde .

     

    Image associée

    Résultat de recherche d'images pour "LES NUITS DE CABIRIA"

    Image associée

    Jaquette DVD Les nuits de Cabiria Zone 1

    Image associée

    Résultat de recherche d'images pour "LES NUITS DE CABIRIA"

     

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • "Elvis" - The Musical

     

     Résultat de recherche d'images pour "elvis the musical 1996"

     

     

    Elvis  basé sur la vie d'Elvis Presley, conçu et réalisé par Jack Good et Ray Cooney. Il raconte   la vie et  la carrière d'Elvis Presley, depuis le début jusqu'à sa mort. La distribution originale comprenait Shakin 'Stevens, qui devint plus tard l'artiste britannique qui a le plus vendue dans les années 80 . 

    La production originale , West End, a fait ouvrir ses portes le 28 novembre 1977 à l'Astoria Theatre de Londres, qui avait été transformée  spécialement pour le spectacle par Laurie Marsh.

    Elvis a été représenté par quatre acteurs au cours du spectacle: Tim Whitnall comme Elvis dans ses premières années; Shakin 'Stevens comme Elvis période armée et ses années hollywood; et PJ Proby comme Elvis dans ses années  Las Vegas,  plus tard remplacé par Bogdan Kominowski. MUSIQUE  joué en direct avec plusieurs musiciens , en 1977 c'était le FUMBLE Band . 614 représentations jusqu'en AVRIL 1979,date de la fin du spectacle .

     

    Production team

    Cast

    • PJ Proby (listed as James Proby in programme) - Older Elvis (later replaced by Bogdan Kominowski)
    • Bogdan Kominowski - Older Elvis
    • Shakin' Stevens - Middle Elvis
    • Tim Whitnall - Young Elvis
    • Helen Baker - Singer and Dancer
    • Tanith Banbury - Singer and Dancer
    • Anna Macleod - Singer and Dancer
    • Yael O'Dwyer - Singer and Dancer
    • Tracey Ullman - Dance Captain and Singer / Dancer
    • Richard Ashley - Singer and Dancer
    • Paul Felber - Singer and Dancer
    • Stephen Leigh - Singer and Dancer
    • Richard Piper - Singer and Dancer
    • Shaun Simon - Singer and Dancer

    Musicians

     

    En 1996, Bill Kenwright Ltd a monté une production modifiée au théâtre Prince Of Wales, dirigée par Keith Strachan et Carole Todd. PJ Proby revient pour le ELVIS periode Vegas, Tim Whitnall pour hollywood , et Alexander Bar  les rejoint en tant que ELVIS 50 s. Divers changements de chansons ont été apportés à la production initiale de 1977. Après avoir été transféré au Piccadilly Theatre en 1997, le spectacle a tourné au Royaume-Uni jusqu'en 2000.

    Résultat de recherche d'images pour "elvis the musical 1996"

    TITRES 

     

     Résultat de recherche d'images pour "elvis the musical 1996"

    EN fait le spectacle srea critiqué des MEDIAS,surtout ne le prenant pas pour une comedie musicale ou piece historique, mais un SIMPLE live de ses chansons ....rien  de plus .

    Hors mis une exception ,les artsites étant tres moyen et physiquement tres loin .

    http://www.amirapress.com/tag/p-j-proby-my-way-live-elvis-the-musical-1996

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique