• Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • on reconnait l ancien contre bassiste de teen kats

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Le Forum FedEx à Memphis est en preparation du GRAND SHOW ...

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Elvis Presley: Quarante ans après sa mort, le mythe fait toujours recette

    MUSIQUE Le 16 août 1977, Elvis Presley mourait. Quarante ans après sa disparition, quelque 50.000 fans vont lui rendre hommage dans sa propriété de Graceland, l'une de nombreuses preuves que le mythe, lui, est toujours vivant...

    http://www.20minutes.fr/culture/musique/2117587-20170816-elvis-presley-quarante-ans-apres-mort-mythe-fait-toujours-recette

     

     

    Comme un pèlerinage en l’honneur d’un dieu de la musique. Ce mercredi, à Memphis (Tennessee), quelque 50.000 fans sont attendus à Graceland, la propriété d’Elvis Presleyoù repose la dépouille de la star. Quarante ans jour pour jour après sa mort, le mythe est toujours vivant.

    Août 2017. Des fans se recueillent sur la tombe d'Elvis Presley à Graceland, la propriété de la star. Août 2017. Des fans se recueillent sur la tombe d'Elvis Presley à Graceland, la propriété de la star. - Mandel Ngan / AFP

    La ferveur vivace s’explique bien sûr par l’impact qu’a eu l’artiste dans l’histoire du rock. « That’s allright mama »… En débarquant au début des années 1950, Elvis Presley secoue l’Amérique conservatrice. Dans un pays encore marqué par la ségrégation raciale, certains Blancs lui reprochent de faire de la musique noire, et certains Noirs l’accusent de s’être réapproprié un pan de la culture afro-américaine.

    « Mais c’est à partir d’Elvis que les Blancs ont bien voulu écouter de la musique noire et s’intéresser à Ottis Redding et consors », avance le journaliste Daniel Ichbiah. N’oublions pas qu’au départ, le rock était considéré comme une musique de tarés. D’ailleurs, après son premier passage à la télévision, il a fait l’objet de 500.000 lettres de protestation. »

    « La relève est là »

    « Dans les années 1950, les gens bougeaient peu. Elvis arrive avec son déhanché, sa gueule, tout le monde voulait lui ressembler ! » résume de son côté Jean-Luc Blanchet, responsable de la boutique Culture Factory - Elvis My Happiness (Paris 15e). Ce magasin est aussi le siège du fan club français officiel de la star, qui compte quelque 5.000 adhérents. La plupart étaient à peine, voire pas encore, nés le jour de la mort d’Elvis.

    « La relève est là », se réjouit Jean-Luc Blanchet. Et de raconter la venue dans sa boutique d’un enfant de 10 ans : « Ses parents m’ont bien expliqué que ce n’était pas Disney mais Presley qui le branchait. Il avait vu à la télévision le '68 Comeback Special et est resté scotché. Il savait très bien les disques qu’il voulait. »

    Tous les deux mois, un nouveau disque d’Elvis

    L’intérêt du grand public pour l’interprète de Jailhouse Rock ne se dément pas. « Ça a été une grosse surprise : mon livre [Elvis Presley, histoire et légendes] sorti en 2013 , continue de se vendre régulièrement, ce qui n’est pas le cas de ceux sur les Beatles ou Michael Jackson. »

    D’après Forbes, Elvis Presley est la quatrième personnalité décédée qui génère le plus de revenus - 27 millions de dollars (environ 23 millions d’euros) en 2016. Mugs, porte-clefs, tee-shirts et autres produits dérivés à son effigie se vendent comme des petits pains.

    Sa maison de disque, Sony, ne manque pas non plus de capitaliser sur son œuvre. « Elle lui a dédié un label qui ressort ses albums en version remasterisée, accompagnés de sessions d’enregistrement inédites et édite ses concerts inédits, informe Jean-Luc Blanchet. Et il y a encore beaucoup de choses à sortir. Tous les deux mois, entre les disques et livres, il y a deux ou trois nouvelles références commercialisées. »

    Jean-Luc Blanchet, responsable de la boutique Elvis My Happiness (Paris 15e).Jean-Luc Blanchet, responsable de la boutique Elvis My Happiness (Paris 15e). - F. R.

    « Elvis est une légende, il ne peut pas mourir »

    Des ventes qui assoient encore plus solidement Elvis sur le trône du plus grand vendeur de disques de l’histoire : il en a écoulé plus d’un millard. Ses tubes perdurent et la star est bien ancrée dans la culture pop : publicités, séries, films, sont nombreuses à y faire référence, sans parler de ses sosies, qui appartiennent au folklore de Las Vegas…

    Le mythe est loin de s’éteindre, si bien que certains esprits portés sur la théorie de complot le croient bel et bien vivant. « J’ai enquêté sur les illuminés qui pensent qu’Elvis n’est pas mort en 1977, raconte Daniel Ichbiah, Je dois avouer qu’à la fin de mon reportage, j’en suis venu à trouver plausible qu’il ait pu simuler son décès pour aller vivre ailleurs dans l’anonymat car il ne supportait plus sa vie de star… » Une hypothèse à laquelle Jean-Luc Blanchet n’accorde aucune crédibilité. Le fan préfère répondre par une pirouette : « Elvis est une légende, il ne peut pas mourir. »

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • http://www.lefigaro.fr/musique/2017/08/16/03006-20170816ARTFIG00003-elvis-presley-la-revolution-d-un-siecle.php

    Comment a-t-il concilié la «musique noire» et la «musique blanche», encore très distinctes dans les fifties

    Le «King», tout de cuir vêtu, en 1968.

    INTERVIEW - Il y a quarante ans, le 16 août 1977, le «King» s'éteignait, laissant le rock'n'roll endeuillé de son plus grand pionnier. Le guitariste, producteur et historien du rock Jean-Pierre Danel lui a consacré deux ouvrages. Pour Le Figaro, il explique la révolution culturelle qu'a provoquée le chanteur de Jailhouse Rock.

     

    Quarante ans après la mort du «King», le 16 août 1977 à l'âge de 42 ans, l'Amérique célèbre toujours Elvis Presley. Avec plus d'un milliard d'albums écoulés, Elvis est considéré comme l'artiste ayant le plus vendu de disques de l'histoire de la musique et en 2016, il se classait encore 4e des célébrités mortes produisant le plus de revenus, selon le magazine Forbes avec un million d'albums écoulés cette année-là pour 27 millions de dollars rapportés.

    Jean-Pierre Danel, guitariste, producteur et historien du rock, a consacré deux ouvrages à cette figure emblématique du rock'n'roll: Elvis Presley intime: L'icône perdue (éditions Contre-Dires), paru en 2013 et La Légende du King: Elvis Presley (chez Courcelles Publishing), publié trois ans plus tôt. Il explique au Figarocomment «Elvis» a provoqué une révolution culturelle sans précédent.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires