• 1949,. Le rock existait donc, mais on n’en parlait pas. Pourtant, les stéréotypes, les anatoles, les phrases musicales, les codas, les paroles même, tout est là. Avec deux versants, un versant blanc qui prend racine dans la country, un versant noir, qui, lui, puise ses racines dans le blues et le rhythm n’ blues : "All She Wants To Do Is Rock" par Wynonie Harris (dans lequel on trouve même que "She Rocks With The Clock", rime oblige), "Rock Awhile" par Goree Carter, "Rock Cola" par Joe Lutcher, "I’m Gonna Rock" par Ralph Willis, ou "Rocking At Home" par Flyod Dixon. Certains vont faire parler d’eux, par exemple Fats Domino ("The Fat Man""Hey Là-Bas Boogie"), Champion Jack Dupree ("Rub A Little Boogie"), Louis Jordan ("Saturday Night Fish Fry"), Big Joe Turner ("When The Rooster Crows") ou B. B. King ("Take A Swing With Me"). On aura même la surprise de découvrir dans l’orchestre de ce dernier les deux Phineas Newborn, le sénior à la batterie et le junior au piano. On a sur la plupart de ces rocks protohistoriques, le piano rock issu du boogie ("Waking Up Baby" par Ray Milton), le saxophone à la Bill Haley qui en rajoute dans les effets ("Let’s Have Some Fun" par Jesse Thomas), les musiciens qui répondent en chœur au chanteur soit par la voix ("Rag Mop", par Johnnie Lee Wills ou encore "Ain’t Get No Grindin’" par Moon Mullican) ou par leurs instruments ("Ain’t Gonna Do It" par Dave Bartholomew, le découvreur de Fats Domino). Les archétypes du rock classique sont en place, les breaks de la musique pour laisser le chanteur ("Two Many Women" par Jerry Irby) ou bien le solo obligé de guitare ("Bingo Boogie" par Tommy Mooney). Les deux versants, country et rhythm n’blues, apportent chacun leurs caractéristiques. Aussi, sur le versant country on a la voix qui joue les effets mâles, un peu comme le faisait Presley ("Riders In The Sky") par les Sons Of The Pioneers ou les effets "guitare hawaiienne" très à la mode à l’époque ("Can’t Live Without You" par Don McCord). Sur ce versant, on retrouve les instruments de musique de typiques de la country : le fiddle ("Smokey Mountain Boogie" par Tennessee Ernie Ford ou "We’re Gonna Go Fishin’ " par Ole Rasmussen), mais aussi le cruchon et les cuillères ("Jug Band Boogie" par Louis Innis). Parmi ses gloires, l’ancêtre du rockabilly : Ramblin’ Tommy Scott ("Gonna Paint The Town Red"). Sur le versant rhythm n’blues la scansion particulière des Noirs-Américains tellement expressive et swinguante ("Butcher Pete" par Roy Brown, ou encore "Little Red Hen" par Johnny Otis. Ou encore ce sosie de Little Richard avant la lettre, "Smilin’ " Smokey Lynn, ("Run Mister Rabbit"). Outre les grands bluesmen ci-dessus cités le père officiel du rock and roll – puisque c’est avec l’une de ses chansons qu’Elvis Presley débuta – le fameux, mais oublié Arthur "Big Boy" Crudup ("Shout Sister Shout

     

     

     

     

     

    « L’année ou naît dans le magazine Bilboard, le 25 juin 1949, le Top 40 avec le qualificatif "Rhytm & Blues" en remplacement de Harlem Hit Parade. En principe, musique faite pour des noirs par des noirs, mais blancs et noirs s’y mêleront sans unité stylistique, mêlant le Blues, la Country, le Western, le Swing, le Jazz bien entendu où domine la voix douce ou criarde, le saxophone ténor hurleur et la guitare 

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • reflexion rocabilly rock n roll

     fondation cartier special rock n roll

     

     

     

    Considéré très longtemps comme un Art mineur, le Rock'n'Roll a été réhabilité grâce à une impressionnante exposition à la Fondation Cartier à Paris.

    https://www.amazon.fr/ROCKN-ROLL-39-59-dexposition-contemporain/dp/2869250738



    Du Blues au Boogie-Woogie et de la musique Hillbilly au Rythm and Blues toutes les racines de ce genre sont représentées à travers des centaines d'objets et documents.
    Deux niveaux permettant aux visiteurs d'apprendre à travers un parcours didactique et enrichissant l'apport de cette musique dans la société. Entre film (Rock'n'Roll: The Early Days de Patrick Montgomery et Pamela Page), concerts (Heavy Trash, Tav Falco etc…) et conférences (Buddy Holly par Greil Marcus etc…) ce voyage dans le temps nous permet de revivre ces années durant lesquelles l'insouciance des Teenagers faisait des pieds de nez permanents aux conflits générés par leurs aînés.
    Isabelle Gaudefroy, commissaire de l'exposition, nous explique plus en détail les tenants et aboutissants de cette passionnante rétrospective.

    Madame Gaudefroy, quelles sont les raisons qui ont poussé la Fondation Cartier à s'intéresser à un art tel que le Rock'n'Roll ?
    Nous pensons que le Rock'n'Roll est aussi une forme d'Art contemporain, par ailleurs la Fondation a toujours été ouverte à toutes les formes d'Art. Dans le passé, par exemple, nous avions déjà fait, en 1991, une exposition sur Andy Warhol et le Velvet Underground où la musique était très présente.
    Il y a aussi eu beaucoup d'expos de design avec des cinéastes tels que David Lynch …

    C'est donc un peu dans notre culture de balayer tous les horizons de la création contemporaine.
    Ce qui est plus atypique pour nous est d'être, actuellement, dans une exposition plus historique où une période est retracée. Seules les années 60 avaient déjà été mises en avant dans le passé.

    Ce qui nous a poussé à travailler sur cette thématique est l'envie de montrer à quel point le Rock'n'Roll des années 50 était révolutionnaire. Il est arrivé dans une société extrêmement rigide, conformiste et raciste. C'est une donnée que l'on oublie souvent en Europe où on associe souvent le Rock et la révolution aux années 60. On a un regard plus nostalgique sur les années 50...

    On ne se rend pas compte que les gens qui ont fait découvrir le Rock'n'Roll durant cette décennie ont, véritablement, bouleversé une civilisation entière.

    Outre la musique, quels sont les domaines plus " sociaux " qui sont abordés ici ?
    Une problématique que nous mettons vraiment en avant est la problématique raciale…
    Un des apports majeurs du Rock'n'Roll, en termes d'impact politique et de répercutions sociales, est que cette musique a été un des coups de boutoir principaux apportés à cette fracture raciale.

    En 1954 il commençait à y avoir une légère prise de conscience aux USA du fait que la ségrégation était une chose peu admissible. Cette année-là, la Cour Suprême américaine a décidé d'interdire la ségrégation dans les écoles. Il était, enfin, anti-inconstitutionnel de séparer les noirs des blancs…

    La même année, le Rock'n'Roll explosait avec le premier disque d'Elvis Presley et " Rock Around the Clock " de Bill Haley.
    Cette concomitance de phénomènes a fait que l'on peut lier la problématique raciale à la question du Rock'n'Roll

    Combien de temps vous a-t-il fallu pour préparer un tel évènement et réunir tous les objets exposés ?
    Nous avons travaillé dessus un an en ce qui concerne la partie recherche et documentation.
    Les six derniers mois ont été consacrés, en partie, à réunir les différents matériaux qui constituent l'exposition. C'est, en fait, assez court compte tenu du nombre de documents (plus de 600 entre les photos, affiches, lettres etc…) rassemblés.

    Nous avons beaucoup travaillé avec des interlocuteurs américains qui sont des grands collectionneurs et qui nous ont beaucoup aidés en nous fournissant des documents extrêmement rares et importants.

    S'agit-il de collectionneurs privés ou avez-vous eu recours à des Musées américains ?
    C'est principalement des collectionneurs privés bien que deux Musées (le Rock'n'Roll Hall of Fame de Cleveland et l'Experience Music Project à Seattle) nous ont prêté beaucoup d'objets.
    Parmi ces collectionneurs il y a, quand même, pas mal d'européens dont quelques français qui possèdent de nombreux disques, magazines et documents papier.

    Pour les objets plus rares et spectaculaires, comme les guitares (anciens instruments d'Elvis Presley, Buddy Holly ou Carl Perkins par exemple), ils appartiennent à des collectionneurs privés.

    Quels sont les autres temps forts de l'exposition ?
    Nous avons souhaité mettre l'accent sur l'art graphique de l'époque avec des affiches des années 50 qui sont exceptionnelles. Aussi bien du point de vue du contenu que de l'aspect visuel. C'est, par exemple, la première fois que des musiciens blancs et noirs figuraient sur la même affiche…
    Ce phénomène était encore impossible quelques années auparavant.

    Nous avons aussi reconstitué un studio d'enregistrement des années 50 avec le matériel de l'époque. C'est un univers dans lequel les spectateurs aiment beaucoup se plonger. Ce studio sert aussi de lieu d'exposition puisque y figurent des photographies de l'immense artiste américain, William Egglestone.

    Ce dernier avait pris des clichés du studio de Buddy Holly (qui appartenait en fait à Norman Petty, également auteur de chansons pour B.Holly, Nda) à Clovis (Nouveau-Mexique). Ce lieu est resté inchangé depuis les années 50...

    Parmi ces objets y-en a-t-ils qui sont exposés pour la première fois ?
    De nombreuses choses sont exposées pour la première fois…
    Etant un centre d'Art nous avons beaucoup appréhendé cette exposition à travers la photographie.
    Ainsi une large section présente des clichés d'Elvis Presley par Alfred Wertheimer. Il y en a une soixantaine dont de nombreux inédits.

    Autour de cette exposition, de nombreuses manifestations sont mises en place. Pouvez-vous m'en dire plus ?
    Nous avons un programme de performances et de spectacles qui s'appelle les Soirées Nomades dans le cadre duquel nous allons organiser de nombreux concerts ainsi que des conférences.

    A titre d'exemple, il y aura un concert de John Spencer et beaucoup d'autres personnalités issues de la scène Rock américaine et qui sont très influencées par le Rock'n'Roll des années 50.
    Il y aura aussi des évènements plus ludiques comme un bal Rock'n'Roll du 14 juillet ou encore le Championnat de France de Air Guitar.

    Cette manifestation a-t-elle déjà suscité la curiosité de quelques artistes de Rock'n'Roll ?
    A cette date (enregistrement réalisé le 22 juin 2007, Nda) nous en sommes qu'au début de la médiatisation.
    De surcroît, nous préférons choisir nous-même les artistes avec lesquels nous travaillons.

    Avec notre recul des années 2000, quelles sont les grandes leçons que nous pouvons tirer de ces années et de cette explosion culturelle ?
    Ce qui est étonnant est que ce mouvement est né de manière très spontanée par le biais de gens qui ne savaient pas très bien ce qu'ils faisaient, à quel point cela était révolutionnaire et nouveau.
    Depuis le Rock'n'Roll est devenu un " mot clé " qui est énormément utilisé.
    titre d'exemple j'ai, dernièrement, entendu que lorsque l'on reçoit une Freebox le code pour y accéder est Rock'n'Roll

    Ce terme est, aujourd'hui, cuisiné à toutes les sauces, c'est devenu un vrai label alors qu'au départ il s'agissait d'une lame de fond qui a causé un mouvement de société.
    Aujourd'hui le Rock'n'Roll est un produit de marketing même s'il existe encore plein de choses nouvelles et extraordinaires dans les productions récentes.

    Même si la vitalité perdure je pense que le côté révolutionnaire originel n'est plus forcément dans le Rock'n'Roll.

    Est-ce qu'à titre personnel, le fait de travailler depuis de si nombreux mois sur ce projet vous a apporté un enrichissement personnel. En avez-vous tiré quelque chose ?
    J'ai appris énormément de choses car il s'agit d'une exposition historique.
    Quand on travaille sur une période de l'histoire on s'y plonge entièrement. Même en ayant des connaissances sur le sujet, on apprend des choses…

    Cela en dit long, aussi, sur la culture contemporaine car l'explosion du Rock'n'Roll dans les années 50 a été la base d'un changement culturel qui a balayé toute la civilisation occidentale.
    On prend, de ce fait, conscience de beaucoup de phénomènes culturels actuels.

    Souhaiteriez-vous donner une suite, décennie par décennie, à cette exposition ?
    Non, je crois que ce n'est pas le principe de travail de la Fondation Cartier.
    Nous nous attaquons à un thème lorsque nous estimons que le moment est mûr pour le faire et surtout lorsque nous avons envie de le faire. Il faut qu'il y ait du désir, nous n'aimons pas les choses systématiques.

    Lorsque nous avons fait, dans les années 80, une expo sur les années 60, c'était pertinent car personne ne s'intéressait à cette décennie. De la même manière, aujourd'hui, personne ne s'intéresse au Rock'n'Roll des origines alors qu'il y a un vrai " revival " de cette musique. Il suffit de voir l'influence qu'elle a sur les jeunes groupes…

    Il y a un vrai parallèle entre la société où est né le Rock'n'Roll dans les années 50 et la société dans laquelle nous vivons aujourd'hui.

     


    David BAERST

     

     

     

     

     

     

     

    http://nawaksland.canalblog.com/archives/2007/08/02/5790746.html

    http://surlaroute66.free.fr/Depart/Reportages/reportages_48_cartier.htm

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Elvis Presley est mort, mais le mythe demeure. Avec humour, tendresse et nostalgie, Luc-Antoine Diquéro le fait revivre à travers le regard d'un adolescent des années cinquante. For the good times, Elvis.

    Quelle part de fantasme entre dans la nostalgie d'une époque ? Les années cinquante, Luc-Antoine Diquero, né en 1956, n'en conserve quasiment aucun souvenir. Ce qui ne l'empêche pas d'avoir toujours été fasciné par cette décennie chargée de mythes qui prenaient la forme que chacun voulait bien leur donner.  Les Trente Glorieuses promettaient un avenir radieux, la beat génération taillait la route en attendant de révolutionner la littérature, et la jeunesse occidentale découvrait les déhanchements ...

     

    mise en scène Luc-Antoine Diquéro ; pièce d'après Elvis, balade sudiste de Denis Tillinac ; musique Marc Delhaye ; production Filature, Mulhouse ; avec Marc Delahaye et Luc-Antoine Diquéro
    Note : Notice rédigée d'après le programme de la saison
    Première représentation : la Filature, France (la Filature) - 25-09-2008

     

     <p>Un voyage en adolescence, couleur sépia</p>

     

    For the good times, Elvis

    piece que j ai vu a strasbourg ...

    Le comédien et metteur en scène Luc-Antoine Diquéro avait depuis longtemps envie de monter un spectacle autour du rock'n' roll. Il attendait une occasion ; ce fut la découverte du roman de Denis Tillinac'Elvis, balade sudiste'. Si l'auteur relate un voyage à Memphis sur les traces d'Elvis Presley, il fait bien plus qu'esquisser le portrait de la superstar américaine. Il brosse aussi celui de toute une génération : la sienne, celle des enfants du baby-boom, celle d'avant soixante-huit. Il y convoque sa jeunesse en culottes courtes, entre Paris et la province corrézienne, dans la France d'avant Valéry Giscard d'Estaing. Habillé comme un teenager de ce temps-là, Luc-Antoine Diquéro restitue les souvenirs d'une génération qui découvrait la vie en même temps que Blue Suede Shoes.

    D'après 'Elvis, balade sudiste' de Denis Tillinac
    Mise en scène de Luc-Antoine Diquéro
    Avec Marc Delhaye, Luc-Antoine Diquéro

     

    Théâtre et rock’n roll ne se fréquentent guère. Mais on a parfois envie de présenter l’un à l’autre deux amis qui ne se connaissent pas : c’est ce qui est arrivé à Luc-Antoine Diquéro. Il y a assurément quelque chose de paradoxal dans la rencontre qu’il a imaginée : pour évoquer le rêve des foules en délire devant la star, la relation proche d’un acteur seul en scène et de spectateurs attablés autour d’un verre ; pour célébrer la mémoire du King, des bribes biographiques mêlées aux fragments d’une adolescence dans les années 60. Car ce spectacle inspiré du livre de Denis Tillinac s’attache moins au mythe qu’à l’étrange émotion qui naît d’une voix ou d’une chanson lorsque s’y attachent les souvenirs les plus intimes. For the good times, Elvis ne sombre pas pour autant dans la mélancolie : quand Luc-Antoine Diquéro chante Blue suede shoes ou Hound dog il offre à ses spectateurs le plaisir de partager, dans l’instant du théâtre, une musique qui porte encore sa pleine charge de vie. indexation_end -->

    Générique

    • Texte de : Denis Tilinac
    • Mise en scène : Luc-Antoine Diquéro
    • Musique : Marc Delhaye
    • Scénographie : Jean-Marc Skatchko
    • Lumière : Jean-Marc Skatchko
    • Avec : Luc-Antoine Diquéro, Marc Delhaye
    • Production : TNS Strasbourg

    Guidé par le fantôme du King, le comédien et metteur en scène Luc-Antoine Diquéro plonge avec délice dans la nostalgie des années 50, âge d’or du rock’n roll.

    «Je n’imite pas du tout Elvis : je me rêve Elvis.» Pour Luc-Antoine Diquéro, la précision est d’importance : son spectacle, s’il est porté par les chansons du King, est d’abord un voyage dans le temps, dans la nostalgie et les souvenirs d’une époque. «Depuis longtemps j’avais envie de raconter les années 50, une période dont je suis imprégné (NDLR : il est né en 1956), faite de bouleversements sociaux et d’une grande liberté, juste après la guerre», raconte l’artiste. La rencontre avec le roman Elvis, balade sudiste, de Denis Tillinac, le décide à franchir le pas. «Elvis faisait complètement partie de mon univers musical, même si j’étais plutôt fan de Gene Vincent. Je me vois encore, gamin, dans ma robe de chambre à carreaux, imiter le King devant ma famille !»
    En adaptant pour le théâtre ce roman drôle et sensible écrit à la première personne, Diquéro met en scène et incarne un adolescent qui rêve dans sa chambre aux couleurs sépia. «On touche à l’universel, les spectateurs se retrouvent dans ces souvenirs, quelle que soit leur génération, ils ont l’impression qu’on leur raconte leur propre vie», souligne le comédien. 

    Les plus grands tubes du King
    Sous une forme qui n’est pas si loin de la comédie musicale, Luc-Antoine Diquéro prend aussi le micro et rythme le spectacle en chansons, accompagné sur scène par le guitariste Marc Delhaye, arrangeur de l’ensemble des musiques. L’occasion délectable de réentendre les plus grands tubes du King. Et s’il fallait encore une preuve de la qualité et de l’intérêt de ce spectacle attachant, signalons que les nombreux fan-clubs français d’Elvis, dont on sait quel culte sacro-saint ils vouent à leur idole, ont donné leur bénédiction après avoir vu For the good times, Elvis !
    Créé en 2000 au TNS, For the good times, Elvis est de retour dans une nouvelle production de La Filature.

    http://www.agencemartinelapertot.com/spip.php?article61

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://leboudoirdevesper.fr/elvis-egerie-damerican-crew/

    Résultat de recherche d'images pour "elvis pub crew"

    Qui d’autre qu’Elvis pouvait devenir l’égérie de American Crew, qui propose depuis 20 ans des produits de coiffage, de rasage et de soins pour nous les hommes ?

    concours American Crew X Elvis

    Un peu datée, l’image d’Elvis, me diriez-vous? Pas du tout ! De l’avis de David Raccuglia, fondateur de la marque, Elvis a une image très actuelle, universelle et la grande tendance du rétro refait surface (vive la brillantine !). Autant de raisons qui ont fait adopter le visage d’Elvis par la marque American Crew qui sort une gamme de produits « so vintage » mais aussi très actuels dans leur technicité.

     

    http://us.americancrew.com/

    Elvis, de la tête au coeur avec AMERICAN CREW

    À l’époque, tous les garçons rêvaient de ressembler à Elvis Prestley. Son déhanchement suave,  ses vêtements stylisés, son assurance débordante, son regard de braise et ses cheveux gommés sont sa marque de commerce. Le voyou au cœur tendre se colorait les cheveux. Il est en fait châtain clair, mais pour les besoins de la scène, il arborait des cheveux noirs comme le charbon. Sa célèbre coiffure est un symbole pour toute une génération de baby-boomers. Même plusieurs années après sa mort, il reste présent dans l’esprit de bien des gens.

    American Crew est la marque de produits capillaires favorite de bien des mecs. Ils apprécient la versatilité et la qualité des pommades, gels et crèmes pour rendre sa coiffure ordinaire, en quelque chose de grandiose! C’est donc logique que cette compagnie s’associe à l’héritage d’Elvis pour sortir une collection exclusive de produits avec l’effigie du King sur les petits pots. Vous pouvez choisir parmi une sélection de 6 produits chouchous de American Crew, dont la pâte fibreuse pour un look plus naturel, la pommade pour des cheveux bien lissés, de la pâte pour définir une certaine structure, de la crème pour une longue tenue.

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • REFLEXION SUR ELVIS THE MOVIES (kurt russell)

     

    eh oui le dvd du film ELVIS THE MOVIE avec KURT RUSSELL DE JOHN CARPENTER a été mis en vente en 2010 . ALORS JE ME DISAIS , tiens  ca fait très longtemps que je n ai pas visionné ce long métrage sur la vie d ELVIS .

    eh bien mince j'ai trouvé cela avec le recul, vraiment  un peu raté comme souvent sur tous les hommages fait sur PRESLEY (ELVIS et moi etc etc)  , peut être un des mieux , mais pas très bon . Je me répète mais le seul bon moment a été les feuilletons avec MICHAEL St GERARD la série GOOD ROCKING TONIGHT.

    Je m explique pour ce film :

    On nous représente en l'acteur de KURT RUSSELL, un ELVIS constamment TRISTE ? TOUJOURS AVEC DES SOUCIS PROBLEMES, mince c'est TOO MUCH QUOI !!!

     Il y a des erreurs, malgré l'aide de CHARLIE HODGE, ELVIS chantant dans un bal période armée ???? etc  etc ....le gros du succès est survolé, les Lives fifties, on croirait des petits bœufs avec 30 personnes dans la salle . bref une accumulation de truc, on se dit M CARPENTER a survole le phénomène, indigne quoi.

    POUR ENFONCER LE CLOU : que dire de la traduction FRANCAISE

    UN MASSACRE / LA VOIX DE LA MAMAN D ELVIS (dans le film Shelley Winter donc bonne actrice?)  est tout simplement débile, rien qu’a l'entendre §§§§§ !!!!!! on l a rend idiote, bête etc etc ...les autres sont guère mieux.

    Kurt bon se débrouille comme il peut pour sauver cette cacophonie mais la magie  n’y est pas.

    On nous doit FRANCHEMENT UNE REVANCHE - A QUAND UNE BIO DIGNE DE CE NOM ? AVEC REALISATEUR PRODUCTEUR ACTEUR CONCERNE PAR ELVIS -

    Thomas Dutronc :Un autre de mes pères est Elvis Presley. J'ai usé la cassette vidéo de son come-back, en 1968. Si seulement je pouvais jouer d'une façon si immédiate, si accessible, de cette façon qui explose au visage...

     

     

    Julien Doré ils jonglent avec les influences telles qu'Elvis Presley bien sûr, mais aussi Jon Spencer Blues Explosion, Sonic Youth, The Velvet Underground, Nick Cave, The Black Keys.

     

    Elvis [Blu-ray]

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • ATTENTION loin de moi la pensée de critiquer ....au contraire mais je veux juste réagir comme je le fais partialement sue ce livre ..deja si je le fais c'est qu'il entre dans la catégorie des livres m’intéressant ( sérieux-applique -sans tabou -  pas éclectique-) , je sais également que certains passages sont survolés car le livre traite de sa rencontre et non sur une biographie , alors que certaines de mes remarques sont basés sur le traitement manière biographique (mon seul but est de bien mettre le négatif lors qu' il y a  dans son contexte , ce qu'il y a rien de méchant je l’espère... de plus ce texte va être donner à l'auteur et sera publié qu'avec son aval , donc suivra un débat ou non ou juste des remarques ....

    Je commence :

    Bravo donc au préface mais cela je n'en doutais pas surtout venant de BOBBY SOLO ....

    Pour le passage page 24 : pas tout à fait d'accord .En 1960 sa tessiture lui permet déjà de chanter dans tous les registres et même de chanter des titres qu'il aura du mal à reprendre plus tard , à tonalité égale , 1969 ce qui a changé surtout est la sonorité de sa voix , elle devient plus "foncé" , un peu voulu on sait depuis 1967 ELVIS est très porté a travailler ses notes  graves .Elvis abandonne également , cette merveilleuse voix fluette qu'il a dans le début des 60's et qui fait son immense particularité , pour effectuer un chant plus en voix pleine , moins aigu, moins velours , donc qui redevient plus ROCK AGGRESSIF dans certain titres .

     

     page 26 :oui oui oui le cru 1958 est merveilleux , HANK GARLAND pour ma part apporte énormément  aux titres et est bien trop sous estimé des fans du KING .D ailleurs le son NASHVILLE (SOUND NASHVILLE STUDIO ) sera bien représenté à ses sessions de juin 1958 .

     

    PAGE 44 On sent comme un regret récurrent des années 60 en général ou une partie en tout cas . Suis d'un coté OK pour ce qui est des sessions pre 1964 dites de films , mais hors mis cela ELVIS reste une machine studio , hélas beaucoup de super titres mal exploites ...§§§!!! et la çà devient alarmant de la part de  Parker et autres.....

    page 49: oui incompréhensible , aucune trace des ses répétitions (a rager tout de même) , il y a bien du y avoir enregistrement rien que pour eux , écouter si çà le fait , quel titres fonctionnent mieux que d'autres (comme nous tous en répétitions!!!) .

    J ai adoré le travail de LARRY MUHOBRAC sur scène en 1969 , ainsi que celui du BOBBY MORRIS ORCHESTRA , toujours très peu INDIQUE !!!

    Page 54  : Byzarre comme certains à l'époque sont un peu septique de la notoriété du KING (absence peut etre trop longue de la scène????) , comme si il fallait obligatoirement passer par VEGAS , pour être dans les meilleurs .On se rend bien compte également , que la profession attendait de voir l ELVIS PRE 70s . Comment pouvait il évoluer lui qui était le ROI des fifties , du rock n roll !!!

    BILL MILLER parle déjà de record (des réservations) .....lui dans le milieu de Vegas depuis 1953 .

    PAGE 56 Dans l'interviex (la encore non filmé!!!!!!)  on s’aperçoit de la fidélité que porte ELVIS envers le Colonel Parker , pour sa carrière il ne lui donne que très peu d'erreurs ,prenant sur lui , alors que ....bref je pense qu'il a la encore fait des erreur, PRESLEY aurait du lui montrer son mécontentement aux yeux de tous ....

    On voit qu'il n a pas l'intention de suivre le chemin  : Artistes à texte engagé et qu'il veut rester une star neutre (tout à son honneur pour ma part) .

    Hollywood n'a pas été son trip du tout !!!

     

    Ce qui frappe  :  bien sur les anciens fans sont au courant de ce fait  , est le mauvais gout des responsables pour les décorations de l hôtel . Vous en faites part , ELVIS ne se gênera jamais et même par la suite , autant dire c'est un avis général .......

    Page 82 : Pour le passage MOBY DICK , on peut le voir faire egalement sur le NBC SPECIAL  SHOW DE 1968 (passage en cuir noir) .

    Page 83 : Lors d'un compte rendu d'un club sur ce voyage(Gargiulo) , j'avais déjà lu qu'il présentait Parker en SANDERS . Bien trouvé d ELVIS , car Sanders comme Parker son grade de COLONEL est purement qu honorifique , ce dernier s'est surtout fait connaitre pour ses poulets (responsable et créateur KFC) , Parker a eu un passage avec des Canaries  et sutout pour leur Philanthropie ....

    citation de Sanders qui pourrait aller à Parker

    • « Il ne sert à rien d’être l’homme le plus riche du cimetière. Vous ne pouvez conclure aucune transaction de là. ».

     J'ai alors pris la résolution de faire quelque chose de ma vie. Et ce ne sont ni les heures, ni la somme de travail, ni l'argent que cela aurait pu coûter qui m'auraient dissuadé de donner le meilleur de moi-même. J'ai depuis toujours agi de la sorte et cela m'a profité. J'en suis convaincu.

    Ne vous opposez jamais à quoi que ce soit, tout comme il ne faut jamais rien approuver 

     

    page 85 :Le groupe derrière lui est de loi , le meilleur qu'il n ait jamais eu ! c'est une prise de partie (personnelle ) je pense  , on peut demander un droit de réponse et un débat sur ce fait .

    PAGE 91 : J e demande un supplément d'informations sur cette photo , qui ne peut en aucun cas venir du 12 AOUT , car il ne chante pas MY BABE à ce show ...

     

    Page 95 - 102 : OUI , cela a frappé tout ceux l'ayant rencontrés , beauté naturelle , bonté ,humilité, gentillesse,courtoisie,humour et générosité . QELLE BELLE RENCONTRE !!!

     Page 103: Eloge (petit résumé) .....CAMPBELL /EXCEPTIONNEL

    TOM JONES / FANTASTIQUE AU SOMMET

    J RIVERS / LA PLUS GRANDE STAR MONDIALE

    F DOMINO / JAMAIS UN AUTRE ELVIS

    P CLARK /BETE DE SCENE

    N SINATRA / PRODIGIEUX -BRILLANT

    R STARR /GEANT SENSATIONNEL

    CARY GRANT / EMU= JAMAIS VU UN SPECTACLE PAREIL

    Y BRYNNER/ MERCI POUR LE PLAISIR DONNE

    RECORD MIRROR /PLUS GRAND ROCKER DE L HISTOIRE -PLUS GRAND CHANTEUR DE TOUS LES TEMPS .

    LONDON EVENING /RETOUR FRACASSANT

    BILLBOARD /VIBRATIONS -EMOTIONS

    MAGASINE MUSICALDISC AND ECHO /  LE KING PORTE UNE NOUVELLE COURONNE -RETOUR LA OU EST SA PLACE.

    HERALD EXAMINER /ARTISTE LE PLUS MAGNETIQUE DE L HISTOIRE DU SHOW BIZ .

    JERRY LEE LEWIS /FRANCHEMENT UNE TOURNEE ENSEMBLE HE KING -THE KILLER ON TUERAIT LES STONES ET BEATLES....

    CHARLTON HESTON /CHARISME -MAGNETISME- NUL AUTRE PAREIL

    ET J EN PASSE ......

     Page 112 : MARIUS parle de caméra présente , j'avais déjà entendu çà , reste une énigme ; un petit espoir qui sait ...!!!!!!!

     et oui JEAN MARC film 15 mn en supe 8mm ..

    Page 113 : VEINARDS , ils assistent à un morceau des répétitions dans l'hotel . (et je tiens à confirmer cela m'étant été compté de vive voix au plus pres de ce récit) .

    Page 116 :Parker près des tables de jeu , malheureusement deviendra préjudice pour la suite de la carriere du KING !!!

    Page 117 : Musiciens -Choristes unanimes . ELVIS vrai musicien --unique -le plus grand .

    Page 117 : Donc même AOUT 70 restera en dessous de ce AOUT 69 . Jean MARC me disait également peut être légèrement  plus spontané , plus violent encore ...

     Page 125 / Fred astairs certainement un des plus grands danseurs de tous les temps et MEGA star Hollywoodienne periode  annees40 -50 .....Cyd charisse aussi danseuse et surtout considerée comme les plus belles jambes du milieu .

     Nombres de records qu'il va battre à LAS VEGAS et le seul à les battre sera toujours lui l'année d’après ainsi de suite !!...

     

    Page 131 : ELVIS voulait bien venir en Europa à l'époque , tout était prés , seul le colonel Parker l'y en dissuada .

    Page 135 -136 Effectivement rien ne confirme pour sa premiere venue à PARIS qu'il ai chanté et sa montée sur scène au Lido , je n'y crois guère , ce n'était pas son style .

    Page 145 :Oui Mathieu pareil pour moi , je ne l'ai rarement trouvé en grande forme dans l'année 76 -77 .

     Comment L ELVIS éblouissant de 1969 ai pu accepter l'émission de juin 1977 (disons qu'il y avait plusieurs raisons et la premiere que je vois est financier...) . Et tu ajoutes même si la voix reste magnifique ; permet moi e te contredire sur un point pas sur tous les styles de musiques ; pour le rock lorsque l'on écoute HOUND DOG -TEDDY BEAR DONT BE CRUEL ...... disons dans les rocks 50-60 assez haut en tonalité on remarque qu'il manque de souffle et il peine quelque peu !!!

    La nullité des medias et  l'amalgame qu'ils font , de représenter l' ELVIS 70's juste sur ces shows de juin 1977 est vrai parfois , malheureusement .

     Page 147 : Magasine LIFE : édite un numéro spécial sur les 100 personnalités les plus influentes et ELVIS est un des rares musicien nommé .

    En 1999 il est également dans la listes  des 100 personnalités qui ont apporte OU joue un rôle des plus important à LAS VEGAS , de sa création à  ses dernières années du 20e siècle .

     

    VOILA j espère ne pas froisser MATTHIEU , livre spécial demande un traitement spécial sur ce blog  !!! normal , juste quelques précisions de ma part ou commentaires  en loin d’êtres desagrables , je le fais à chaque fois que je tombe sur du tout bon  !!

    merci a toi donc pour ce régal , a vous 3 d'y être allé et d'etre encore dans le coup maintenant (fan) 

    QUELLE FOLLE HISTOIRE .....

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • MARTY LACKER

     

     

    MARTY est né dans le Bronx à NEW YORK et emménage en 1951 à MEMPHIS . 

     

    copain de la premiere heure , puisqu'il a été avec ELVIS et RED WEST  à la dernière année du lycée humes high .  Il a été un certain temps comptable pour ELVIS , puis homme à tout faire . Il a été garcon d honneur à son mariage ! et oui . Il a été à l'origine des deux sessions d enregistrement à MEMHIS !!!  STAX et AMERICAN SOUND STUDIO s'il vous plait .Il a été remercier en 1976 .Il y a sept ans, il a obtenu un écrou de bronze Beale Street .En 1967 il a lancé PEPPER RECORDS et ensuite est devenu vice Président et directeur commercial de l AMERICAN STUDIO .Début  70 , il a aidé au Grammy (localement) et fut Président de la commission de l'original  MEMPHIS AND SHELBY COUNTY MUSIC . Il a eu de l influence sur l'organigramme de la musique à MEMPHIS ET DE SA RECONNAISSANCE MONDIALE .

     

    Apres le deces d ELVIS les fans et moi avons catalogué les membres de la memphis mafia par catégorie : bien -pas sincère -ami- f--X C-L etc ....Ensuite avec les moyens (financiers-puis les réseaux internet - livres ....) j'ai lu tous les livres de ses membres les livres sérieux de biographie intelligente - lecture des livres technique qui sont nombreux actuellement , mes idées ont énormément évoluée . Je ne m expliqueras en l'ocurrence la que pour MARTY .

    Oui a me mettre beaucoups de fans a dos , il était un de ses vrais amis ! il considérait ELVIS et est dans le camps plus critique et pourtant le plus honnête et de ceux qui ont le moins profite du KING .Bizarre beaucoups de ses amis qui ont voulu le réveiller l'aider  ont été congédié , une réflexion à avoir non !!!!

    Je vous conseille de lire les interviews que je vais remettre  a la suite (extrait qui m a paru intéressant) que j ai traduit de différentes sources .Vous verrez que certaines affirmations sont bien à l'opposées , certaines personnes (vipere) cachent ou cachaient bien leur jeu , d'autres égales à eux mêmes . Mais souvent bon pas toujours ses dires rejoignent mes pensées .

     extrait :

     après Elvis on tour ,  pour ELVIS sa seule satisfaction a été le SHOW d HAWAII ...il accuse vraiment et ca j en suis convaincu car de son avis depuis des années que PARKER a été une catastrophe pour PRESLEY dans les années 70 .

    le passage sur stax est émouvant et très frustrant . en effet ELVIS dit oh combien ses sessions sont merdiques de par le matériel propose , il le fait vraiment à contre cœur .

    MARTY explique que la cause en es PARKER bien sur et QU Elvis EN 1973 AVAIT CHERCHE DU MATÉRIEL DE QUALITÉ BLUES ET ROCK POUR ENREGISTRER ...DÉMENTIEL PARKER AVAIT REUSSI ENSUITE A ECOEURE ELVIS D ALLER EN STUDIO .C EST FOU FOU FOU . FAIRE CA AVEC UNE PEPITE COMME ELVIS ......

    MARTY DIT BEAUCOUP DE CHOSES SUPERBES ET VRAI ...il a une analyse très pointu de la carrière sans jamais lui manquait de respect .

    Il est aussi formel que LE KING était en aucun point raciste et savait fort bien d ou il venait et ce qu il devait au noir , comme au Hill Billy . i l na jamais oublier ses origines .

    D après lui ELVIS n'aurait pas été content que ce soit PRISCILLA qui ce soit occupé de ses affaires ou ai encore son mot à dire ...Pour ELVIS s'était clair , il ne voulait en aucun point qu'elle ai quelque chose à voir ou faire avec le monde PRESLEY (ELVIS) . La preuve ,son testament ou rien ne lui ai revenu , elle en a ragé !!!

    elle a été maline de n'avoir jamais change de nom , alors qu'elle s'est remarié , les fans ont été trop gentil sur ce coup ,  l'argent qui l'intéressait après le divorce , que l'argent ....la pire en fait ......

    Eternelle  question sur la prise de médicaments ..: OH trop exagération !!! oui il en a pris ! mais n'a jamais ou presque été impotent fausses rumeures , la prise de somnifère ont pu le faire titubé quelques fois . C est ses trop nombreuses apparition sur scène qu'il lui ont fait prendre trop de médicaments . Ce n'était en aucun cas un toxico , il prenait des trucs régulièrement surtout période de tournées , comme il en faisait beaucoup et bien c'est un engrenage .

    Dans les années 60 il fumait des cigarettes Tareyton  , disons un paquet lui faisait 4 jours , après 70 ce fut des petits cigares.

     MARTY : Oui cette fameuse nuit de septembre 1973 au HILTON LAS VEGAS .Elvis avait un room serveur attitre : MARIO  et la rumeur ou plus vient aux oreilles de PRESLEY , l hôtel va se débarrasser de lui ...Elvis défend et dit même allait voir CONRAD HILTON après le concert , PARKER l'en  défend  DE PEUR DE CONTRARIE CE DERNIER , ELVIS entre dans une colère , ON NE VIRE PAS UN GARS QUI A BESOIN DE BOSSER ...S en finira par un tir de PRESLEY sur LE COLONEL QUI A EU TRES PEUR ET A VOULU QUITTER LE NAVIRE , MAIS en n oubliant pas COMME TOUJOURS , d'étaler ce que devra les PRESLEY (2 millions de dollars cette fois - un pourri ce mec tout était faux c'était lui qui était redevable ce voleur , mais VERNON avait peur ou pire était de MÈCHE ) et ELVIS laissait tomber ... mince quel co-----e ce TRUC ....

    Pour NICK ADAMS , c'était juste un AMI , ELVIS en a toujours eu , plus avec un par moment puis un autre c'est la vie . MAIS ALORS des rumeurs d être GAY non de pures CONNERIES , surement parce que NICK l'était quelque peu , C'EST COMME racial Elvis  s en foutait UN AMI ETAIT UN AMI , même pour l'époque si difficile lui ne mélangeait pas , il était "ROI" aussi pour çà . - MENSONGES ......INCROYABLES DE FOURNIR DE RUMEURES AUSSI SOTTES .

    si ELVIS l était alors tous l était sur ......

    En ballade dans les années 60 , on écoutait du GOSPEL - POP , je me rappelle d'une fois ANDY WILLIAMS - FOUR AMIGOS ca lui avait beaucoup plu ou souvent du ROCK N ROLL etc ....

    Pour 1968 , je sais juste qu il a voulu à tout prix LES BLOSSOMS . Il avait une réelle affinité avec les BLACK - la musique BLACK - le gospel - la laïcité oui  quoi !!! après il s'est plus réfugie dans la country , fautes de matériel surtout ....

    C 'est la faute à PARKER ,c'était un maniaque du TOUT CONTROL , les sessions de 1969 lui ont échappées , il a tout fait pour qu ELVIS ne retournent plus à l AMERICAN STUDIO .

    Oui avoir trop fait de concert (a cause encore du colonel) a tout banalisé , ELVIS n avait pu le temps de  tout amélioré ou changer et surtout aucune critique venant  des FANS à l'époque , donc faut continuer comme ça .....

    Oui sur il aurait aimé avoir  un garçons par la suite .....

    une tournée mondial aurait pu arranger beaucoup de choses sur de ce fait !!!

    Juste il a donné ANGELICA à ROY HAMILTON , il aimait ROY , sa voix et lui a dit cette chanson t ira bien .

    Pour WORDS il a entendu à la radio et lui est renté dans la tête , c'est tout .

    Pour Also Sprach Zarathustra ELVIS DISAIT QUE C ETAIT SON IDEE , JOE AUSSI ou HODGE, moi je crois plutôt ELVIS . Apres ca été fait POINT , c'est ce qui compte .

    Sincèrement JERRY LEE LEWIS a toujours été jaloux d ELVIS de sa popularité . Ils se sont un peu côtoyé dans les années 50 mais sans plus Presley a préféré s'en écarté .

    Priscilla a été audieuse après la mort d ELVIS sur l'entourage et a écarté les vrais amis , sur !!! .......Elle savait qu'elle allait pouvoir faire ce qu'elle voulait en gradant que les toutous !!!!!

    HODGE se prenait pour le meilleur amis d ELVIS , parcequ  il était un peu artiste mais ca ne l'était pas  , par contre pour poignarder dans le dos il était fort .

    LINDA s'est soucie d ELVIS comme aucune autre femme et surtout pas Priscilla qui lui a fait plus de mal que l inverse !!!et oui .....

    non je n ai jamais filme ELVIS ou pris des photos a son insu en plus les vendre merci  JOE ESPOSITO c'est sa spécialité , ELVIS doit apprécier .

    Oui il a fume la pipe mais pas très longtemps .

    oh il mangeait comme nous tous , il aimait italien , corned beef ....

    OUI SUR LE CAS JAMES BURTON -RED WEST

    Pour qui ce prend il ???  JAMES a été un des ses musiciens certainement pas son ami . Nous comme RED étions presque 24h / 24 avec ELVIS . RED aurait pris une BALLE pour lui sur ; le livre mince ils ont été berné par DUNLEAVY comme moi je l ai été , eux ont vraiment voulu qu ELVIS se reprennent dans sa carrière qui avouant 76 -77 n'était pas digne de lui ....JAMES a t il pas fait de l'argent sur le dos d ELVIS vous rigolez joue t il pour la gloire ....hum ....RED est un de ceux qui a la plus fait pour PRESLEY et en tout temps , il a couvert maintes fois bref ....UN VRAI AMI qui l a prouvé ....alors BURTON n a pas été comme  un HOMME sur ce coup , il était accoutumé du fait .

    J ai été un peu choqué par les "dires" de NANCY SINATRA dernièrement . Si ELVIS était juste un bon chanteur , pourquoi s'est elle jetée sur lui à l'époque , elle était en admiration devant ELVIS (et il y en a eu tant d'autres) . J aime frank , mais ELVIS l'a surpassé dans tous les domaines....

    Elle est la fille alors .....Mais elle a rendu des millions de FANS du KING en colère ....parcequ il y en a encore énormément , mais de son papa ?

    Qui va visiter la maison de SINATRA !!!!

    Il n'y a que très peu d'abattage sur ses anniversaires de disparitions comme pour PRESLEY .

    On exploite ELVIS a tout va dans le monde , les media PUB  le prennent souvent comme exemple , comme lanceur ....

    Très peu probable qu il ai su que SAM COOKE ai été assassiné , au plus des "dires" , après peut être une discussion , avec JACKY WILSON , ami des 2 ... ELVIS avait un légers problème  , il ne pouvait garder un secret longtemps , donc un de nous aurait été au courant ....

    J ai été un peu choqué par les "dires" de NANCY SINATRA dernièrement . Si ELVIS était juste un bon chanteur , pourquoi s'est elle jetée sur lui à l'époque , elle était en admiration devant ELVIS (et il y en a eu tant d'autres) . J aime frank , mais ELVIS l'a surpassé dans tous les domaines....

    Elle est la fille alors .....Mais elle a rendu des millions de FANS du KING en colère ....parcequ il y en a encore énormément , mais de son papa ?

    Qui va visiter la maison de SINATRA !!!!

    Il n'y a que très peu d'abattage sur ses anniversaires de disparitions comme pour PRESLEY .

    On exploite ELVIS a tout va dans le monde , les media PUB  le prennent souvent comme exemple , comme lanceur ....

    Très peu probable qu il ai su que SAM COOKE ai été assassiné , au plus des "dires" , après peut être une discussion , avec JACKY WILSON , ami des 2 ... ELVIS avait un légers problème  , il ne pouvait garder un secret longtemps , donc un de nous aurait été au courant ....

    Laissez moi une fois pour toute vous dire et être parfaitement clair !!! depuis le début , ELVIS a été le meilleur moyen de s'enrichir pour le colonel parker !!! il n'a jamais pris en considération son état mental et physique . Parker a été bien pour le lancement rapide et efficace  , mais il n'a pas évolué , il était un homme de foire , d'affaires mais pas un manager artistique !! .Il a prit 25 % des gains c'est énorme , puis en 1967 lorsque PRESLEY a eu des ennuis de santé légère  commotion  cérébral , il en a profité pour le faire signer ces 50 % cette enfoiré (je laisse exprès ce terme) . Il ne l a jamais considéré .

    En 1962 ELVIS a parlé de son séparer ! il n'a jamais été  au courant du  coté business , quel dommage !!

    Oui je BLAME parker POUR AVOIR FAIT  QU ELVIS S EST AUTO DÉTRUIT !!!

    ELVIS a toujours eu des affinités pour la musique noire .

    Evan / Quand ELVIS m a demandé de lui trouver un studio d'enregistrement à cette époque , j'ai pensé STAX , ça va le rebooster : il ma carrément dit : que ça ne représente plus rien pour lui , RCA et Parker lui demande d'enregistrer à n'importe quel prix (surtout Parker à petit prix grand profit) ; il était si déprimé du matériel qu on lui proposait à cette époque , que oui il a accepté d'enregistrer cette merde de THREE CORN PATCHES ..........Apres 69 -70 même ça le colonel lui e enlevé , comme certaines chansons de films qu il a du chanter ....cela a été la dégringolade pour PRESLEY , C était frustrant pour moi de voir ca , mais on s'est fait remettre à notre place bien souvent même avec menace .

    BIEN SUR QU IL A ETE AFFECTE ET TRISTE DE LA MORT DE BUDDY -RITCHIE ET BIG BOPPER !!!!!

    Oui plusieurs fois il n'a pas aimé les overdubb , mais n'a pas intervenu énergiquement ...

    NON notre boulot n'était pas stressant du tout  , on était assigné à une place et s'en conformer , le mien était de faire tout comme ELVIS voulait que ce soit fait . Mais J AI 2 GRANDES FIERTÉ , l'avoir fait signer à l AMERICAN STUDIO (sans avis favorable de parker !!!!) et avoir fait nommer l ELVIS PRESLEY BOULEVARD . Je l ai fait en toute amitie car je ne travaillais plus financièrement pour lui ... La meilleur chose a été SON AMITIÉ ET SON SOURIRE .

     QU / Si il avait accepté le film A STAR IS BORN , aurait été il en forme physique et mental  pour le faire ?

    Je pense que oui à chaque défi il se reprenait en main et la ! jouer avec STREISAND lui aurait fait ces efforts . PARKER l en a empêché pour plusieurs raisons , la plus importante , il savait BARBARA intelligente et femmes d affaires , elle aurait pu apprendre à ELVIS certaines choses qui lui aurait fait se poser des questions ,, sur les cachets ! commissions ! etc. qui se sont envolés !!!

    : Il savait que tout le monde ne pouvait pas se payer de ce rendre à VEGAS pour le voir , c'est pour cela qu il a accepte autant de tournée . De plus rester à VEGAS est ennuyeux à la longue ....mais à mon avis VEGAS - TOURNEES  il en a trop fait , le Colonel était gourmand....!!!!

    Les dernières années il aimait plus aller en studio car il savait le matériel assez médiocre tout cela encore grace à PARKER .Se faire un studio à GRACELAND était trop  onéreux parole de son papa  !!!!

    Non il n était pas ami avec Liberace  ELVIS  a aime sa façon de s habiller flashy , dans les années 50 .

    Par contre il n'avait pas de préjugé contre les homo mais n'aurait pas aimé du tout qu il lui fasse une avance .

    SAMMY DAVIS était un bon ami .. ANN MARGRET l a  vraiment aimé , d autres se sont servi de lui ou raconté plus qu ils etaient son ami qu ils ne l étaient (TOM JONES -PAUL ANKA ) .......

     Oui il a fait énormément de reprises car il était degouté des chansons que lui envoyait HILL & RANGE (vous connaissez les problemes avec Parker !!!) . Donc il choisissait ce qu'il aimait et connaissait ailleurs .

    Non qu il n ai pas été plus souvent à NEW YORK , çà encore c'est le colonel qui pouvait moins faire de bénéfices que dans les petites villes , ou il pouvait jouer de son influence ..

    Et encore une aberration du boss , trop en faire une star peu vue rare , donc on manque évidemment d images pour LA PUB D ELVIS , ou meme professionnellement cela a été une erreur surtout année 70 ou fallait défendre ses couleurs etc .......

    JE RIS LORSQUE Priscilla dit défendre l héritage d ELVIS ; elle ne fait que pour elle ses interets et souvent mal , car l artistique est mis de coté ..la encore un flop à Vegas ....elle est responsable de cette expo de mer-e ; pour LISA je ne sais pas à quel point elle est impliqué donc R A D .

    NOn ELVIS a rencontré qu UNE FOIS LES BEATLES en 1965 ....

    OUi il admirait les competences en ART MARTIAL de BRUCE LEE .

    En  AUCUN CAS ELVIS a voulu utiliser JAMES BROWN , on pourrait dire  BROWN a eu besoin de lui pour un peu de PUB ....BROWN N A PAS été (tout le temps)  CLEAN AVEC ELVIS !!!!!! et oui ...

    Oui avec le temps je pense que LES STANLEY ont une responsabilité sur cette soiree d AOUT 1977  ....

     

    non rumeur il na jamais été allergique à la codéine .

    je doute que ce Brendan Boyer soit venu à GRACELAND , ce personnage en a rajoute . ils se sont croisé sur un tournage (voir photo) (moi je rajoute sur le film SPINOUT tres certainement ) .

    EN AUCUN  cas ELVIS a rencontre TOMMY STEELE , ce chanteur anglais a aussi MENTI SUR §§§§§§§!!!!!!!!!

    non il na pas eu  recours à la chirurgie esthetique ( SUR ) .

     

    non MOI -RED WEST -SONNY ne voulont rien a voir avec PRISCILLA donc aussi avec LISA trop influencée par sa mauvaise mere !!!!!!!!! elles ou burton ont fait bien plus de FRICS que nous sur son DOS et pourtant c'est nous qu on accuse , on est les seuls a avoir tenté de faire quelques choses pour lui dans les années 70 , RED aurait prit une balle pour LUI  , apres BURTON -PRISCILLA (beurk) .

     Oui c'est bien connu ELVIS a dit stop au film de merde à PARKER , il voulait revenir sur scene . Parker a cédé pour le 68 NBC , mais en contre partie de pouvoir signer encore un film , avec l approbation d ELVIS ....!!!!

     

    J étais avec lui à son mariage , 5 mn avant il m avouait encore ce mariage presque forcé il ne l a voulait plus , mais en refusant cela lui aurait causé des problèmes , enfin il en était persuade puisque çà parole était importante pour lui . Lui m a choisi comme garcon d honneur , Prisilla  comme d hab a choisi Joe !! elle voulait avant tout le nom et l argent cette fille avait 2 faces ...

     

    Le changement est arrivé fin 1966 , ELVIS voulait plus d 'intimité et à restreint l'étage . Certains d entre nous sont montés , lorsqu il avait envie de parler privée .

     STAX avec L AMERICAN SOUND etait la 2 e session que je lui ai fait faire , avec un materiel plus relevé il me semble  , que ce que lui  apporté PARKER et BIENSTOCK de HILL AND RANGE . J e lui ai apporte LOVIN ARMS et RAISED ON ROCK , RED L A BEAUCOUP AIDE également pour les titres .

    Oh simple les 3 meilleures qu il a eu sont : ANITA WOOD - ANN MARGRET et LINDA THOMPSON , elles se souciaient de lui  , Linda était excellente dans ce domaine .

    En ce qui concerne sa maman , jamais entendu cela , qu elle ne savait ni lire ni écrire !!!!

    Il avait un vieux fourgon noir , pour transporter les ordures et parfois il l'utilisait pour sortir incognito dans MEMPHIS ; il allait souvent coté BELLEVUE PARK .

    Le badge DEA était bien sur honorifique .

    ELVIS ne détenait aucun placement ou patrimoine HELAS ! son père a essayé , mais a fait faillite rapidement , même avec l histoire d un ranch !!! son papa se plaignait qu ELVIS était dépensier , à moins qu il puisse le dépenser lui même , je me comprends !!!!!!

    Il était un des rares à avoir une voix si riche meme sans artifice , a la maison sa voix était tout aussi belle .

    Oui je rappelle tout de même que la loi a interdit à PRISCILLA d utiliser le nom PRESLEY  a des fins  commercials ainsi qu à DAVID et STANLEY . le respecte t il !!!!

     IL VA DE SOI QUE CHACUN VA LIRE SES PROPOS AVEC SON ESPRIT CRITIQUES  MOI JE RAPPORTE JUSTE SES DIRES .LA SEULE CHOSE EST QU IL Y A ENORMEMENT DE VERITE SUR SUR !!!!!

     636226127548685596-marty-lacker1.jpg

    pochette meme d'un bootleg en L.P  de 1983.cf en dessous

    Résultat de recherche d'images pour "elvis bootleg memphis tennessee"je me le suis procure au TREAT ME NICE à l'époque

    Tracklisting

    A1 Western Union  
    A2 Ask Me  
    A3 Plantation Rock  
    A4 Memphis, Tennessee  
    A5 Have A Happy  
    A6 Let Us Pray  
    A7 Change Of Habit  
    B1 Ask Me (#2)  
    B2 Girl Happy  
    B3 Beach Shack  
    B4 Got To Find My Baby  
    B5 Brand New Day (On The Horizon)  
    B6

    Roustabout

     

     

     

    avec la cigarette

    Résultat de recherche d'images pour "marty lacker passed away"2e a droite

    Résultat de recherche d'images pour "marty lacker passed away"

     

    Résultat de recherche d'images pour "marty lacker passed away"Résultat de recherche d'images pour "marty lacker passed away"

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Résultat de recherche d'images pour "Ray Sings, Basie Swings"

     

     

     

    Ray Sings, Basie Swings

     

     

     

    Découverts dans les caves du label de jazz californien Concord Records, laissant espérer une collaboration inédite entre les deux géants. 

    Ray a toujours aimé le swing rugueux de Basie, qui, lui, considérait le chanteur comme l'inventeur du R&B et du rock'n'roll. Malheureusement, ces bandes ne contenaient que deux morceaux joués séparément par les artistes. Rêvant de «cette rencontre qui n'a jamais eu lieu», le directeur artistique de Concord Records a alors décidé d'utiliser la voix de Ray Charles en la «posant» sur le Count Basie Orchestra d'aujourd'hui. Cet album «inédit», miracle de la technologie, permet de redécouvrir les grands titres de Charles, nourris par un nouveau swing trépidant, dont seul cet ensembleRay Sings, Ba

    sie Swings (Universal). possède encore les secrets.

     

    ·         CD (26 mars 2009)

    ·         Nombre de disques: 1

    ·         Label: Fantasy Concord

    ·         ASIN : B000H0MNOE

     

     Pour la 1ère fois, la rencontre du père de la soul et de celui du swing absolu ! De leur vivant, Ray Charles et Count Basie ne se sont jamais produits ensemble, avec « Ray sings, Basie swings » c'est désormais chose faite pour l'éternité. Cet album réunit des enregistrements vocaux de Ray Charles réalisés lors d'un concert donné au milieu des années 70 et la musique enregistrée par l'actuel Count Basie Orchestra qui continue de faire swinguer, aujourd'hui encore, le monde entier. Cet album inédit nous permet donc de découvrir ou de re-découvrir les plus grands titres de Ray Charles tels que « Busted », « I can't stop loving you », « Come Lives With Me » ou encore le mythique « Georgia On My Mind » avec un nouveau swing dont seul le Count Basie Orchestra a le secret.

    La vie posthume des stars. La technologie d'aujourd'hui. Le genre de disque dont on préférerait ne rien savoir. Juste écouter. En n'ayant lu que cela : « Ray Charles et Count Basie furent deux des personnalités les plus charismatiques que j'aie connues. Je les aimais tous les deux : ils étaient pour moi des mentors généreux et aimants. Ainsi, entendre l'étonnante collaboration de leurs génies musicaux est un régal de premier ordre. Quand la technologie du XXIe siècle et l'âme intemporelle se rejoignent, attention ! Celui-là est pour toujours. » Signé Quincy Jones. Le problème ? Ray Charles et Count Basie n'ont jamais enregistré ensemble. Ray Charles est mort en 2004, Count Basie vingt ans avant, mais son orchestre est toujours en activité et connaît actuellement, sous la direction de Bill Hughes, une période d'excellence. D'astucieux gentlemen ont donc eu l'idée d'isoler la voix du Genius, enregistrée au cours d'un concert avec son orchestre, de supprimer celui-ci et de le remplacer par celui de Count Basie avec des arrangements neufs. Le problème est qu'il n'y a pas de problème : c'est un des meilleurs disques de Ray Charles qui existent. Troublant pour notre idée du jazz, spontanéité, présence des musiciens les uns aux autres. Mais c'est comme ça : l'enregistrement est superbe, la voix du Genius au milieu des années 70 est la plus belle de toutes, la rencontre avec Basie aurait dû se faire, la voilà accomplie. On applaudit tout : l'orchestre, les douze chansons choisies (dont The Long and Winding Road, de Lennon et McCartney, et, bien sûr, Georgia on my mind, mais aussi Busted), les arrangements, les ingénieux ingénieurs, l'idée elle-même, et Ray Charles forever. Du coup, on se passe très bien d'un autre concert « posthume », le dernier nous affirmet-on, un concert de Noël très américanoïde urbain avec cent vingt choristes pour compenser l'évanescence de la voix tant aimée, Ray Charles with The Voices of Jubilation Choir. Et on attend, pourquoi pas, un disque « doctoré » de Ray avec Louis Armstrong. Ou Caruso. Ou Bing Crosby. Michel Contat   1 CD Concord/Universal. 

     

    Résultat de recherche d'images pour "Ray Sings, Basie Swings"

    Résultat de recherche d'images pour "Ray Sings, Basie Swings"

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique