• CATSLAPPIN CHRISSY 

     

     

    Groupe Hollandais et Belge qui démarre en 2004  par une belle rencontre entre une fille et 4 garçons, amoureux de la même musique le ROCK N ROLL ..ses racines des  Pays-Bas (Kristel, Charles, Martijn) et en Belgique (Michel).

    leur premier concert important ou ils vont faire leurs armes ,est en décembre 2004 pour le 31 à KROEG IN GELDOP (hollande) et sont très appréciés .

    Le groupe  CHRISSY , traduction anglaise de KRYSTEL et CATSLAPPIN vient du batteur CHARLES qui est  de la région de HELMOND (sud des pays bas)

    et les personnes de la bas se font appeler les KATTEMEPPERS .

    Repertoire tres fifties , rockab rock n roll (collins kids -janis martin -johnny burnette) mais aussi western swing et smokin'blues .Mais font un travail acharne sur des compositions personnelles .

    Ils font un premier C.D de demos avec : BOP STOP un tres bon rockabilly  avec un jeu de rythmique tres groove EVERY DAY OF MY LIFE et 2 reprises DE JANIS MA RTIN et Collins kids / drugstore rock n roll -mercy :

    Ils vont tourner en EUROPE et surtout vous vous en doutez au PAYS BAS .

     

    <spanitemprop="name" title="Catslappin' Chrissy">Catslappin' Chrissy ‎– <spanitemprop="name">Gone Rockin'

    Label:
    Not On Label ‎– Not on Label
    Format:
    CD, Album, Stereo 
    Pays:
    Date:
    Genre:
    Style:
     
    Résultat de recherche d'images pour "CATSLAPPIN CHRISSY"
    Résultat de recherche d'images pour "CATSLAPPIN CHRISSY"
    Résultat de recherche d'images pour "CATSLAPPIN CHRISSY"
    Résultat de recherche d'images pour "CATSLAPPIN CHRISSY"
    Résultat de recherche d'images pour "CATSLAPPIN CHRISSY"
    L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur scène, personnes qui jouent des instruments de musique, concert et intérieur
    L’image contient peut-être : une personne ou plus, personnes sur scène, personnes qui jouent des instruments de musique et concert
     
     
    ecoutez extrait albums 
     
     
     
     
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • DOO WOOP

     

     

    Cette onomatopée, empruntée au langage de petites harmonies afro-américaines de l'Amérique des années 1950, désigne l'un des styles vocaux les plus marquants du rythm & blues, héritage direct de l'univers religieux. Dès la fin du XIXe siècle, la maîtrise harmonique des chanteurs de spirituals trouve un écho bien au delà de l'Amérique noire. L'exemple des Fisk Jubilee Singers est resté célèbre, afin de financer leur université dans le Tennessee, ces esclaves fraîchement émancipés se produisent avec un succès retentissant dans le monde entier, notamment au palais de Buckingham à Londres où, dit-on, la reine Victoria aurait pleuré en les écoutant.(resumant :Né du mariage des rythmes syncopés africains et des hymnes religieux des Blancs puritains au début des années 1950, le doo-wop est un style vocal fortement influencé par le gospel et par les barbershops quartets (« quatuors de salon de coiffure »).

     

     

     

    Par la suite, les petits quartettes vocaux vont jouer un rôle primordial dans l'actualisation de la grammaire musicale religieuse avec l'apparition du gospel, le succès de ces formations suscitant à son tour des vocations chez les chanteurs populaires. C'est particulièrement vrai dans l'univers de la ballade, la douceur et la sérénité des harmonies convenant parfaitement au répertoire sentimental. Dès le début du XXe siècle, le Dinwiddie Colored Quartette

    Résultat de recherche d'images pour "Dinwiddie Colored Quartet" 

     

    avait déjà tenté quelques incursions dans ce domaine, mais le mouvement s'amplifie après la Grande Guerre avec le NorfolkJazz Quartet, puis les Mills Brothers et les Ink Spots.

     

    Les premiers, les frères Mills permettent à la richesse harmonique noire de franchir les barrières raciales pour toucher le grand public américain. Originaires de l'Ohio, John, Herbert, Harry et Donald Mills accèdent au rang de vedettes dans les années trente grâce à la radio et au cinéma, avant d'être détrônés par les quatre Ink Spots.

    Image associée 

     

     

    La luxuriance de leurs harmonies, le contraste entre la voix de basse de Hoppy Jones et les acrobaties vocales de Bill Kenny font rapidement école, suscitant après la guerre l'éclosion d'une tradition personnalisée par des ensembles comme the Ravens - d'Ollie Jones et surtout the Orioles  de Sonny Til, considérés comme les premières formations harmoniques du rhythm & blues.

    Résultat de recherche d'images pour "the Orioles"

     

    En prolongeant à leur façon le cocktail blues popularisé par Nat "King" Cole,. ils lancent la mode des groupes porteurs de noms d'oiseaux: the  Flamingos , the Larks , the Crows , the Robins

    Résultat de recherche d'images pour "the  Flamingos"

     

    ... La structure musicale de ces ensembles est presque toujours la même: le soliste (en général un ténor) interprète les paroles des couplets à l'accompagnement rythmique d'une basse, d'un baryton et d'un second ténor qui s'expriment par le biais d'onomatopées telles que ba-boom, poppaduppa, cu-bop ou doo-wop, d'où le nom de ce style qui connaît un engouement considérable tout au long des années 1950. 

     

    Au fur et à mesure que les pionniers du genre - Billy Ward & the Dominoes, Clyde McPhatter & the Drifters, Otis Williams & the Charms - voient leurs singles s'installer dans les classements des meilleures ventes, les adolescents noirs d'Amérique se prennent à rêver de gloire en peaufinant leurs harmonies dans les cages d'escaliers des cités. Pour la nouvelle génération qui cherche à s'affranchir de la dure réalité d'une Amérique à deux vitesses, pas question de chanter le blues de leurs parents, jugé trop humiliant et rétrograde. Dans un univers où le moindre instrument de musique est un luxe souvent inaccessible, la voix nue peut permettre d'échapper au quotidien, en vantant les mérites d'un amour éternel bien plus concret que celui dont, il est question chaque dimanche à l'église. A Harlem, dans le South Side de Chicago, dans le voisinage de Central Avenue à Los Angeles, la nouvelle vague fait son apprentissage vocal en se produisant sur les trottoirs des rues passantes, chez les coiffeurs pour divertir les clients et dans les cours des collèges, un moyen comme un autre de gagner un peu d'argent de poche et de séduire les filles en attendant d'enregistrer un disque grâce à un hypothétique producteur. 

    Résultat de recherche d'images pour "Billy Ward & the Dominoes"

     

    Image associée

     

    des titres repris par le king lui meme ....

    Avec l'explosion du nombre des petits labels indépendants, plusieurs milliers de ces groupes de doo-wop voient leurs espoirs prendre corps. Dans la plupart des cas, le rêve se limite à la sortie d'un single, inévitablement porteur d'une face A rapide couplée avec un slow dévastateur. Seuls les plus doués ont la chance de voir leurs efforts couronnés de succès, d'autant que l'Amérique blanche commence à s'intéresser à un genre que l'on croyait jusque-là réservé à la jeunesse des ghettos. Les premiers disc-jockeys du rock'n'roll vont jouer un rôle décisif à cet égard; c'est le cas d'Alan Freed,

     

    immense vedette des ondes à Cleveland et bientôt à New York, qui a compris que les préoccupations adolescentes restent les mêmes, quelle que soit la couleur de la peau. En programmant abondamment les chansons des Moonglows, des Orioles et des Crows, il fait exploser les ventes de leurs 45-t, attirant l'attention des producteurs. 

    Dans un premier temps, ségrégation oblige, les maisons de disques tentent de ménager la susceptibilité des parents américains en formant à la hâte des groupes vocaux blancs qui copient note pour note les harmonies de leurs inspirateurs noirs: c'est le cas des Crew-Cuts, qui transforment en bestsellers Sh-Boom des Chords et Earth Angel des Penguins.

     

    Résultat de recherche d'images pour "frankie lymon"

    Résultat de recherche d'images pour "the cadillacs"

    Résultat de recherche d'images pour "doo wop pittsburgh"

     

    Ce second exemple est intéressant car il démontre que les amateurs de rock'n'roll ne sont pas dupes de la manoeuvre, la version originale des Penguins ayant été plébiscitée au même titre que celle de leurs imitateurs. Jusqu'à la fin de la décennie, le doo-wop devient même l'un des instruments privilégies de l'intégration des artistes noirs, avec des ensembes vedettes comme les Platters, les Coasters, les Clovers, les Drifters, les Teenagers de Frankie Lymon, les Cadillacs ou encore les Dell-Vikings, un groupe de Pittsburg qui innove en lançant la mode des formations racialement mixtes. 

    Image associée

     

     

     

     

     

    Au moment où l'on quitte les années Eisenhower pour entrer dans l'ère Kennedy, la tradition du doo-wop s'essoufle. Avec les années soixante, les Afro-américains n'entendent pas renoncer à leurs harmonies, mais l'évolution des modes et des mentalités va les pousser à reprendre l'initiative en plébiscitant des ensembles vocaux plus proches des préoccupations de la soul, les Temptations, les Delfonics, les Stylistics, les Manhattans et les Whispers ayant assuré la survie d'une tradition profondément ancrée dans la culture populaire afro-américaine. 

    Résultat de recherche d'images pour "the temptations"

    Entre 1960 et 1965 le doo wop a fort evoluer, a cette epoque les noir ont commencer a chanter de la soul, mais bcp de group blanc comme les beach boys, les four season, les belmonts, les tokens ont transformer le doo wop avec la musique pop britanique cella deviendra le "WEST COAST" et le "MERSEY BEAT". 

    ++++ Entre 1965 et 1980 Plusieur group amateur ont continué a chanter du doo wop et certain ont eu des petits succes  

    ++++ Apres les annees 80 Le doo wop est tombé dans l’oubli. 

    Un terme nouveau " RYTHM ' N ' BLUES remplace définitivement le péjoratif " Race Records", catégorie de disques réservée aux gens de couleur, personne ne se doute encore que d'autres musiques se développeront autour de lui, le ROCK & ROLL, la musique SOUL, la POP, le RAP et que, cinquante ans plus tard, il donnera même son nom à un style le R 'n' B. 

    Bien évidement le Rythm & Blues en soi n'est pas né spontanément cette année là ! 

    Des les années 30, le vieux blues et le jazz, modernisés par l'électricité et les amplificateurs, les guitares agressives, les saxophonistes hurleurs fixent les premiers jalons et donnent le tempo, souvent rapide anticipant le ROCK & ROLL. 

    Puis héritées du Gospel, les voix douces ou criardes, veloutées ou passionnées, sensuelles ou en transe, révèlent les âmes de la future musique Soul 

    Les musiciens des grands orchestres de jazz se dispersent dans de petits groupes et les bluesmen solitaires s'entourant de rythmiques plus étoffées et électrifiées. 

    Autour d'une basse et d'une batterie, d'une guitare, d'un piano, d'un saxophone ou d'un harmonica, la musique prend les rythmes du swing et du boogie-woogie pour faire danser et réjouir les lendemains de guerre : Louis Jordan fut un de ces précurseurs. 

      

      

    Au gré des contrats, les orchestres "et leurs chefs, avec leurs revues, sillonnent les Etats Unis pour se produire dans des lieux modestes ou prestigieux, devenus légendaires, de la cote Est à la Californie, de Chicago aux tripots et aux granges du Sud Profond : Johnny Otis, Earl Bostic, Lucky Millinder, Buddy Johnson, Dave Bartholomew, Tiny Bradshaw... 

      

     

    Sur les scènes des salles de spectacles, chanteuses et chanteurs, parfois très  jeunes, charment, ensorcellent, envoutent et conquièrent un nouveau public enthousiaste, tout aussi  jeune... 

     

      

     

     

    Conservant les accords sauvages et les mélodies des chants d’église, mais transformant les « Lord », (priere ver le seigneur), en « Baby ! », (imploration vers leur bien aimées). 

    Ray Charles, Little Richard ou Sam cooke au grand dam de certains, brisèrent définitivement les barrières 

    des genres musicaux entre le profane et le sacré 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • bobby day

     

     

    Ne ROBERT JAMES BYRD LE 1ER juillet 1930  à FORT WORTH (texas) .  Il déménage à Los Angeles en 1947 pour aller au collège, où il a va  étudier les mathématiques et la musique le jour, tout en poursuivant une carrière de chanteur le soir. Formé tres tot au gospel , Bobby a été attiré par la célèbre boîte de nuit Barrelhouse de Johnny Otis, où il va vite se familiariser avec  le  rythme & blues. En 1949, il forme un groupe appelé THE  FLAMES  avec David Ford, Willie Ray Rockwell et (un peu plus tard) Curley Dinkins. Très difficile de d'agrémenter leur parcours avec références (labels disques), Le groupe a existé  jusqu'en 1966 et enregistré SOUS pas moins de sept PSEUDO DIFFERENTS , pour 19 maisons de disques différentes !!!!

    The Flames

     Inutile de vous  dire qu'il y a eu d'innombrables changements de personnes au fil des ans, avec Bobby Byrd comme membre constant . La plupart de leurs enregistrements ont été publiés sous le nom The Hollywood Flames.  Leur premier single est sorti en janvier 1950, 'Please Tell Me Now' / 'Young Girl', sur le label Selective. Cela a été suivi par des sorties sur les labels :  Unique, Specialty, Recorded In Hollywood, Aladdin (et sa filiale 7-11), Lucky et Decca (1950-1954). Tout cela sans succès national, mais le groupe  a toujours été diffusés irrégulièrement  localement et en 1955, ils étaient considérés comme un band à  succès dans la région de L.A.

    Résultat de recherche d'images pour "the flames Please Tell Me Now/Young Girl"

    Alors qu'il était encore membre des Hollywood Flames, Bobby a signé un contrat solo avec le label de Leon Rene au début de 1957. Googie Rene (le fils de Leon et A & R man) a rebaptisé Bobby Byrd  en "Bobby Day".

    "Come Seven" / "So Long Baby" a été  la première sortie sous son nouveau nom, avec l’accompagnement de l’orchestre Maxwell Davis (SP CLASS 207) 

     Résultat de recherche d'images pour "bobby day BUZZ BUZZ BUZZ"

    MAIS sur tous les enregistrements plus important , il sera accompagné  par le Googie Rene Combo, qui comprenait l'illustre trio de Plas Johnson, Rene Hall et Earl Palmer.Il va rebaptiser son groupe d'accompagnement en THE SATELLITES

     

    Bobby Day

     , qui étaient essentiellement les mêmes qui chantaient avec lui dans the Hollywood Flames. Le deuxième single de classe (publié en août 1957) était la propre composition de Bobby "Little Bitty Pretty One"/ When The Swallows Come Back To Capistrano  (SP CLASS 211) . aout 1957

    Thurston Harris, lui entrera dans les charts avec sa reprise n 6 pop charts  ...

    superbe titre qui va etre immortalisé par FRANKIE LYMON  plus tard  consideré à sa juste valeure . En OCTOBRE 1957 il sort son dernier disque avec ce groupe :( SP CLASS 215)  BUZZ BUZZ BUZZ -  darling if I had you qui va etre un bon succes n 11 pop charts .

     

    (co-écrit par Bobby, ), sur lequel Earl Nelson a chanté .Bobby avait déjà enregistré des duos avec Nelson sous le nom de The Voices en 1955 et continua à sortir plusieurs singles de qualités  EN TANT QUE  Bob and  Earl (jusqu'à ce qu'ils se séparent en 1960 . En changeant de nom et de LOOK , Bobby et Earl ont parfois réussi à se retrouver à trois reprises sur le même projet: en tant  que  Hollywood Flames, ou  Earl and  Bobby Day et meme avec  en plus avec the  Satellites. ALORS QU ILs étaient à chaque fois les memes personnes !!!!.

     

     Bippin' An' Boppin' sort en DECEMBRE 1957 sous JAMIE records et va démarrer sa carriere solo . 

    sweet little thing et le 'SP CLASS 225) sont ses suivants en 1958 et renoue avec le LABEL CLASS . Mais son plus grand succes sort en JUIN 1958 :

    ROCKIN ROBIN-OVER AND OVER (SP CLASS 229)

    Résultat de recherche d'images pour "bobby day sp class 225 little turtle dove"

     En octobre 1958, 'Rockin 'Robin' (orthographié 'Rock-In Robin' dans la catégorie single) atteint la position 2 sur les charts pop au  Billboard et 1 sur les charts R & B.

    entrera a la 41 e place du pop chart 

     Résultat de recherche d'images pour "bobby day sp class 225 little turtle dove"Résultat de recherche d'images pour "bobby day"

    Il va sortir encore quelques singles sous CLASS RECORDS jusqu'en DECMBRE 1959 mais sans succes .

    En 1960, Leon Rene a abandonné la série Class 200 et a transféré Bobby au label Rendez vous, dont il était copropriétaire ,MAIS LES TITRES SONT MOINS BON ,ou plus du cru année 60 ., le niveau est plus qu acceptable tout de meme .

      Un contrat de label majeur RCA  (4 singles pour RCA en 1963-64) n'a pas amélioré sa fortune commerciale et sera malgré un FLOP !!!

     

     Résultat de recherche d'images pour "Bobby Day - When I See My Baby Smile"

      En 1965, Bobby Day revient brièvement sur le label Class réactivé, pour un single ('When I Started Dancing'), suivi par un 45 sur son propre label Byrdland. Il a ensuite passé quelques années en Australie et en Nouvelle-Zélande avant de retourner aux États-Unis à la fin des années soixante.

    1965

     

     

     Son premier album studio depuis 1970 est sorti en 1994, intitulé 'On The Move'. 


    Bobby Byrd
    Bobby a entrepris plusieurs tournées avec sa femme, Vicki Anderson .

    Bobby Byrd & Vicki Anderson

    En 2012-2013, son enregistrement inédit, "Beep-Beep-Beep", était la bande sonore musicale d'une publicité télévisée de Kia Sorento diffusée dans tout le pays aux États-Unis.

    Bobby Day decede d'un cancer en 1990 et fut incinéré au cimetière Holy Cross à Culver City en Californie.

    paix a son ame et merci a lui d avoir exister .

    Résultat de recherche d'images pour "BOBBY DAY" 

    Résultat de recherche d'images pour "BOBBY DAY" 

    Résultat de recherche d'images pour "BOBBY DAY" 

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • THE COLLINS KIDS

     

     

    Lorrie Collins: Né Lawrencine May Collins,  LE 7 mai 1942, Tahlequah, Oklahoma ET  Larry Collins: Né Lawrence Albert Collins, 4 octobre 1944, Tulsa, Oklahoma .

    En résumé Bien qu'ils n'aient jamais eu de succès,  frère et sœur étaient très connus dans la seconde moitié des années 1950, grâce à leur nombreux passages à la télévision...

    La famille Collins vivait dans et autour de Tulsa, en Oklahoma .Ils ont grandi dans une petite ville appelée Pretty Water. Lawrence Collins Sr. était un producteur de lait pendant un certain temps, puis a travaillé dans une aciérie. Sa femme, Hazel, était une chanteuse amatrice et une joueuse de mandoline. LORRIE a été la premiere  à etre remarqué ,  elle a été influencé par Kay Starr et Teresa Brewer . En 1950, elle remporte un concours de talents organisé par Leon McAuliffe, qui a encouragé les parents de Lorrie à déménager en Californie pour développer ses talents, ce qu’ils ont fait en 1953. Une carrière pour Larry n’était alors même pas encore envisagée. . Il avait reçu une guitare pour Noël  en 1952 et a  pratiqué sans cesse jusqu'à 8 heures par jour. Les deux enfants ont commencé à participer à des concours de talents individuellement, puis ont fait équipe,Larry a ensuite enseigné à sa soeur des accords de base à la  guitare .

    Résultat de recherche d'images pour "the collins kids"

    En février 1954, Larry et Lorrie ont participé à un concours au TOWN HALL PARTY  avec succes,  si bien que des  le lendemain,  ont été embauchés pour se produire à la télévision . Town Hall Party avait commencé comme  émission  radio à Compton, Californie en 1951, puis est passé  à la télévision en 1953 .Puis s'est affilié en 26 épisodes d une demi heure (RANCH PARTY) . Ce show est l'équivalent de Grand Ole Opry de Nashville. De grand noms de la country et du Hillybilly se sont produit dans ce show comme : Johnny Bond, Skeets Mc Donald, Merle Travis, Marty Robbins... A partir de 1958 la scène Country laisse de plus en plus la place au Rock'n'Roll et des chanteurs comme Gene Vincent, Eddie Cochran, Bob Luman pour ne citer qu'eux apparaissent dans ce show.

    Résultat de recherche d'images pour "the collins kids" 

     Ensemble ou  individuellement, the Collins Kids étaient ont fait partie de chaque épisode. Le couple s'est fait connaitre  de par leur prestations musicales mais également  de leur costumes colorés et  performances transcendant . En 1955, Larry était devenu un véritable magicien de la guitare, entraîné par Joe Maphis, qui avait participé à Town Hall Party presque depuis sa création et qui jouait également sur une guitare à double manche .The  Collins Kids sont  vite reperéset signés par Don Law de Columbia Records en juillet 1955 et ont eu leur première session le 4 octobre. Un premier single  sort  le 26 NOVEMBRE 1955  :       "Beetle-Bug Bop" -  "Hush Money"  (columbia 4-21470) . quoi qu'on en dise est un véritable clasique du HOT JUMP ROCK N ROLL 

     

    la face A étant déjà de l’ère moderne pour 1955.

    label shot

    En 1956 ils sortent encore 3 -  45 tours ( ,mais des rock mitigés -ROCKAWAY ROCK -IN MY TEENS-ROCK N ROLL POLKA -  un peu avoué par les deux artistes,de peur que COLUMBIA n'accepte pas trop le Rockabilly . mais ils vont peu apres  souvent réussir de bons compromis et Des chansons comme "Hot Rod", "Whistle Bait" et "I'm In My Teens" s'adressaient directement à la génération adolescente des années 50. Larry a également enregistré des instrumentaux  de guitare avec Joe Maphis, notamment "Hurricane". Jusqu'en 1959, les sessions se tenaient au studio Radio Recorders à Hollywood, avec des musiciens de l'équipe de la Town Hall Party. Bien qu'il n'y ait pas eu de succès nationaux, les disques ont dû assez bien se vendre, parce que Don Law a renouvelé leurs contrats Columbia jusqu'en 1963. Notemment sortant des singles devenu standard . En 1957 le 13 MAI sort le superbe :  HOT SKIP AND JUMP - young heart (columbia 4-40921) ; et en NOVEMBRE de la meme annee ;  PARTY (du KING lui meme)  - heartbeat .

    Résultat de recherche d'images pour "the collins kids"

    Résultat de recherche d'images pour "the collins kids"

    label shot

    À la fin de 1957, Lorrie ,etant dvenu une belle jeune femme a commencé à sortir avec Ricky Nelson et elle est apparue comme la petite amie de Ricky dans un épisode de "The Adventures Of Ozzie And Harriet", où Ricky et Lorrie vont interpreter JUST BECAUSE (mais loin de la version endiablé d ELVIS sous SUN RECORDS) ,qu ils sortiront plus rock en disque 

    label shot

     

    Résultat de recherche d'images pour "the collins kids"Résultat de recherche d'images pour "the collins kids and ricky nelson"

    Mais l’idylle  fut courte . En 1959, lors d’une tournée des Collins Kids avec Johnny Cash, Lorrie s’est enfui à Las Vegas pour épouser Stu Carnall (le directeur de la route de Johnny Cash), qui avait 19 ans de plus que la jeune adolescente.Nelson fut choqué, en a été informé grâce à une chronique dans les journaux. Le Frère Larry a également été dévasté. 'Tout le monde pensait que je savais ce qui se passait, mais je ne savais rien à ce sujet MALHEUREUSMENT  Cela Va ETRE LE DEBUT DE LA FIN ! 

    Résultat de recherche d'images pour "the collins kids and stu carnall" 

     1958 le DUO sort egalement quelques bombes musicales comme :  HOY HOY - mama worries (columbia 4-41087)   1958 est un tournant évident dans leur musique , qu ils vont encore durcir et sortir des titres de ROCKABILLY DE FOLIES 

    le 7 AVRIL ; MERCY -sweet talk

    en AOUT notemment ROCK BOPPIN BABY .

    label shot

    Résultat de recherche d'images pour "the collins kids"

    Résultat de recherche d'images pour "the collins kids"

    THE  Collins Kids se sont séparés pendant environ cinq mois et se sont réunis à Edmonton, au Canada, suivi peu après par une séance à Nashville (en novembre 1959). Cela a produit une excellente version de 'The Lonesome Road' et le premier single de Lorrie. Maintenant qu'ils étaient un peu plus âgés, leur matériel a évolué. Ils ont continué à enregistrer ensemble jusqu'en juin 1961. Lorrie a eu son premier enfant en février de la même année, the Collins Kids se sont arrêtés alors, bien qu'ils aient continué à faire quelques apparitions publiques, par exemple sur 'Shindig!' en septembre 1965.

    Résultat de recherche d'images pour "the collins kids"

     

    Résultat de recherche d'images pour "the collins kids"

     

    Larry Collins va faire plusieurs sorties  en solo pour Columbia de 1959-62, principalement en tant que guitariste. Plus tard dans les années 1960, il a enregistré pour Lawn and Monument avant d'être signé en tant qu'AUTEUR pour Metric Music (une filiale de Liberty Records). En tant qu'auteur-compositeur, Larry a deux grands succès à son actif, tous deux nominés pour un Grammy. 'Delta Dawn' a été un succès dans  6 pays pour Tanya Tucker (alors âgée de 13 ans) en 1972 et un succès  pop pour Helen Reddy en 1973.  Puis  "You're the Reason God Made Oklahoma", chanté par David Frizzell et Shelly West, s'est classé en tête des palmarès du pays en 1981. Les chansons de Larry ont été enregistrées par Merle Haggard, Waylon Jennings, Willie Nelson et Sonny James, entre autres. 

    En 1993, Larry et Lorrie se sont réunis pour une participation au festival Tenth Hemsby Weekender en Angleterre, où ils ont été soutenus par Dave et Deke Combo. Jouant devant un public de plus de 3000 personnes, les Collins Kids ont prouvé qu’ils étaient toujours des artistes dynamiques. ENSUITE , ils sont apparus dans de nombreux autres festivals, dont Viva Las Vegas et le Guitar Geek Festival de Deke Dickerson en 2008. the Collins Kids jouent souvent avec The RanchGirl ou bien avec Deke Dickerson.

    the Collins kids etaient  présent en France avec les RanchGirl grâce à Blue Monday lors de la première FROG & Roll party, le week-end du 1 er septembre 2006.

    merci a eux d exister et que dieu les garde .

     

    • TELEVISION :
      Steve Allen Show
      Ed Sullivan Show
      Dean Martin Show
      Perry Como Show
      Merv Griffin Show
      Johnny Cash Show
      Tony Bennett Show
      Dinah Shore Show
      Johnny Carson Show
      Ozzie and Harriet Show
      Art Linkletter's House Party
      Hollywood Palace
      Ranch-Party Series
      Town Hall Party
      Star-Route Series (with Glen Campbell)
      Grand Ole Opry
      Jackie Gleason Show
      Love of the Common People, (Waylon Jennings Special, script and score written by Larry Collins)

    • apparition en solo :
      Harrah's - Reno and Lake Tahoe
      Stardust - Las Vegas
      Sahara - Las Vegas
      Madison Square Garden
      New York State Fair
      Michigan State Fair
      Hawaii State Fair
      Edmonton Exhibit
      Calgary Stampede
      4 European Tours
      4 Far East Tours

    Résultat de recherche d'images pour "the collins kids"

    Cover image

    Cover image

    Cover image

    Cover image

    Cover image

    Résultat de recherche d'images pour "the collins kids THE ROCKAWAY ROCK"

    merci a eux d avoir exister

    que dieu les benisse et surtout LORRIE PARTIE CE 4 AOUT 2018 .

    Collins Kids^ Lorrie and Larry Collins

    Image associée

    Résultat de recherche d'images pour "lorrie kids"

    Résultat de recherche d'images pour "lorrie kids"

    Résultat de recherche d'images pour "lorrie kids"

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • MEMPHIS ROCKABILLY BAND

     

     

     

    The band in 1978

     

    Le Memphis Rockabilly Band a été constitué par son chanteur Jeff Spencer et son guitariste Bill Cover en 1978 à Boston, Massachussetts. Il est aussitôt reconnu comme l'un des meilleurs groupes de Boston et de New England. Depuis lors, le groupe a tourné régulièrement du Maine à la Caroline du Sud, présentant son plus pur style rockabilly "brand of sun". Le répertoire du groupe s'est élargi en incluant des musiques de Link Wray, Chuck Berry, The Ventures et autres. 

    Le 25 cm de Big Beat Records sorti en 1979 comprend cinq titres: "Draggin'" "Baby let's play house" "Rumble", "Lindy Rock" et "Don't mess with my ducktails".
    En 1981 et 1982 le Memphis Rockabilly Band entreprend une tournée triomphale en Europe et se rend en France où il enregistre un disque pour le label "Big Beat Records".
    Entre 1979 et 1989 le groupe privilégie les concerts en Europe et aux États-Unis en accompagnant des artistes aussi connus que
     Carl Perkins, Roy Orbison, Jerry Lee Lewis, Roomful of Blues, Duke Robillard, The Fabulous thuderbirds, Link Wray, Jack Scott, The Persuasions, etta James et d'autres artistes ... Car Perkins a tiré un "coup de chapeau" au groupe en affirmant qu'il était l'une des meilleure formations de rockabilly qu'il ait connue.<bnr> En 1983 sort l'album "Bertha Lou" (Big Beat Records) qui confirme le talent de ce groupe. Jeff Spencer adopte alors un vocal cent pour cent rockabilly, alors que Bill Cover affine sont style à la guitare. Parmi les morceaux de ce classique, on peut citer "Nervous Breakdown" "Milkshake Mademoiselle" ainsi qu'une bonne version du "Nearly lose my mind" d'Ernest Tubb.
    En 1986 le groupe enregistre aussi pour le label "Blind Pig Records".
     

     

    • Chant et guitare : Jeff Spencer 
    • Guitare : Bill Coover 
    • Batterie : Terry Bingham 
    • Basse : Sarah Brown 

    En 2005 Jeff Spencer et Bill Cover reforment un nouveau groupe constitué par la bassiste Paul Justice et le trompettiste Milt Sutton. Le MRB entame ainsi une nouvelle carrière en se rendant en Europe après une absence de 23 années où il reçoit un accueil fort chaleureux. Le répertoire du groupe enregistre aujourd'hui des styles de musiques qui vont du Rockabilly, Surf, Blues, Rock'n'Roll, Hillbilly et Rhythm and Blues. Le MRB devrait sortir un nouvel album comprenant 12 titres pour le label français "Big Beat Records" de Jacky Chalard. 

    • Chant et guitare: Jeff Spencer 
    • Guitare: Bill Coover 
    • Batterie: Paul Justice 
    • Trompette: Milt Sutton 

    The band in 2005

     Le chanteur principal , Jeff Spencer, est décédé le 11 février 2009.Milt Sutton a été leur batteur pendant quelques années et a tourné avec MRB en Europe en 2006. Il est décédé début 2011.Comme par le passé, le répertoire du groupe comprend des chansons originales et de reprises tirées du rockabilly, du surf instrumental, du rock & roll, hillbilly et le rythme et le blues. Memphis Rockabilly Band a toujours été connu comme un grand groupe de danse et un favori des danseurs swing, et cette tradition continue.

    Composition actuelle (en 2012)

     

    • Bill Cover: guitare, saxo, chant
    • Roy Slude : guitare, chant
    • P.J. Justice : basse, chant
    • Judd William: trompette

        Big Beat Records sort en 1981 un 25 cm remarquable  From Boston to MemphisBBR0016 qui contien le splendide rockabilly sauvage composé par Jeff Spencer Lindy Rock, mais aussi des reprises de rockabilly  et Rock n'roll fifties dans un style tout aussi énervé mais toujours maitrisé: Draggin' (de curtis Gordon)/ Baby let's play house (Elvis chez Sun) Don't mess with my ducktails (Ruddy Grayzell) et Rumble (instrumental légendaire de Link Wray en 1958). Les titres du 25 cm date de 1979, le groupe est formé de Jeff Spencer leadeur vocal et guitare rythmique, Bill Coover à la guitare solo, Terry Bingham à la batterie et Sarah Brown à la basse.

     

    Résultat de recherche d'images pour "memphis rockabilly band"

     VINYL BERTHA LOU BBR 1015 BIG BEAT RECORDS

    Résultat de recherche d'images pour "memphis rockabilly band"

    Résultat de recherche d'images pour "memphis rockabilly band"

    Résultat de recherche d'images pour "memphis rockabilly band"

    Résultat de recherche d'images pour "memphis rockabilly band"

    I AIN T DEAD 

     

    Betty Jean album coverBETTY JEAN BP 2186    1986

    Back To Memphis - Digipack

    Back To Memphis 

    Résultat de recherche d'images pour "memphis rockabilly band"

    Résultat de recherche d'images pour "memphis rockabilly band"

    Résultat de recherche d'images pour "memphis rockabilly band"

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • AL FERRIER

     

     

     

    De son vrai nom  Alfous Glenn Ferrier,  est né le 19 août 1935, à Montgomery,(Louisiane)  .Né dans une grande famille musicale (sept frères, trois soeurs), Ferrier a grandi en écoutant de la musique country. Jimmie Rodgers et Grandpa Jones étaient parmi ses favoris, et plus tard en particulier Hank Williams, dont l'influence est audible dans le chant très intensequ' AL va développer .À 13 ans, il quitte l'école pour travailler dans un camp de bûcherons avec ses frères.Il jouait  de la guitare depuis cinq ans. Ses  Deux frères aînés, Brian et Warren, étaient tous deux musiciens. Brian était un guitariste exceptionnellement talentueux, qui avait joué brièvement avec le groupe de Hank Thompson. Dès que Al eut l'age, les trois Ferrier formèrent un trio de country, Al Ferrier & this Boppin 'Billies, avec Al au  Vocal et guitare rythmique, Brian à la guitare électrique et Warren au violon et à la contrebasse. Ils vont tourner autour du SUD de la LOUISIANE .

    Jimmy Newman, vedette locale des Cajuns, a présenté les Ferriers à Eddie Shuler, un réparateur de télévision qui avait construit un studio d'enregistrement primitif à l'arrière de son atelier de réparation à Lake Charles. C'est là que Ferrier va faire ses premiers enregistrements pour le label Goldband, en mars 1955. Shuler va meme leur donner  'No No Baby' récemment enregistré par Clarence Garlow (Folk Star 1199) pour leur premier album. La chanson de R & B a été transformée en   un rythme de pur Rockabilly  avec des superbes accompagnements  guitares de Al et Brian.Pour des raisons mieux connues par lui-même, Eddie Shuler a attendu une année complète avant de sortir 'No No Baby', couplé avec 'I'll Never Do Wrong', une chanson country . Entre-temps, Ferrier avait déjà fait quatre autres séances, deux en novembre 1955, une en janvier 1956 et une en février 1956.

    Donc ce premier single tant attendu de AL sort en AVRIL 1956:

    NO NO BABY -I LL NEVER DO ANY WRONG (sp goldband 45-G -1031) .

     

     

     

     

    Il va bien se vendre localement,ce qui va permettre d'en sortie un 2e assez rapidement .

     

    JUILLET 1956 / MY BABY DONE GONE AWAY-IT S TOO LATE NOW (sp GOLDBAND G 1035) . Meme principe une face rockabilly (tres bon) et en faceB  un hillbilly traditionnel .

    Cette fois-ci il n'y avait pas trop de preneurs et Shuler ne sortit pas d'autres singles d'Al Ferrier dans les années 1950, bien qu'il ait quelques bonnes chansons dans la boîte, comme "Let's Go Boppin 'Tonight", qui est maintenant considéré comme un classique rockabilly. Cette fois-ci il n a pas trop bien marché  et Shuler ne sortit pas d'autres singles d'Al Ferrier dans les années 1950, hors mis en 1958  "Let's Go Boppin 'Tonight", qui est maintenant considéré comme un classique rockabilly et sorti alors que  FERRIER n'était plus à GOLDBAND .

    canon!!

     Mais donc apres le dernier single mal vendu, Déçu par le manque de promotion de Shuler, Ferrier a sauté sur l'occasion d'enregistrer pour J.D. (Jay) Miller, dans son studio mieux équipé à Crowley. 'Let's Go Boppin 'Tonight' a été réenregistré dans une version plus soignée, qui est apparue sur Excello 2105 au début de 1957 sous le titre 'Hey Baby'avec I M A MAN .  Certaines paroles avaient été changées et le nom de Miller avait remplacé Shuler en tant que co-auteur (avec Al). 

     

     

    À cette époque, Warren Ferrier avait quitté le groupe pour suivre des activités religieuses, mais Brian et Al jouaient de la guitare sur le single Excello, avec l'équipe de studio habituelle de Miller, dont Katie Webster au piano et Warren Storm aux percussions.Le disque  'Hey Baby', 'I'm the Man' a montré une influence évidente de Johnny Cash. Ferrier est resté avec Jay Miller pour le reste des années 1950, avec d'autres enregistrements sortis sur les propres labels de Miller (Rocko, Zynn), dans un style plus rock'n roll mais oh combien EFFICACE .

    de 1959

    un super titre SOUS ROCKO 45-502

    Il sort encore un single : BLUES STOP KNOCKING-SHE LEFT ME .

     

    encore deux bons titres mais !!!LES ANNEES 60 SONT TERRIBLES POUR LES ROCKERS. Après de nombreuses années de concerts, dont quatre  au  Louisiana Hayride, Al a pris sa retraite professionnelle au début des années 1960, mais jouait toujours dans un milieu familial .Mais peu de temps après, Eddie Shuler, réalisant que son catalogue était devenu très collectionnable, commença à plonger dans ses  inédits ENREGISTRES DANS LES FIFTIES, avec pour résultat  quelques 'nouveaux' singles Goldband d'Al sont sortis sur le marché de 1969 à 1971 .

     

    Résultat de recherche d'images pour "al ferrier" 

     

     

    La renaissance du rockabilly européen des années 1970 a également inspiré JD Miller à faire appel à Al et en octobre 1975, il l'a enregistré avec son 'New Boppin 'Billies' dans son studio pour le LP 'De 1955 à 1975 - The Back Sound Of Rockabilly' ( Showtime LP 1000), qui comprenait également du matériel des années 1950 précédemment non publié. 

     Résultat de recherche d'images pour "al ferrier"

     Miller a également signé un contrat  avec le label britannique Flyright, résultant en deux sorties de disques vinyle des enregistrements des années 1950. Malheureusement, Brian Ferrier, lourdement endetté, mourut en octobre 1981, âgé de seulement 49 ans.à partir de 1980, Al a joué plusieurs fois dans des Festival de jazz et retro  Nouvelle-Orléans. Sa popularité européenne l'a amené en Hollande en 1987, où il a joué au Rock Rock 'n' Roll Meeting à Zwolle et a créé un nouvel album pour Rockhouse Records, appelé 'Dixie'. Cela a été bientôt suivi par un LP pour le label Jin de Floyd Soileau. Dans les années 1990, Al a décidé de tourner le dos à la musique profane et a commencé à jouer et enregistrer de la musique gospel, toujours pour Goldband. Le succès commercial a continué à échapper à Ferrier, mais son héritage enregistré est authentique et important.

    Résultat de recherche d'images pour "al ferrier lp dixie"

     Al Ferrier, , n'a jamais connu la notoriété que méritait son immense talent.

     

    Résultat de recherche d'images pour "al ferrier lp dixie"

    merci a lui POUR TOUT .

     Résultat de recherche d'images pour "al ferrier"

    Résultat de recherche d'images pour "al ferrier"

    Résultat de recherche d'images pour "al ferrier"

    Résultat de recherche d'images pour "al ferrier"

    Résultat de recherche d'images pour "al ferrier"

    IL NOUS QUITTE LE 6 JANVIER 2015 

    PAIX A SON AME .

     Résultat de recherche d'images pour "al ferrier"

    Image associée

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  johnny jay band

     

    Né au début des années 60 à Londres dans le quartier noir de Brixton, nourri par le rock, le jazz et le soul. Johnny Jay s’inspire de toutes ces influences, pour créer sa version inimitable du Rock’n’Roll - plus jazz, plus rhythm’n’blues et surtout plus actuelle . 

     

    Formé par le chanteur londonien Johnny Jay en juillet 2003,THE johnny jay band a vite fait son chemin et des le  début a eu l'occasion de faire live sur live ....

    Swinging Rock'n'Roll tout chaud de Londres…
    Un mélange de styles musicaux, un mélange de personnalités, un mélange de cultures… Londonien Johnny Jay et ses musiciens , vous des  Classic 50's Rock’n’Roll, Rhythm’n’Blues et Swing !
    Tous professionnels de la scène, tous avec une vaste éxpèrience nationale
    et internationale, Johnny Jay et ses musiciens français amènent un souffle "Actuel" et "Jazzy" aux standards des Fifties .

    Bien sur influencé des plus grands :Chaque numéro est un classique des années 50, d'Elvis, de Jerry Lee, de Chuck, de Little Richard, de Buddy, etc. 

     

    BAND CONTACTS

    JOHNNY JAY : 06 75 67 82 46 - email : johnnyjay@orange.fr

    PHILIPPE ARNAUD : 06 11 18 74 65 - email : thejaysdrum@free.fr

    MANAGEMENT - 
SLD PRODUCTIONS – Nîmes – 04 66 76 16 48

     

     Johnny Jay (UK) - Chant • Blaise "BB" Cohen - Saxophone

    Thierry Jaoul - Guitare • Larry Fachan - Basse • Phil Arnaud – Batterie

    formation actuelle

     

    ohnny Jay - La nouvelle découverte de Danyel Gérard.

     

    EN  2011, Johnny Jay sera produis en Allemagne, Italie et Hollande par Danyel Gérard lui même. Et il est invité à chanter sur son nouvel album !

     

    Johnny Jay - Rock & Soul

    Johnny Jay - Rock & Soul image2

     

     

     

    L’image contient peut-être : 1 personne

    Aucun texte alternatif disponible.

     

    L’image contient peut-être : 1 personne

    L’image contient peut-être : 1 personne

     

     

    Aucun texte alternatif disponible.

     

     

     

    MMoment unique, il réussit à cette occasion, à conquérir l’univers de la line dance et de la musique de l’ouest aux sons de Hound Dog, Be Bop a Lula et de Kansas City. L’alchimie opérant, Johnny Jay devient en moins de deux ans « LE » chanteur rhythm’n’blues adopté par le french country world !

     

    Album

     

     

     

    Séduit par les accords entraînants de cette musique dont il aime la popularité, et sans renoncer à ses propres attaches, le britannique s’offre finalement le culot de sortir au printemps 2012, un album de compositions aussi inclassables qu’inoubliables.  

    Comme un air frais de Printemps le nouvel album de Johnny Jay vient de voir le jour. Celui que l'on surnomme le Tigre blanc de Londres ne feule plus, il ronronne. C'est tout en douceur qu'il nous présente ses propres compositions sachant doser sa voix si particulière et qui porte l'empreinte des quartiers de Londres ou il a grandi et ou la couleur noire était majoritaire. Un album différent ou les styles musicaux se succèdent sans jamais nous décevoir. De douces balades en morceaux qui envoient le "son" Johnny nous emmène dans son univers, dans ses rêves, dans ses délires. Des musiciens excellents, de super arrangements, bref c'est l'album "qui va bien" celui que l'on prend plaisir à écouter. A consommer sans modération car l'abus de Better Man n'est pas nocif pour la santé..... »  

    LLE GROUPE TOURNE REGULIEREMENT ENCORE AUJOURDHUI ET SON POINT D ATTACHE EST ALES (FRANCE)

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • JOHNNY JAY  - john j huhta 

     

    Johnny Jay, (alias John J. Huhta), est né à Duluth, au Minnesota, le 9 octobre 1934. Johnny a étudié du saxophone au lycée  et plus tard  le banjo et la guitare. À 17 ans, il a eu sa première émission de radio sur WEBC à Duluth avec son groupe "The Sunnysiders".

    A l'age de  18 ans, il  rejoint l'armée et sert en Corée en tant que technicien  de combat.A la fin de la guerre, il a fait un court séjour avec une troupe d'artistes . Quand il est revenu aux États-Unis, il a atterri dans le Montana où il  enregistr l'une des chansons de 'Smoky Mac : The Yellowstone Valley Boys'.

    Résultat de recherche d'images pour "JOHNNY JAY"

    Résultat de recherche d'images pour "JOHNNY JAY"

     Quand il est revenu chez lui  en 1956, il a formé 'The Shuffle Kings' avec ses frères jumeaux plus jeunes que lui Max et Mike et a commencé à jouer dans les  boîtes de nuit de la région du Midwest. En 57, ils ont fait leur chemin à Nashville, TN. Bientôt,et vont etre pris en tournée avec Hawkshaw Hawkins et Jean Sheppard.

     JAY va rencontrer  Ernest Tubb et ce dernier va  les inviter à se produire  sur son 'Midnight Jamboree' sur WSM. Avec l'aide d'Ernest, ils vont rencontrer des producteurs de musique et des éditeurs. Johnny  signe avec un producteur indépendant qui aimait ses chansons et une séance d'enregistrement est prévue au studio 'B' de RCA. Lors de la session se trouvent  les Jordanaires, Hank Garland, Hargus Robbins et d'autres musiciens de Nashville. 

    Mercury Records a acquis les masters et a sorti "Tears" et "Sugar Doll" à l'automne 1957. Dans son édition du 18 novembre 1957, Billboard Magazine a choisi ces chansons comme succès dans les trois catégories country, pop, rhythm and blues.

     

    des supers titres ......

    le single sort le 31 OCTOBRE 1957 (MERCURY -71 232 X 45)

    Résultat de recherche d'images pour "johnny jay sugar doll"

    Un 2 e opus est tenté le 3 FEVRIER 1958 .

    I M GONNA KEEP IT -SEND ME LOVE (MERCURY 71 267 X 45)

    le style la voix n'est pas sans rappeler RICKY NELSON .

     

     

    encore un super single ......trop peu connu .

    Il doit quitter MERCURY et signe chez  PLAY . Il en sort un disque le 25 NOVEMBRE 1958 .

    THAT S WHAT I LIKE ABOUT LOVE -LET ME KEEP YOU COMPANY 

    ET cette fois le niveau bien que bon est  inferieur au précédent .

     

     

    Après Mercury, John a enregistré pour d'autres labels, y compris, Play Records, Dek Records ..... Johnny a collaboré avec Dave Dudley pour écrire le hit de 1972 de Dave, 'It Takes Time'. Durant sa carriere Au fil des années, Johnny a partagé la scène avec Johnny Cash, Tammy Wynnette, Buddy Knox, Jim Reeves, Dave Dudley, Claude King, Wynn Stewert, Hawkshaw Hawkins, Jean Sheppard, Marvin Rainwater et bien d'autres.

     

    Dans les annes 2000 

    Johnny a  encore écrit  des chansons et  jouer à l'occasion ,il vavait  avec sa femme Pat sur la rivière Gull près de Brainerd, MN. C'est un artiste autodidacte et un tres bon pêcheur . 

     

    https://www.discogs.com/fr/artist/1959304-Johnny-Jay-3

    quelques titres annees 60 en country music .

    MERCI A LUI D EXISTER ET QUE DIEU NOUS LE PRESERVE .

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique