• roy acuff

     

    Né le 15 septembre 1903 à Maynardville (Tennessee), au cœur des Appalaches, Roy Claxton Acuff a joué un rôle considérable dans l'histoire de la country music en transformant durant les années 1940 la country old time en une musique commerciale sachant cependant retenir l'essentiel de la tradition montagnarde.

    Dans sa jeunesse, il a souffert d'insolation (causé par le soleil), l'empêchant d'atteindre son rêve et de devenir joueur de baseball professionnel. Il a appris le violon et a rejoint un spectacle musical qui faisait un arrêt dans sa ville, Nashville ne désirant travailler qu'après le coucher du soleil . Dans des spectacles au sud des États-Unis, il a joué un numéro composé de vieilles chansons chantées avec un accompagnement joué par des instruments à cordes, des hymnes et quelques chansons populaire de cette époque, et il a aussi fait des sketches comiques (notamment au yo-yo). En 1933, il a formé le groupe Tennessee Crackerjacks avec lequel il a joué sur la radio de Knoxville. L'année suivante, le nom du groupe change pour les Crazy Tennesseans, qui ont commencé à enregistrer en 1936. Cette année-là, Roy Acuff a enregistré ses deux plus grands succès: Great Speckled Bird et Wabash Cannonball. 

    En 1938, le nom du groupe change encore, ils deviennent les Smoky Mountain Boys. Ils commencent à faire des apparitions au Grand Ole Opry de Nashville où Acuff se démarque comme artiste solo au sein du groupe. Des succès remarquables où l'on peut entendre sa voix aiguë et sèche datent de cette époque : Night Train to MemphisFire Ball Mail et Wreck on the Highway. Il a aussi joué dans des films des années 1940, tel The Grand Ole Opry.

    Pilier du show radiophonique puis télévisé Grand Ole Opry de Nashville, dont il a contribué à assurer la célébrité, créateur dès 1942, avec Fred Rose, d'une maison d'édition musicale, Acuff-Rose Publications, qui a permis aux compositeurs de country d'être indépendants, fondateur d'un important label, Hickory, Roy Acuff est cependant d'abord un grand artiste. Bien qu'il continue à enregistrer, ses succès ne sont rien comparés à son talent de producteur. Cette compagnie va grossir jusqu'à devenir la plus grosse compagnie de Country au monde. Sa popularité était telle qu'il a fait campagne pour le poste de gouverneur du Tennessee en 1944 et en 1948. Il a parcouru le monde pour divertir les gens lors de la Seconde Guerre mondialeet du Viêt NamDevenu le patriarche de Nashville, gardien sourcilleux d'une tradition appalachienne qu'il avait en fait largement modernisée, Roy Acuff se lancera en 1948 dans une carrière politique infructueuse, briguant sans succès le poste de gouverneur du Tennessee ; il restera toujours engagé aux côtés des Républicains, participant aux campagnes présidentielles d'Eisenhower, de Nixon et de Barry Goldwater. Il joue dans les années 1970 un rôle capital dans la création du parc de loisirs Opryland à Nashville, un des plus fréquentés des États-Unis. 

     

    Brillant violoniste, capable de faire swinguer n'importe quelle ballade anglo-irlandaise, chanteur vibrant sachant marier la ferveur du gospel blanc de son enfance au jazz des années 1930, il a arrangé ou composé plusieurs centaines de morceaux dont beaucoup sont devenus des standards de la country music : Great Speckled BirdWabash CannonballLonesome Old River BluesThe Precious Jewel, le splendide Wreck on the Highway – sans doute son chef-d'œuvre –, Night Train to MemphisFireball MailJole Blonde, adaptation country d'un thème traditionnel cajun...

    Abondante, son œuvre enregistrée s'étend de 1938 à la fin des années 1980. Roy Acuff y dirige ses différents orchestres à cordes montagnards – Tennessee Crackerjacks, Crazy Tennesseans, Smokey Mountain Boys... – qui présentent certains des meilleurs solistes de Nashville : les guitaristes Jess Easterday et CharlieCollins, les joueurs de Dobro (guitare à résonateur) Cousin Jody (avec lequel il enregistre le « classique » Steel Guitar Chimes) ou Brother Oswald, les harmonicistes Dynamite Hatcher et Jimmie Riddle.

     

    En 1962, il est introduit dans l'allée des célébrités de la musique Country. Ses honneurs les plus prestigieux sont le Grammy Lifetime Achievement Award, en 1987, ainsi que la médaille Nationale de l'Art et le Kennedy Lifetime Achievement Award, en 1992. Il a enregistré son dernier single en 1974. En 1983, veuf de Mildred Douglas (1914-1981), il a déménagé dans une maison située dans le parc d'amusement d'Opryland où il est mort d'un arrêt cardio-circulatoire.

     

    Albums

    YearAlbumUS CountryLabel
    1949 Songs of the Smoky Mountains Columbia HL 9004
    1951 Old Time Barn Dance Columbia HL 9010
    1955 Songs of the Smoky Mountains Capitol T 617
    1958 The Great Speckled Bird Harmony HS 11289
    Favorite Hymns MGM E 3707
    1959 Once More - It's Roy Acuff Hickory LPM 101
    1961 That Glory Bound Train Harmony HL 7294
    1962 Hymn Time MGM E 4044
    King of Country Music Hickory LPS 109
    1963 Star of the Grand Ole Opry Hickory LPS 113
    The World is His Stage Hickory LPS 114
    American Folk Songs Hickory LPS 115
    1964 The Great Roy Acuff Capitol DT 2103
    Hand Clapping Gospel Songs Hickory LPS 117
    Country Music Hall of Fame Hickory LPS 119
    1965 The Great Roy Acuff Harmony HL 7342
    The Voice of Country Music Capitol DT 2276
    Sacred Songs Metro MS 508
    Great Train Songs Hickory LPS 125
    1966 Waiting For My Call To Glory Harmony HL 7376
    Sings Hank Williams Hickory LPS 134
    Roy Acuff Hilltop JS 6028
    1967 Famous Opry Favorites Hickory LPS 139
    1968 A Living Legend Hickory LPS 145
    1969 Treasury of Country Hits Hickory LPS 147
    1970 Greatest Hits Columbia CS 1034
    Night Train to Memphis Harmony HS 11403
    Time Hickory LPS 156
    Country Hilltop JS 6090
    1971 I Saw the Light Hickory LPS 158
    1972 Why Is Hickory LPS 162
    1974 Back in the Country 44 Hickory/MGM H3F 4507
    1975 Smoky Mountain Memories Hickory MGM H3G 4517
    That's Country Hickory MGM H3G 4521
    Wabash Cannonball Hilltop JS 6162
    1978 Greatest Hits Vol. 1 Elektra 9E 302
    1980 Greatest Hits Vol. 2 Elektra 9E 303
    1982 Back in the Country 53 Elektra E1 60012
    1983 Roy Acuff Time Life
    1984 Steamboat Whistle Blues Rounder 23
    1985 Fly Birdie Fly Rounder 24
    Roy Acuff Columbia 39998
    1987 All Time Favorites Opryland 101
    2007 Greatest Hits Curb D2-78980

    Singles

    YearSingleChart PositionsAlbum
    US CountryUSCAN Country
    1938 "Great Speckled Bird" singles only
    "Steel Guitar Blues"
    1939 "You're the Only Star in My Blue Heaven"
    "Smokey Mountain Rag"
    1940 "Streamlined Cannonball"
    "Old Age Pension Check"
    1941 "The Precious Jewel"
    "Worried Mind"
    1942 "It Won't Be Long (Till I'll Be Leavin'")
    "Fireball Mail"
    1943 "Wreck On the Highway"
    "Don't Make Me Go To Bed (And I'll Be Good)"
    1944 "Night Train to Memphis"
    "The Prodigal Son" 4 13
    "I'll Forgive You But I Can't Forget" 3 21
    "Write Me Sweetheart" 6
    1945 "We Live In Two Different Worlds"
    1946 "Glory Bound Train"
    "Blue Eyes Crying In the Rain"
    1947 "Wabash Cannonball"
    "Freight Train Blues"
    "Our Own (Jole Blon)" 4
    1948 "The Waltz of the Wind" 8
    "Unloved and Unclaimed" 14
    "This World Can't Stand Long" 12
    "A Sinner's Death" 14
    1949 "Tennessee Waltz" 12
    "Black Mountain Rag"
    1958 "Once More" 8 Once More - It's Roy Acuff
    1959 "So Many Times" 16
    "Come and Knock (On the Door of My Heart)" 20
    1965 "Freight Train Blues" 45 single only
    1973 "Just a Friend" 77 Smoky Mountain Memories
    1974 "Back in the Country" 51 15 Back in the Country
    "Old Time Sunshine Song" 97
    1989 "The Precious Jewel" (w/ Charlie Louvin) 87 single only

    Guest singles

    YearSingleArtistUS CountryAlbum
    1971 "I Saw the Light" Nitty Gritty Dirt Band 56 Will the Circle be Unbroken
    1985 "One Big Family" Heart of Nashville 61 single only

    Afficher l'image d'origine

     

    Afficher l'image d'origine

    Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

    Afficher l'image d'origine

    Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

    https://www.youtube.com/watch?v=aIsVCEZHLs0

    https://www.youtube.com/watch?v=B0QXyYK1FAU

    https://www.youtube.com/watch?v=gr7-Ydip0Vo

    https://www.youtube.com/watch?v=rDpodo_tJ1I

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • al jolson

     alexander s ragtime band : al jolson 

    Il a influence grand nombres de grands artistes de JAZZ etva ete un des chanteurs les plus populaires du music hall ; alliant bien avant SINATRA -ELVIS etc ...chansons -cinema etc etc .Il est pour moi un des premiers rendant le mot populaire bien moins pejoratif .d ailleurs pour moi il ne le sera jamais ..

    De son vrai nom ASA YOELSON , avec ses parents , MOSHE REUBEN YOELSON et NAOMI ETTAS CANTOR , famille  issue de LITUANIE , ils doivent s'exiler pour les états unis  , des son plus jeune âge ..

    1898 JOLSON devient un chanteur populaire à NEW YORK , durant la guerre contre l ESPAGNE , en effet c'est a ce moment qu’ il va développer sa "marque de fabrique ( maquillage-gestuelle-style musicale-et un contact naturel avec le public) .

    En 1911 , direction BROADWAY , réussite totale dans le domaine à l'époque, on le verra dans la pièce LA BELLE PAREE changé de registre et se transformer en STAR pour les besoins de la pièce .

    Il commença à enregistrer et devint vite connu sur la scène internationale par son extraordinaire présence scénique et son rapport personnel avec les spectateurs. Aucun autre artiste n'a connu à Broadway autant de popularité et une carrière aussi longue qui a durée près de 30 ans (de 1911 à 1940). Les hurlements ou les supplications des spectateurs, empêchaient souvent le spectacle de continuer, tant était puissante la présence de Al Jolson. Lors d'un spectacle à Boston, le show a dû être arrêté pendant 45 minutes. On disait de lui qu'il avait une personnalité "électrique", liée à son habilité à faire penser à chaque spectateur qu'il chantait uniquement pour elle ou lui.ENCORE LA BIEN AVANT LES LEGENDES CITEES AUPARAVANT ..

     

    Cependant, il est plus connu aujourd'hui pour sa présence dans un des premiers films parlants, le chanteur de jazz (1927)|the jazz singer . Dans ce film, Al Jolson interpréta la chanson "Mammy" avec son visage maquillé en noir.

    Il signe à la WARNERS pour une serie de films PARLANTS . Dans un d'eux il chante "SONNY BOY" qui devient le premier disque a ce vendre à pres de 3 millions d'exemplaires (cf film THE SINGING FOOL).

    Après avoir quitté la scène de Broadway, Al Jolson est devenu une vedette de la radio. ‘’The Al Jolson Show’’ s’est déroulé de 1933 à 1939, de 1942 à 1943 et de 1947 à 1949. Ses émissions étaient toujours parmi les plus écoutées. En 1950, Al Jolson signe avec CBS Télévision, mais meurt en octobre de cette même année avant d’avoir commencé des émissions télévisées.

     décédé le 23 octobre 1950 à San Francisco (Californie)) 

    Parmi les nombreuses chansons très populaires, on peut citer "You Made Me Love You (I Didn't Want to Do It)", "Rock-A-Bye Your Baby With A Dixie Melody", "Swanee" (écrit par le grand george gershwing lui meme), "April Showers", "Toot, Toot, Tootsie, Goodbye", "California, Here I Come", "When the Red, Red Robin Comes Bob-Bob-Bobbin' Along", "Sonny Boy", et "Avalon".

    Al Jolson a été le premier artiste à vendre plus de 10 million de disques. Alors qu'il n'existait pas encore de hit-parade, Joel Whitburn (son archiviste) a fait un travail statistique sur les N°1 des chansons de la période 1890-1954. Son estimation a été que des chansons de Al Jolson ont été 23 fois N° 1. Whitburn a calculé que Al Jolson aurait été en tête pendant 114 semaines.

     

     

    Jump to filmography as: Soundtrack, Actor, Composer, Miscellaneous Crew, Thanks, Self, Archive Footage 

    Soundtrack:

    1.     King Kong (2005) (performer: "I'm Sitting on Top of the World")
    ... aka Kong: The Eighth Wonder of the World (International: English title: teaser title)
    ... aka Peter Jackson's King Kong (USA: promotional title)

    2.     The White Countess (2005) (writer: "Avalon")

    3.     The Aviator (2004) (lyrics: "Avalon" (1920)) (performer: "Blue Skies" (1927))

    4.     Hollywood's Magical Island: Catalina (2003) (writer: "Avalon" (1920))

    5.     The Saddest Music in the World (2003) (writer: "California Here I Come")

    6.     A Guy Thing (2003) (writer: "The Anniversary Song")

    7.     One Night with Robbie Williams (2001) (TV) (writer: "Me and My Shadow")
    ... aka Robbie Williams: Live at the Albert (UK: DVD title)

    8.     I Love Lucy's 50th Anniversary Special (2001) (TV) (writer: "California, Here I Come")

    9.     The Cat's Meow (2001) (writer: "Avalon" (1920)) (lyrics: "California Here I Come" (1924)) (performer: "Avalon" (1920), "Toot Toot Tootsie! (Good-Bye)" (1922), "California Here I Come" (1924))

    10.   Bamboozled (2000) (performer: "My Mammy" (1921) (uncredited))

    11.   Sweet and Lowdown (1999) (writer: "Avalon" (1920))

    12.   The Last September (1999) (performer: "You Made Me Love You (I Didn't Want to Do It)" (1913))
    ... aka The Last September (France)

    13.   Heart (1999) (writer: "When You're Smiling")

    14.   Payback (1999/I) (writer: "Anniversary Song")

    15.   The Life and Times of Hank Greenberg (1998) (writer: "Avalon")

    16.   Bogus (1996) (writer: "Me And My Shadow")

    17.   Richard III (1995) (performer: "I'm Sitting On The Top Of The World")

    18.   Bullets Over Broadway (1994) (performer: "Toot, Toot, Tootsie! (Good-Bye)")

    19.   Jacob's Ladder (1990/I) (performer: "SONNY BOY")
    ... aka Dante's Inferno

    20.   Avalon (1990) (writer: "Anniversary Song") (performer: "Anniversary Song", "If I Only Had A Match")

    21.   Palabras de mujer (1990) ("Pretty Baby")
    ... aka Girls' Talk

    22.   Roger & Me (1989) (writer: "California, Here I Come")
    ... aka A Humorous Look at How General Motors Destroyed Flint, Michigan (USA: subtitle)

    23.   The Brave Little Toaster (1987) ("Mammy")

    24.   "The Benny Hill Show" (1 episode, 1983)
        -
     Superteech (1983) TV Episode (music: "Me and My Shadow")

    25.   Falling in Love Again (1980) (music: "Anniversary Song")
    ... aka In Love

    26.   The Ninth Configuration (1980) (writer: "There's a Rainbow 'Round My Shoulder") (performer: "There's a Rainbow 'Round My Shoulder")
    ... aka Twinkle, Twinkle, Killer Kane

    27.   Funny Lady (1975) (music: "Me And My Shadow")

    28.   They Shoot Horses, Don't They? (1969) (writer: "CALIFORNIA, HERE I COME")

    29.   33 1/3 Revolutions Per Monkee (1969) (TV) (writer: "California Here It Comes" (End Titles))

    30.   The Benny Goodman Story (1955) (writer: "Avalon")

    31.   Rainbow 'Round My Shoulder (1952) (writer: "There's A Rainbow Round My Shoulder")

    32.   With a Song in My Heart (1952) (writer: "CALIFORNIA, HERE I COME") (lyrics: "CALIFORNIA, HERE I COME")

    33.   Bushy Hare (1950) (lyrics: "California, Here I Come")

    34.   You're My Everything (1949) (lyrics: "California, Here I Come")

    35.   Curtain Razor (1949) (performer: "April Showers")

    36.   Nothing But the Tooth (1948) (lyrics: "California, Here I Come")

    37.   Blondie's Anniversary (1947) (writer: "Anniversary Song (Oh, how we danced on the night we were wed)" (1946))

    38.   The Jolson Story (1946) (lyrics: "California, Here I Come", "There's a Rainbow 'Round My Shoulder", "Avalon", "Anniversary Song") (performer: "Let Me Sing and I'm Happy", "Ma Blushin' Rosie", "I Want A Girl Just Like the Girl That Married Dear Old Dad", "My Mammy", "I'm Sittin' on Top of the World", "You Made Me Love You", "Swanee", "Toot Toot, Tootsie, Goodbye", "The Spaniard That Blighted My Life", "April Showers", "California, Here I Come", "Liza", "There's a Rainbow 'Round My Shoulder", "Avalon", "About a Quarter to Nine", "Anniversary Song", "Waiting for the Robert E. Lee")

    39.   Okay for Sound (1946) (writer: "Sonny Boy") (performer: "My Mammy", "Sonny Boy")

    40.   Rhapsody in Blue (1945) (performer: "Swanee")

    41.   The Impatient Years (1944) (writer: "Who Said Dreams Don't Come True?")

    42.   Casablanca (1942) (music: "Avalon" (1920) (uncredited)) (lyrics: "Avalon" (1920) (uncredited))

    43.   You Can't Escape Forever (1942) (music: "Avalon" (1920)) (lyrics: "Avalon" (1920))

    44.   Cairo (1942) (writer: "Avalon" (1920))

    45.   Hold Back the Dawn (1941) (music: "California Here I Come" (1924)) (lyrics: "California Here I Come" (1924))

    46.   Hold That Ghost (1941) (writer: "Me and My Shadow" (1927))
    ... aka Oh, Charlie

    47.   Porky's Preview (1941) (performer: "September in the Rain")

    48.   Hullabaloo (1940) (performer: "My Mammy" (1921))

    49.   King of the Lumberjacks (1940) (writer: "Avalon" (1920))

    50.   Africa Squeaks (1940) (lyrics: "California, Here I Come")

    51.   That's Right - You're Wrong (1939) (writer: "California Here I Come" (1924)) (lyrics: "Back in Your Own Backyard" (1928))

    52.   Hollywood Cavalcade (1939) (performer: "Kol Nidrei")

    53.   Seeing Red (1939) (writer: "Avalon")

    54.   The Movies March On (1939) (performer: "Mammy")
    ... aka March of Time: The Movies March On (USA: series title)

    55.   Believe It or Else (1939) (music: "Yoo Hoo")

    56.   Hard to Get (1938) (writer: "Sonny Boy" (1928))

    57.   You're an Education (1938) (lyrics: "Avalon")

    58.   Torchy Blane in Panama (1938) (writer: "California Here I Come" (1924))
    ... aka Trouble in Panama (UK)

    59.   The Kid Comes Back (1938) (writer: "California Here I Come")
    ... aka Don't Pull Your Punches (UK)

    60.   The Goldwyn Follies (1938) (writer: "California Here I Come" (1924) (uncredited))

    61.   Hollywood Hotel (1937) (writer: "California, Here I Come") (lyrics: "California, Here I Come")

    62.   September in the Rain (1937) (performer: "September in the Rain")

    63.   You're Only Young Once (1937) (music: "Avalon") (lyrics: "Avalon")

    64.   Thoroughbreds Don't Cry (1937) (music: "California, Here I Come")

    65.   Clean Pastures (1937) (performer: "I Love to Sing-a")

    66.   A Star Is Born (1937) (writer: "California Here I Come" (1924))

    67.   Bring on the Girls (1937) (writer: "California, Here I Come")

    68.   The Candid Camera Story (Very Candid) of the Metro-Goldwyn-Mayer Pictures 1937 Convention (1937) (writer: "California, Here I Come")

    69.   After the Thin Man (1936) (writer: "California Here I Come" (1924))

    70.   The Big Noise (1936/I) (lyrics: "California, Here I Come" (1924))
    ... aka Modern Madness

    71.   The Singing Kid (1936) (writer: "Sonny Boy") (performer: "I Love to Singa", "The Singiest Man in Town", "I Want to Sing a Mammy Song", "You're the Cure for All That Ails Me", "Here's Looking at You", "Save Me Sister", "My Mammy", "Swanee", "Rock-A-Bye Your Baby With A Dixie Melody", "California, Here I Come", "April Showers", "About a Quarter to Nine", "Sonny Boy") ("I Love to Singa", "All of Me")

    72.   Love on a Bet (1936) (writer: "California Here I Come")

    73.   Go Into Your Dance (1935) (performer: "Go Into Your Dance" (1935), "Mammy, I'll Sing About You" (1935), "About a Quarter to Nine" (1935), "Old Folks at Home (Swanee River)" (1851), "Casino De Paree" (1935), "She's A Latin From Manhattan" (1935)) ("Go Into Your Dance" (1935), "Cielito Lindo", "(I Wish I Was in) Dixie's Land" (1860), "About a Quarter to Nine" (1935))
    ... aka Casino de Paree (UK)

    74.   Buddy Steps Out (1935) (lyrics: "Avalon")

    75.   Evelyn Prentice (1934) (writer: "Me and My Shadow")

    76.   Wonder Bar (1934) (performer: "Goin' to Heaven on a Mule", "Vive La France", "Ochi Tchornya (Dark Eyes)")

    77.   The Film Parade (1933) (performer: "Sonny Boy")
    ... aka March of the Movies (USA)

    78.   Hallelujah I'm a Bum (1933) (performer: "I Gotta Get Back to New York", "My Pal Bumper", "Hallelujah, I'm a Bum", "Dear June", "Bumper found a Grand", "What Do You Want with Money", "Hallelujah, I'm a Bum"(different song), "Kangeroo Court", "I'd Do It Again", "You are too beautiful")
    ... aka Hallelujah, I'm a Tramp (UK)
    ... aka Happy Go Lucky
    ... aka Lazy Bones (USA: reissue title)
    ... aka The Heart of New York (USA: reissue title)

    79.   The Two Barks Brothers (1931) (writer: "Sonny Boy")

    80.   Mammy (1930) (performer: "Across the Breakfast Table Looking at You", "Let Me Sing and I'm Happy", "To My Mammy", "My Mammy", "Who Paid the Rent for Mrs. Rip Van Winkle?", "Why Do They All Take the Night Boat to Albany?", "Yes! We Have No Bananas")

    81.   The Song Writers' Revue (1930) (writer: "Me And My Shadow")

    82.   Say It with Songs (1929) (performer: "I'm in Seventh Heaven", "Little Pal", "Used to You", "Why Can't You", "Back in Your Own Backyard", "I'm Ka-razy for You", "Mem'ries of One Sweet Kiss") ("Why Can't You", "Back in Your Own Backyard", "I'm Ka-razy for You", "Mem'ries of One Sweet Kiss")

    83.   Blackmail (1929) ("Sonny Boy")

    84.   Show People (1928) (writer: "California Here I Come")

    85.   The Singing Fool (1928) (performer: "There's a Rainbow 'round My Shoulder", "Golden Gate", "I'm Sittin' on Top of the World", "It All Depends on You", "Keep Smiling at Trouble", "Sonny Boy", "The Spaniard That Blighted My Life") ("There's a Rainbow 'round My Shoulder", "Golden Gate", "Keep Smiling at Trouble", "Sonny Boy")

    86.   The Jazz Singer (1927) (performer: "Dirty Hands, Dirty Faces", "Toot Toot, Tootsie, Goodbye", "Blue Skies", "Mother of Mine, I Still Have You", "My Mammy") ("Kol Nidre")

    87.   Down South (1927) ("Back in Your Own Backyard")

    88.   A Plantation Act (1926) (performer: "When the Red Red Robin Comes Bob-Bob Bobbin' Along", "April Showers", "Rock-a-Bye Your Baby With a Dixie Melody")
    ... aka Al Jolson in 'A Plantation Act' (USA: copyright title)

    Actor:

    1.     Oh, You Beautiful Doll (1949) (uncredited) .... Al Jolson (voice only during

    2.     Swanee River (1939) .... Edwin P. Christy
    ... aka The Life of Stephen Foster

    3.     Rose of Washington Square (1939) .... Ted Cotter

    4.     The Singing Kid (1936) .... Al Jackson

    5.     Go Into Your Dance (1935) .... Al Howard
    ... aka Casino de Paree (UK)

    6.     Wonder Bar (1934) .... Al Wonder

    7.     Hallelujah I'm a Bum (1933) .... Bumper
    ... aka Hallelujah, I'm a Tramp (UK)
    ... aka Happy Go Lucky
    ... aka Lazy Bones (USA: reissue title)
    ... aka The Heart of New York (USA: reissue title)

    8.     Big Boy (1930) .... Gus

    9.     Mammy (1930) .... Al Fuller

    10.   New York Nights (1929) (uncredited) .... Cameo

    11.   Say It with Songs (1929) .... Joe Lane

    12.   Sonny Boy (1929) (uncredited)

    13.   The Singing Fool (1928) .... Al Stone

    14.   The Jazz Singer (1927) .... Jakie Rabinowitz (Jack Robin)

    15.   Mammy's Boy (1923) .... Al

    Composer:

    1.     You Are What You Eat (1968)

    2.     New York Nights (1929)

    Miscellaneous Crew:

    1.     The Jolson Story (1946) (original singing voice: Larry Parks) (uncredited)

    Thanks:

    1.     Hollywood Cavalcade (1939) (appreciation for his appearance) (as Mr. Al Jolson)

    Self:

    1.     Screen Snapshots: Hollywood's Famous Feet (1950) .... Himself - Narrator

    2.     Jolson Sings Again (1949) (uncredited) (singing voice) .... Himself

    3.     Screen Snapshots: Off the Air (1947) .... Himself

    4.     The Jolson Story (1946) (uncredited) .... Himself - in long shot of 'Swanee'

    5.     Rhapsody in Blue (1945) .... Himself

    6.     Hollywood Cavalcade (1939) (as Mr. Al Jolson) .... Himself

    7.     Hollywood Handicap (1938) .... Himself

    8.     Screen Snapshots Series 16, No. 12 (1937) .... Himself

    9.     A Day at Santa Anita (1937) (uncredited) .... Himself

    10.   Screen Snapshots Series 15, No. 10 (1936) .... Himself

    11.   Paramount Headliner: Broadway Highlights No. 1 (1935) .... Himself

    12.   Screen Snapshots Series 14, No. 9 (1935) .... Himself

    13.   Screen Snapshots Series 9, No. 20 (1930) .... Himself

    14.   Show Girl in Hollywood (1930) (uncredited) .... Himself, Cameo Appearance at Premiere

    15.   Screen Snapshots Series 9, No. 11 (1930) .... Himself

    16.   Hollywood Snapshots #11 (1929) .... Himself

    17.   A Plantation Act (1926) .... Himself
    ... aka Al Jolson in 'A Plantation Act' (USA: copyright title)

    Archive Footage:

    1.     Old Hollywood: Silent Stars, Deadly Secrets (2007) (TV) (uncredited) .... Jack Robin

    2.     "Broadway: The American Musical" (2004) (mini)

    3.     "Great Performances"
        -
     The Great American Songbook (2003) TV Episode

    4.     "Walk on By: The Story of Popular Song"
        -
     From Russia with Love (2001) TV Episode .... Himself

    5.     The Rodgers & Hart Story: Thou Swell, Thou Witty (1999) (TV)

    6.     Hidden Hollywood: Treasures from the 20th Century Fox Film Vaults (1997) (TV) .... Himself

    7.     Mary Pickford: A Life on Film (1997) (uncredited) .... Himself (watches Fairbanks do Jolson impression)

    8.     The Celluloid Closet (1995) (uncredited) .... Exclaims "Boys will be boys!"

    9.     Almonds and Raisins (1985)

    10.   Bob Hope's Overseas Christmas Tours: Around the World with the Troops - 1941-1972 (1980) (TV) .... Himself

    11.   Brother, Can You Spare a Dime? (1975) .... Himself

    12.   "Film Night"
        -
     The Black Man in the Cinema (1971) TV Episode .... Himself
        -
     Episode dated 18 October 1970 (1970) TV Episode .... Himself

    13.   "Hollywood and the Stars"
        -
     Hollywood Goes to War (1964) TV Episode .... Himself

    14.   Screen Snapshots: Ramblin' Round Hollywood (1955) .... Himself

    15.   Screen Snapshots: The Great Al Jolson (1955) .... Himself - also various screen roles

    16.   Screen Snapshots: Memorial to Al Jolson (1952) .... Himself

    17.   The Story of Will Rogers (1952) (uncredited) .... Himself, Al Jolson, clip from 'Rhapsody in Blue'

    18.   Purple Heart Diary (1951) .... Himself

    19.   Screen Snapshots: Hollywood Memories (1951) .... Himself

    20.   Fifty Years Before Your Eyes (1950) .... Himself

    21.   Wilson (1944) (uncredited) .... Himself, at WWI rally

    22.   Take It or Leave It (1944) (uncredited) .... Himself: Clip from 'Rose of Washington Square'

    23.   The Voice That Thrilled the World (1943) (uncredited) .... Himself (segment "The Jazz singer")

    24.   Minstrel Days (1941) .... Himself: edited from 'The Jazz Singer'

    25.   Screen Snapshots Series 18, No. 12 (1939) .... Himself

    26.   The Movies March On (1939) .... Himself - from 'The Jazz Singer'

    27.   The Film Parade (1933) .... From 'Sonny Boy' (1929)

    quelle carte de visite !!!

     

     

     

    chansons : 

    • That Haunting Melodie (1911) Jolson's first hit.
    • Ragging the Baby to Sleep (1912)
    • The Spaniard That Blighted My Life (1912)
    • That Little German Band (1913)
    • You Made Me Love You (1913)
    • Back to the Carolina You Love (1914)
    • Yaaka Hula Hickey Dula (1916)
    • I Sent My Wife to the Thousand Isles (1916)
    • I'm All Bound Round With the Mason Dixon Line (1918)
    • Rock-A-Bye Your Baby With A Dixie Melody (1918) 
    • Tell That to the Marines (1919)
    • I'll Say She Does (1919)
    • I've Got My Captain Working for Me Now (1919)
    • Swanee (1920)
    • Avalon (1920)
    • O-H-I-O (O-My! O!) (1921)
    • April Showers (1921) 
    • Angel Child (1922)
    • Coo Coo' (1922)
    • Oogie Oogie Wa Wa (1922)
    • That Wonderful Kid From Madrid (1922)
    • Toot, Toot, Tootsie (1922)
    • Juanita (1923) 
    • California, Here I Come (1924)
    • I Wonder What's Become of Sally? (1924)
    • All Alone (1925)
    • I'm Sitting on Top of the World (1926) 
    • When the Red, Red, Robin Comes Bob, Bob, Bobbin' Along (1926)
    • Back in Your Own Backyard (1928) 
    • My Mammy (1928) 
    • There's a Rainbow 'Round My Shoulder (1928)
    • Sonny Boy (1928)
    • Little Pal (1929)
    • Liza (All the Clouds'll Roll Away) (1929)
    • Let Me Sing and I'm Happy (1930)
    • The Cantor (A Chazend'l Ofn Shabbos) (1932)
    • Ma Blushin' Rosie (1946)
    • Anniversary Song (1946)
    • Alexander's Ragtime Band (1947)
    • Carolina in the Morning (1947)
    • About a Quarter to Nine (1947)
    • Waiting for the Robert E. Lee (1947)
    • Golden Gate (1947)
    • When You Were Sweet Sixteen (1947) 
    • If I Only Had a Match (1947)
    • After You've Gone (1949)
    • Is It True What They Say About Dixie? (1949)
    • Are You Lonesome Tonight? (1950) 

     

      http://www.youtube.com/watch?v=Tfa6XWzi-v0&mode=related&search=

     

    http://www.youtube.com/watch?v=QHyjBSPEh2E&mode=related&search=

    http://www.jolson.org/ra/video/021006cbs.ram 

    http://www.jolson.org/ra/novelty/2000yom.ram 

    http://www.jolson.org/works/film/movies/rib/rib.html 

     

     Afficher l'image d'origine

    Afficher l'image d'origine

    jolson-mammy1001_edited-11

    Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

    Afficher l'image d'origine

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Elvis south of the border

     

     

    nous sommes le  18 MARS 1962 RCA  's STUDIO B NASHVILLE

    ELVIS enregistre la derniere chanson de la journée YOU LL BE GONE (titre écrit par son ami de la MEMPHIS MAFIA - RED WEST)

    cette enregistrement est avant la prise 4 puis la prise 4

    POURQUOI

    ce qui m interesse cette fois c'est ce qui ce passe apres le premier faut départ et avant la pise 4 du titre  , ELVIS , comme souvent étant un véritable jukebox de connaissance musical fredonne quelques fractions de la chanson :

    SOUTH OF THE BORDER : Ecrite par JIMMY KENNEDY et MICHAEL CARR , inspiré d'une carte postale qu'il recu , de tijuana au MEXIQUE . Elle va etre d'abord enregistré par une figure de l'établissement Anglais , le band BILLY COTON . La chanson va devenir tres populaire et va etre enregistré par plus de 300 artistes différents bien sur . En 1939 elle est utilisé par GENE AUTRY  ,  pour le film du meme  nom .

    On se rapplle surtout des versions de :  shep fields en 1939 qui sera un hit

    de frank SINATRA en 1953 et

    de PATSI CLINE en 1961 .

    Notons que la version de YOU LL BE GONE CI -JOINT EST TIRE DU THERE S ALWAYS ME VOL 2

    car sur le FTD le debut est legerement ecourté .

    http://www.youtube.com/watch?v=uZYPa6tI43Q 

    http://www.youtube.com/watch?v=UXEpJEnbhO4 

    http://www.youtube.com/watch?v=kzogTxwnDjQ 

     

    http://www.youtube.com/watch?v=UEnQz2uOxZY 

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • AMEN : 

    a priori d'un compositeur inconnu , c'est en 1940 qu'on entend cette chanson dans le film de WALTER BRENNAN maryland , dans une eglise par des noires americains . 

     

    La  premiere version officialisée est celle WOODY HERMAN en 1942 .

     

    Une version  significatif sort en  janvier 1949 , est enregistrée en 1948 par THE WINGS OVER JORDAN CHOIR . Elle reste 3 semaines au R&B charts .

     

    SIDNEY poitier  dans son fameux role d'HOMER SMITH (oscarise d'ailleurs) l'a chante en 1963 .film LILLIES OF THE FIELD . 

     

    JOHN W PATE Sr et CURTIS MATFIELD en font une adaptation pour leur groupe "the impressions" en 1964 

    Personnel:
    The Impressions - Jerry Butler (tenor vocals), Curtis Mayfield (vocals, guitar), Samuel Gooden (bass vocals), Arthur Brooks, Richard Brooks (vocals). Arthur and Richard Brooks left by 1958, replaced by Fred Cash (tenor vocals). Butler left, 1958. Mayfield left, 1970, replaced by Leroy Hutson. Hutson left 1972, replaced by Ralph Johnson. Reggie Torian joined, 1973. 

    elle atteint la 7 e place du HOT 100 en 1964 .

     

    Lloyd PRICE lui atteindra une 124 e place .

     

    OTIS REDDING entrera aussi  en 1968 dans le R&B charts  avec une version de amen (atco6592) . 15 e place .

     

    ELVIS REPRENDRA AMEN dans les 70s en final de la chanson I GOT A WOMAN EN LIVE . la premiere fois decouverte dans le show de 1972 HAMPTON ROAD sur le document ELVIS ON TOUR . IL l'a reprendra souvent DE 1971 a 1977 et meme lors de sa derniere tournee .

    Sa premiere version est d'ailleur du 14 AOUT 1970 mais apres THAT S ALL RIGHT introduction du show , extrait plus court . l

    C est le 4 septembre 1970 qu il y fait la egalement un extrait mais la  derriere I GOT A WOMAN et deviendra ce fameux MEDLEY qui evoluera avec le temps et ceux jusqu au 26 juin 1977 .

     

    https://youtu.be/D6YnDnW_iGU

    https://youtu.be/5r9V5WV_Fbk

    https://www.youtube.com/watch?v=sJUWn-26jkw

    https://www.youtube.com/watch?v=WzmDnLQwgXk

    https://www.youtube.com/watch?v=9I9PE3lxU8E

    https://www.youtube.com/watch?v=rSQF94l8Jvo

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • '''Alfonzo "''Lonnie''" Johnson''' 

    né le 8 février 1894 à La Nouvelle-Orléans en Louisiane es t mort le 6 juin 1970 au Canada était un chanteur et

    guitariste

    États-Unis d'Amérique

    , pionnier du

    blues

     et du

    jazz

    .

    ==Biographie==
    Élevé dans une famille de musiciens, Johnson étudie le violon et la guitare pendant son enfance. En 1917, une tournée en Angleterreau sein du revue musicale lui sauve peut-être la vie puisqu'à son retour à La Nouvelle-Orléans en [[1919]] la plupart des membres de sa famille sont morts dans la [[pandémie]] de [[grippe de 1918]].

    Au début des [[années 1920]], Johnson travaille avec les [[orchestre]]s de [[Charlie Creath]] et de [[Fate Marable]] sur des [[riverboat]]s, et s'installe à [[Saint Louis (Missouri)|Saint-Louis]] dès [[1925]]. Là, il gagne un concours d'[[Okeh Records]] et est engagé par ce [[Label (musique)|label]]. Il s'ensuit une série d'enregistrements mémorables pour le label entre [[1925]] et [[1932]], incluant des duos de guitare avec [[Eddie Lang]] et des duos vocaux avec [[Victoria Spivey]]. C'est également au cours des années 1920 que Johnson fait des apparitions sur les enregistrements du [[Hot Five]] de [[Louis Armstrong]], de l'orchestre de [[Duke Ellington]], et des [[Chocolate Dandies]], en jouant des soli de guitare corde par corde dans un style complétement innovant qui inspira les futurs guitaristes de jazz comme [[Charlie Christian]] et [[Django Reinhardt]] et donnant à la guitare le rôle d'instrument soliste dans le jazz.

    La carrière de Lonnie Johnson est cependant en dent de scie et l'amène parfois à s'écarter de la musique. Entre deux grands accomplissements musicaux, il trouve nécessaire de se trouver des emplois de domestiques qui vont de travailler dans une [[fonderie]] à nettoyer les sols en passant par concierge. Alors qu'il est employé à l'hôtel Benjamin Franklin de [[Philadelphie]] en 1959, il est découvert par le disc jockey de [[WHAT-FM]], [[Chris Albertson]]. Albertson réussit à assurer à Johnson un engagement à [[Chicago]] au club [[Playboy]]. Johnson se produit ensuite avec Duke Ellington et son orchestre dans de grands concerts à ''Town Hall'' à [[New York]].

    Il tourne également en [[Europe]] et enregistre plusieurs albums pour le label [[Prestige Bluesville]] plusieurs avec [[Elmer Snowden]] et un avec sa partenaire vocale d'Okeh, Victoria Spivey. À son grand regret, Johnson a toujours été catalogué comme un artiste de blues. À ce propos, en parlant du concours d'Okeh : "''J'avais un peu chanté à l'époque mais même maintenant, je ne le prends pas aussi sérieusement que mon jeu de guitare, et je pense que j'aurai fait n'importe quoi pour être enregistré : c'était un concours de blues, j'ai donc chanté du blues.''"

    Johnson meurt dans l'[[Ontario]], au [[Canada]], le [[16 juin]] [[1970]], de complications suite à un accident de voiture datant de [[1969]].

    Il est introduit dans le ''Louisiana Blues Hall of Fame'' à titre postume en [[1997]]. il meur en 1994

    ==Musique==
    Lonnie Johnson reste comme un musicien pouvant jouer des blues très traditionnels et ayant été un des précurseurs de la guitare jazz moderne avec l'introduction des solos corde par corde.

    Il était par ailleurs doté d'un sens mélodique très poussé.

     

    tous les rockers ou presques ont puise dans son repertoire

    http://www.redhotjazz.com/songs/ljohnson/awaydowninthealley.ram 

    http://www.redhotjazz.com/songs/ljohnson/babypleasetellme.ram 

    http://www.redhotjazz.com/songs/ljohnson/carelesslove.ram 

    http://www.redhotjazz.com/songs/ljohnson/kansascityblues1.ram 

    http://www.redhotjazz.com/songs/ljohnson/steppinontheblues.ram 

     

    artistes jouant sur ces multiples titres

    Artist 

    Instrument 

    Josh Altheimer 

    Piano 

    Lil Armstrong 

    Piano 

    John Arnold 

    Piano 

    Jimmy Blythe 

    Piano 

    Blind John Davis 

    Piano 

    John Erby 

    Piano 

    Jimmy Foster 

    Vocals 

    Porter Grainger 

    Piano 

    Andrew Harris 

    String Bass 

    Lazy Harris 

    Piano 

    J. C. Johnson 

    Piano 

    James Johnson 

    Banjo, Guitar, Piano, Violin 

    James P. Johnson 

    Piano 

    Lonnie Johnson 

    Vocals, Guitar, Harmonium, Kazoo, Violin 

    Jimmy Jordan 

    Vocals 

    Fred Longshaw 

    Piano 

    De Loise Searcy 

    Piano 

    Victoria Spivey 

    Vocals 

    Roosevelt Sykes 

    Piano 

    Clarence Williams 

    Piano, Washboard 

    Spencer Williams 

    Vocals, Percussion, Scraper 

     

    "belle brochette" de musiciens JAZZ - BLUES

    Il est certainement aussi une des grandes figures qui a fait avancer notre musique comme tous dans cette rubrique ENCORE MERCI A EUX .. 

     

     

     

     

    Quatre vies pour un musicien ! Lonnie Johnson se distingue de la plupart des bluesmen par le fait d'avoir accompagné l'histoire de la musique populaire noire en se situant à la base de toute l'évolution de la guitare, en jazz comme en blues. Il a pourtant commencé par le violon et se débrouille sur plusieurs instruments lorsque, vers 1912, il devient musicien "professionnel" dans le string band familial que dirige son père. Il se produit également seul dans Storyville et, à la fermeture du célèbre quartier chaud en 1917, embarque pour l'Angleterre au sein d'une revue musicale. Après un retour à La Nouvelle-Orléans en 1919, il émigre avec son frère, le pianiste James "Steady Roll" Johnson, à Saint Louis. De là, il descend et remonte le cours du Mississippi-Missouri sur des riverboats qu'animent les orchestres de Fate Marable et des Charlie Creath Jazz O'Maniacs, avec lesquels il effectue ses premiers enregistrements au violon en 1925. Ainsi débute sa première et glorieuse carrière phonographique, qu'il mène en tant que soliste et ponctue de rencontres exceptionnelles : le chanteur primitif Texas Alexander ; l'"autre" pionnier de la guitare de jazz, Eddie Lang (leurs duo sont parmi les plus beau de l'histoire du disque); les Hot Five de Louis Armstrong, l'orchestre de Duke Ellington, les Chocolate Dandies, Les chanteuses Victoria Spivey, Clara Smith... et les "requins" Spencer et Clarence Williams (faux frère). Jusqu'en 1932, sous son seul nom, Johnson grave quelque 160 faces, puis les engagements se raréfient et il va travailler en usine...Son retour sur les planches a lieu en 1937. Il joue à Chicago avec le batteur Baby Dodds et réalise jusqu'en 1944 une série d'enregistrements de blues dans la meilleure veine du moment, alors que ses anciens disques touchaient aux domaines les plus variés. Il adopte la guitare électrique et obtient en 1948, avec la ballade Tomorrow Night, son plus gros succès. A plus de cinquante ans, il entame une troisième carrière dans le rhythm and blues, se produit en Angleterre en 1952 et... se fait à nouveau oublier. En 1960, un portier d'hôtel de Philadelphie nommé Lonnie Johnson remet les pieds en studio. A la faveur du blues revival qui fait de lui le compagnon un peu à part des country bluesmen aux vertus rustiques désormais reconnues et des jeunes turcs électriques de Chicago, il reprend la route (American Folk Blues Revival 1963) qui le conduira enfin au Canada.Chanteur urbain sophistiqué à la voix douce-amère, parfois maniérée, Johnson est avant tout le guitariste qui "inventa" le jeu en solo - l'improvisation note par note, arpégée. Son apport se vérifie aussi bien chez les guitaristes de blues rural (Robert Johnson) et citadin (T-Bone Walker, B.B. King) que chez les jazzmen (Charlie Christian) et partout où s'affranchit une guitare électrique ! Bien au delà du blues et pourtant au cœur d'un idiome qui a bouleversé la musique populaire mondiale, Lonnie Johnson est un monument de la grande musique noire. 

    Une eloge pour bien montrer son importance alors qu il a ete si peu reconnue de "l intelligencia histories music" bref des soi disant journalistes , prof de la musique .

    le terme entre" " est bien sur une invention de ma part .....

     

    Afficher l'image d'origineAfficher l'image d'origine

     

     Afficher l'image d'origine

     

     

    TOMORROW NIGHT reprise par LE KING lui meme .a priori le 12 septembre 1954 sun records (du box 7) ....

    Afficher l'image d'origine

     https://www.youtube.com/watch?v=n8fyb9vpIc0

    https://www.youtube.com/watch?v=Kz2aOncE8Qw

    https://www.youtube.com/watch?v=t5O_ZkwGfCw

    https://youtu.be/nJVJ02Hz8VY

    https://www.youtube.com/watch?v=KE5W7ObiC0c

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • FRANKIE MANNING /

    Est né le 26 mai 1914 à JACKSONVILLE ( Floride) . Tres tot il démarre sa carrière de danseur , peut on dire un dimanche après-midi au ALHAMBRA à HARLEM , sur de la musique JAZZY , style VERNON ANDRADE . Ensuite il passe à la salle de RENNAISSANCE , endroit de rencontres des adolescents FANS DE SWING , dansant sur du CLAUDE HOPKINS ORCHESTRA (entres autres) . Pour finalement etre diplomé de la SAVOY , connu pour ses excellents danseurs et orchestre  , UN MUST à l'époque .MANNING devient un compétiteur HORS PAIR et une star de la salle SAVOY  , ou il y sévit tous les samedis soirs et se fait remarquer du metier . Il est donc en toute logique , invité à rejoindre l'élite du club , les 400 ...Il ressort de part son réel DON , pour la danse , une musicalité infaillible , une rapidité féline , une oreille vive . Il donne une réelle valeure au SWING , une vrai osmose entre le danseut et l'orchestre . Il est tres inspiré de LINDY HOPPERS GEORGE SHORTY SNOWDEN et LEROY STECHT JONES ; mais toutefois pour les supasser , il va développer son propre STYLE . Il va etre responsable de nombreuses innovations du LINDY HOP , en effet entres autres il va intégrer le LINDY AIRSTEP (la voltige) , mettre des angles autres par r^pport au sol , enlevant énormement de raideur par rapport à ses PREDECESEURS !!!

    Il contribue à révolutionner la danse en répertoriant LES PAS et en créant un nouveau style qui propusèrent le Lindy Hop des clubs de danse au théatre et à l'écran. De 1934 et jusqu'à la deuxième guerre mondiale, il dansa, et fut également le chorégraphe des "Whitey's Lindy hoppers", une troupe qui porta le Lindy Hop à des sommets de virtuosité jamais égalé auparavant.

    "Whitey's Lindy hoppers" se produisirent dans des films à Broadway et partirent en tournée dans les plus grands clubs du monde avec la plupart des géants de la musique swing.

    En 1954, avec le déclin des big bands, Frankie se mit à travailler pour les services postaux américains. Il y travailla pendant 30 ans assouvissant son amour du swing en dansant dans des clubs et en écoutant son immense collection de disques de jazz.

    Frankie revint sur le devant de la scène en 1987 , alors que des jeunes danseurs enthousiastes redécouvraient la magie du swing. Agé de 72 ans, il reprend donc avec énergie l'enseignement, les démonstrations et la chorégraphie aux Etats Unis et en Europe, savourant chaque minute de sa nouvelle vie.

    Voici juste quelques derniers exploits de Frankie : il a remporté un "Tony award" en 1989 pour sa chorégraphie dans "Broadway's Black and Blues" et a été consultant pour malcomix le film de Spike Lee.

    Les rapports de Frankie avec la musique ont toujours été très forts. Il découvrit sa vocation enfant en regardant sa mère danser avec ses amis. Il adorait les regarder parce que "tout le monde semblait si heureux de danser sur cette musique". Après avoir rejoint le groupe dans une soirée avec beaucoup d'enthousiasme, la mère de Frankie lui dit qu'il était trop raide pour être danseur. L'enfant opiniâtre s'entraîna dans sa chambre, avec un balai ou une chaise, sur la musique de FLETCHER HENDERSON , Claude Hopkins et Mills Blue Rhythm Band, jusqu'à une réussite qu'il acquît à la force du poignet.

    merci a lui d avoir exister et que dieu le garde .

     

     http://www.youtube.com/watch?v=rQYt_6IY9tg

    http://www.youtube.com/watch?v=-pMDf4ciCRs

    http://www.youtube.com/watch?v=bjfM4Wrj9UI

    http://www.youtube.com/watch?v=mTg5V2oA_hY

    http://www.youtube.com/watch?v=W2fGjHMByjI

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • HEARTBREAK HOTEL /

     

     

    Pour une carriere telle ELVIS PRESLEY , aussi vaste ,  intense etc... il y a bien des moments clés , des instants hors du temps , qui fait qu'on reste à jamais dans l'histoire , qu'on perdure et LE MERITE d’être LE NOM LE PLUS CONNU AU MONDE AVEC LE COCA COLA ;   Des instants aussi dans une vie ou tout peut basculer , la chance , le travail , la persévérance , le "coup de pouce même" peut en être un des facteur , mais le plus important pour ELVIS est le GENIE . Lorsque l'on parle de ce terme  , ELVIS en a souvent fait preuve  . Ce premier grand moment EST BIEN SUR SON PREMIER TITRE STUDIO en tant que professionnel , THAT S ALL RIGHT MAMA ,  , mais LA , avec ce gros contrat qu il doit honorer , il s'attaque tout simplement au monde entier , pour etre le n 1 ...!!!

    HEARTBREAK HOTEL va etre ce tremplin dont il a besoin  pour rassurer , ce MEGA TUBE va être son reflet : simple mais compliqué - pop -rock , moderne mais très respectueux de ses racines - mystérieux ET J EN PASSE ....A cette époque chacun a ressentit ce titre à sa façon , il a été une révolution , une bombe "dans le paf" ; la voix , la musique , le feeling , les musiciens , le son , tout y était , l histoire a fait le reste , la mémoire collective l a gravé à jamais au PANTHÉON , de la musique "dite moderne" .

     

    Ecrite par MAE BOREN AXTON et TOMMY DURDEN , la chanson a été inspiré par un fait divers d'un journal de MIAMI . Tommy est le premier à prendre contact de ce "cas" ; le suicide d'un jeune homme , laissant une note : I WALK A LONELY STREET . Tout ce passage écrit sous le titre DO YOU KNOW THIS MAN ? On dit que pour mettre en place le morceau , ils se sauraient basés aussi sur un blues de TINY KENNEDY : EARLY IN THE MORNING BABY . Le titre va prendre forme dans la maison de MAE BOREN . Glen reeves , alors présent ne vas pas participer à l'écriture , concours de circonstance !!! Mais va en faire une démo de présentation . De DURDEN , la chanson va être proposée au WILBURN BROTHERS , sans succes . AXTON a pourtant son idée et voit un truc pour ce gars de MEMPHIS . Ils se rendent la lui présenter , à la convention annuelle des DISC-JOCKEYS , le 10 novembre 1955 . ELVIS est emballée , de plus il est pour lui ,  un peu redevable à MAE , en effet , ils s'étaient rencontrés début 55 à DAYTONA BEACH , PRESLEY avait cette dame en sympathie . Elle a été attachée de presse de la tournée de FLORIDE et a promu le style ELVIS en flattant ses disques et ses prestations scéniques . AXTON a une exigeance pourtant , elle cède un tiers des droits d'auteur à ELVIS ET VEUT L ARGENT RAPIDEMENT ( une histoire d'un cadeau d'une voiture) .

    En bref , un choix de coeur ? , un choix quelques peu sinistres aussi dans le contenu du texte  , un rendu ou promesse  à MAE , à priori le contraste de la chanson , à la vitalité d ELVIS ne pourrait fonctionner !!! Pourtant il l a choisi comme promis pour sa 1ere session RCA .

    LE 10 JANVIER 1956  TRES PRECISEMENT RCA STUDIOS DE NASHVILLE . Elle va etre le 2e chanson gravée , le hit de RAY CHARLES : I GOT A WOMAN sera la première .

    Autant se mettre dans le contexte . RCA a verse une somme énorme pour l'époque , pour PRESLEY , STEVE SHOLES est visé de "fou" ,  ELVIS  joue gros egalement , l'ambiance n'était pas tout à fait détendue . De plus , il vient et démarre avec 2 titres bluesy , que ni STEVE , ni  CHET ATKINS , présent comme guitariste , pour épauler la session ne voit comme HIT , bref ce  n' était pas gagné ...MAIS le boulot , le perfectionnisme , le talent du maitre de cérémonie va vite émergée . L erreur du départ de RCA , est de vouloir reproduire le son SUN DE SAM , ILS VONT VITE S APPERCEVOIR que PRESLEY a évolué et la musique aussi et lui seul sait ce qu'il veut . Ils seront tous unanime , il était  devenu un chef de sessions , il savait exactement ou il voulait en venir et surtout il allait à l' encontre de tous ce qu on connaissait à l'époque . Sa créativité etait débordante , mélangeant les styles , les tempos , travaillant sa voix dans des effets avant gardistes , le son devait avoir une couleure PRESLEY SA MARQUE DE FABRIQUE . Meme CHET ATKINS , pas vraiment fan dira : cela est la clé de sa réussite et surtout , c'est pourquoi il restera à jamais unique et SI GRAND .

    ELVIS essaye le titre sur scène le 9 DECEMBRE 1955 A SWIFTON (ARKANSAS) au HIGH SCHOOL AUDITORIUM (ce show restant inedit  avec only you et rock around the clock qui aurait été interprété par ELVIS )  , tournée avec CARL PERKINS et JOHNNY CASH entres autres .

    Elvis est donc entourée de ses musiciens attitrés : SCOTTY MOORE - BILL BLACK - DJ FONTANA et S ADJOINT LE VIRTUOSE DU PIANO FLOYD CRAMER + CHET ATKINS a la guitare d accompagnement , bob FERRIS sera l'ingenieur et bien sur STEVE SHOLES  est présent comme producteur . Elvis démarre à la voix , seul sans introduction avec la ligne de basse qui entre peu apres dans le morceau , des réponses rythmiques au fin de chaque phrases assez rentre dedans , puis la guitare et pour finir le piano en solo continuel magistral , extraordinaire , l écho en devient sublime , malgré les critiques DES PURISTES (periode SUN )  qui vont suivre  ;  le solo est envoyé , simple mais d'une efficacité extrême , un air qui nous entraine , ELVIS joue avec sa voix , dont on découvre les capacités énormes et peu soupçonnée des spécialistes de  l'époques . On constate aussi qu ELVIS tenait à ce joyaux , car ils arrivent en studio avec la maîtrise du  titre , pour peuve LA PRISE 5 est presque déjà la bonne . En fait ce sera la prise 7 choisie comme MASTER . On va également découvrir le fameux final  FIFTIES - PRESLEY , cette descente de basse ponctuée des notes de SCOTTY à la guitare pour finir , fabuleux travail .!! Que dire alors de cette contrebasse (BILL BLACK) , nonchalente oui mais d une métronomie enjoueuse et sans faille , elle renforce le charme du tube . L importance du piano est primordial , il est sans contexte la raison DE MES DECEPTIONS , DANS LES PRISES LIVES OU SHOW QUI VONT SUIVRES  (periode fifties) , Elvis ne prendra le pianiste que très rarement en live ou show ou alors très mal sonorisé (époque oblige - radinerie de Parker y aurait été  pour quelques choses ?) , de ce fait HEARTBREAK HOTEL sur scène sera moins mysterieux , étrange , ambigu , subblime etc etc..., un tube à jamais unique de ce 10 JANVIER A NASHVILLE - INDEMODABLE - INDETRONABLE - INAMELIORABLE .

    RCA sort le single le 27 JANVIER , avec en face B : I WAS THE ONE . Tres rapidement , pour les raisons dont on imagine tres bien , de plus ELVIS va apparaitre au SHOW CBS DES FRERES DORSEY , qui va faire grimper les ventes de ses disques . Malgré cela STEVE SHOLES va batailler pour  qu ELVIS puisse défendre ce titre et pourra le faire que lors du show du 11 fevrier ??? Lors de son écoute DURDEN va declarer ne plus reconnaitre sa chanson , tellement ELVIS y a mit son empreinte .

    Le 3 MARS 1956 , le titre entre dans le POP CHARTS à la 68 e place et 9e au COUNTRY AND WESTERN CHARTS . En moins de 2 MOIS , HEARTBRAEK HOTEL va atteindre la 1ere PLACE DU POP CHART et VA  Y RESTER 8 SEMAINES et EGALEMENT LA 1ere PLACE AU COUNTRY AND WESTERN CHART , pour 17 SEMAINES - LA MACHINE EST LANCEE ....Il va meme atteindre la 5 e place du R N B CHART , du jamais vu . Il va bien sur atteindre le million de ventes et sera le 2e TUBE DE  L HISTOIRE A ETRE RESTE LE PLUS LONGTEMPS DANS LES 3 CHARTS EN MEME TEMPS . Ce morceau va devenir UNE de ses CHANSONS mythique incontournable , fétiche meme ,  il va souvent la reprendre sur scene et dans des shows fifties sixties  comme seventies . NOTONS les versions MEMORABLES du SHOW HAWAII 1961 et les versions de 1969 a LAS VEGAS avec LARRY MUHOBERAC au piano . Ensuite du moment ou ELVIS a accelere le tempo du titre , ses reprises deviendront plus banales et un peu comme les reprises des autres artistes , la voix en plus .

    Le single sera son premier disque d or , lui devenue RECORD ABSOLUE . La chanson a été intronisée au GRAMMY HALL OF FAME en 1996 . Elle est entrée dans la liste bien fermée des 50 chansons de l histoire de la musique . Décrite par certains comme le 2e plus grand évenements culturel de l ere rock . En 2006 elle et ELVIS retrouvent la PREMIERE PLACE DES CHART au BILLBOARD HOT SINGLES .

    Elle entre aussi dans les 50 tubes qui ont changé l histoire de la musique . ENFIN un hotel de son nom a été construit en face de GRACELAND .

    Elle va donc etre un tube de référence au lancement du ROCK N ROLL , au décollement total de cette musique , beaucoups d artistes vont la reprendre , MAIS sans la simplicité, le genie , la magie de l'original ; voulant soi en faire un BLUES COMPLEXE A TORT ou UN ROCK A RHYTHM A TORT .

     

    Heartbreak Hotel *
    I Was The One **
    (US) RCA 47-6420 (45) 20-6420 (78)
    Released: January 1956

    HEARTBREAK HOTEL (EP)
    (US) RCA EPA 821
    Released: May 1956
    Side 1
    Heartbreak Hotel
    I Was The One
    Side 2
    Money Honey
    I Forgot To Remember To Forget

     

     

     

         EPA-821 Heartbreak Hotel 

    Modified: December 29, 2015

             Release: RCA Victor EPA-821 Heartbreak Hotel (EP)
                  Artist: Elvis Presley
    Release Date: 4/20/1956

    Side 1: Heartbreak Hotel / I Was the One
    Side 2: Money Honey / I forgot to Remember to Forget

    epa 821 cover side1 small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)epa 821 cover side2 small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)

    Cover: picture sleeve front and back.

    epa 821 dot side1 small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)epa 821 dot side2 small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)

    Disc: (4/1956)1 Black label, dog on top without horizontal line.
    Matrix numbers: G2PH-2942-1S A1 / G2PH-2943-2S B2 (machine stamped) (Indianapolis pressing)2
    Matrix numbers: G2PH-2942-1S C1 / G2PH-2943-10S A1 (machine stamped) (Indianapolis pressing)3
    Matrix numbers: G2PH-2942-2S B4 / G2PH-2943-2S B4 (machine stamped) (Indianapolis pressing)2
    Matrix numbers: G2PH-2942-2S / G2PH-2943-2S B3 (Indianapolis pressing)

    epa 821 1956 side1 h small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)epa 821 1956 side2 h small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)

    Disc: (4/1956) Black label, dog on top without horizontal line. Small bold fonts.5
    Matrix numbers: G2PH-2942-4S / G2PH-2943-?S (Hollywood pressing)

    Disc: (4/1956) Black label, dog on top without horizontal line. Side numbers on the left. SIDE is all caps. with a '-' between SIDE and the number.6

    epa 821 1956 side1 line small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)epa 821 1956 side2 line small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)

    Disc: (4/1956) Black label, dog on top with horizontal line. Sides are spelled out, "Side One" and "Side Two".7
    Matrix numbers: G2PH-2942-3S A1 / G2PH-2943-3S A1 (machine stamped) (Rockaway pressing)8

    epa 821 1956 side2 w line small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)epa 821 1956 side1 w line small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)

    Disc: (4/1956) Black label, dog on top with horizontal line. Sides are numerical, "Side 1" and "Side 2".9

    epa 821 1956 side1 line nodog small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)epa 821 1956 side2 line nodog small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)

    Disc: (4/1956) Black label. No dog on top with horizontal line.10
    Matrix numbers: G2PH-2942-3S B1 / G2PH-2943-3S A2 (machine stamped) (Rockaway pressing)
    Matrix numbers: G2PH-2942-5S E RCA1 / G2PH-2943-5S RCA J (machine stamped) (unknown pressing)

    epa 821 1965 side1 small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)epa 821 1965 side2 small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)

    Disc: (1965) Black label, dog on side.
    Matrix numbers: G2PH-2942--2S / G2 PH2943-10S A2 (machine stamped) (Indianapolis pressing)
    Matrix numbers: G2PH-2942--9S / G2 PH2943-10S A2 (machine stamped) (Indianapolis pressing)11

    epa 821 cover side1 v2 small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)epa 821 cover side2 v2 small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)

    Cover: (1968) picture sleeve front and back. No song titles on front. Copyright front left corner. EPA-821 upper right corner.12.

    epa 821 cover side1 military small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley) epa 821 cover side2 military small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)

    Cover: (1968) picture sleeve front and back. No song titles on front. No copyright on front left corner. No EPA-821 upper right corner. No picture of Elvis on back, different layout.13

    epa 821 1968 side1 small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)epa 821 1968 side2 small EPA 821 Heartbreak Hotel (Elvis Presley)

    Disc: (1968) Orange label.12
    Matrix numbers: G2PH-2942-9S / G2 PH2943-10S A2 (machine stamped) (Indianapolis pressing)11
    Matrix numbers: G2PH-2942-9S / G2 PH2943-11S (machine stamped) (Indianapolis pressing)

     
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • ARTHUR CRUDUP /

     

    Je continue de vous faire connaitre ses artistes ,  qui ont contribué de pres ou de loin au ROCK N ROLL ou ROCKABILLY , mais si il y en a un qui mérite de figurer sur ce blog c'est bien CRUDUP , souvent surnommé LE PERE DU ROCK N ROLL .

     

    Inutile de rappeler en détail l'histoire de son THAT S ALL RIGHT , titre immortalisé et transformé  par un certain ELVIS PRESLEY .

     

     

    Né le 24 août 1905 à Forest, Mississippi, Arthur CRUDUP, surnommé "Big Boy" en raison de sa stature, fils d’un ouvrier agricole musicien à ses heures, migre dans l’Indiana en 1916 avec sa sœur et sa mère. La maladie de celle-ci l’oblige très tôt à travailler pour subvenir à leurs besoins. A 13 ans, il se retrouve ouvrier dans une fonderie.

     

     

    En 1926, la famille revient à Forest et CRUDUP y poursuit sa vie laborieuse. C’est après une séparation conjugale qu’il commence à fréquenter les juke-joints et à s’intéresser de plus près à la musique.

     

    Il a 32 ans quand il entreprend de jouer sur une guitare trouvée par hasard et sur laquelle il ne reste que deux cordes. Il en rajoute une chaque fois que celles en place sont suffisamment maîtrisées. Il reçoit quelques conseils d’un bluesman local, "Papa Harvey". Ne sachant ni lire ni écrire, il décrypte à l’oreille les disques de Big Bill BROONZY et de Lonnie JOHNSON.

     

    On le voit bientôt apparaître, le week-end, dans les fêtes de villages de la région du Delta, notamment à Silver City et Belzoni. Il obtient même un engagement dans un petit club local. Puis il rejoint un groupe de gospel, les "Harmonizing Four", avec lesquels il se rend à Chicago en 1939, dans l’espoir d’y trouver la réussite. Il quitte rapidement le groupe pour tenter sa chance seul. Mais il se retrouve finalement réduit à dormir dans un abri de carton, sous une voie ferrée aérienne. Il chante dans la rue pour réunir les 10 dollars nécessaires à son billet retour. L’histoire retiendra que c’est alors que le célèbre producteur Lester MELROSE, qui passait là par hasard, l’invite à venir jouer, le lendemain, chez des amis à lui. CRUDUP se rend à l’adresse indiquée. Il fait de son mieux pour interpréter des musiciens à la mode, comme de Tampa RED et Big Bill BROONZY. A la fin de la soirée, il découvre qu’il est dans la maison du premier et que le second fait partie, avec Lonnie JOHNSON, Lil GREEN et Doctor CLAYTON, des invités présents.

     

    On le voit bientôt apparaître, le week-end, dans les fêtes de villages de la région du Delta, notamment à Silver City et Belzoni. Il obtient même un engagement dans un petit club local. Puis il rejoint un groupe de gospel, les "Harmonizing Four", avec lesquels il se rend à Chicago en 1939, dans l’espoir d’y trouver la réussite. Il quitte rapidement le groupe pour tenter sa chance seul. Mais il se retrouve finalement réduit à dormir dans un abri de carton, sous une voie ferrée aérienne. Il chante dans la rue pour réunir les 10 dollars nécessaires à son billet retour. L’histoire retiendra que c’est alors que le célèbre producteur Lester MELROSE, qui passait là par hasard, l’invite à venir jouer, le lendemain, chez des amis à lui. CRUDUP se rend à l’adresse indiquée. Il fait de son mieux pour interpréter des musiciens à la mode, comme de Tampa RED et Big Bill BROONZY. A la fin de la soirée, il découvre qu’il est dans la maison du premier et que le second fait partie, avec Lonnie JOHNSON, Lil GREEN et Doctor CLAYTON, des invités présents.

     

     

    Quelques semaines plus tard, le 11 septembre 1941, CRUDUP enregistre ses quatre premiers titres pour le label Victor/Bluebird de RCA: "Black Poney Blues" de Charley PATTON, "Death Valley Blues", "Kind Lover Blues" et "If I Get Lucky", son premier succès. Il grave six nouveaux morceaux en avril 1942, parmi lesquels le classique "Mean Old Frisco", un des premiers Blues joué sur une guitare amplifiée.

     

    La période de guerre suspend l’activité discographique mais MELROSE le fait revenir en studio dès que les circonstances le permettent. Il grave aussitôt de nouveaux standards, "Cool Disposition", "Rock Me Mama" (en 1961, B.B. KING s’en inspirera pour "Rock Me Baby"), "So Glad You’re Mine" et, le 6 septembre 1946, son fameux "That’s All Right" soutenu par la section rythmique habituelle du label, Ransom KNOWLING à la basse et Judge RILEY à la batterie. Huit ans plus tard, Elvis Presley, admirateur du "Big Boy", reproduira cette version, avec l’effet que l’on sait , l'histoire est en marche .(Presley reprendre aussi SO GLAD YOU RE MINE- my baby left me) .

    Devenu populaire, Arthur CRUDUP partage son temps entre Chicago et le Sud où il tourne avec Sonny Boy WILLIAMSON II et Elmore JAMES à partir de 1948. En 1952 il enregistre son Delta Blues électrique mâtiné de rhythm’n’blues sur d’autres labels (Ace, Checker, Trumpet), sous divers pseudonymes, comme cet Elmer JAMES malicieusement ambigu ou la variante Percy Lee CRUDUP. Le succès ne se dément pas ("Who's Been Foolin' You", "Keep Your Arms Around Me", "Ethel Mae") jusqu’en avril 1954  avec un dernier enregistrement à la station de radio WGST d’Atlanta avant de se retirer.

     

    Treize ans de succès dont un titre légendaire, c’est beaucoup pour un musicien tardif et laborieux. Sa formation autodidacte explique un jeu rudimentaire qui, paradoxalement, va lui permettre de faire la différence. Son usage intensif des accords plaqués et la simplicité de ses motifs rythmiques sonnent inédits et se montrent terriblement efficaces. Avec ce style de jeu original, CRUDUP va exercer une influence majeure sur la révolution qui s’apprête à secouer la musique populaire. A côté du boogie-woogie des Louis JORDAN et Wynonie HARRIS, qui apportent leur explosivité jubilatoire à la déferlante rock’n’roll, Arthur CRUDUP installe, dès le début des années 40, une facture urgente et compacte, guitare en pointe et batterie à ses trousses, distinctifs pour toujours de l’essence rock. Alors que le "bluebird beat" que Lester MELROSE impose sur la scène de Chicago au début des années 40 doit beaucoup au goût du jazz de ce dernier, Arthur CRUDUP échappe à la monotonie relative du moment par son choix délibéré d’aller à l’essentiel, comme lorsqu’il écarte toute autre instrumentation que la basse de KNOWLING et la batterie de RILEY.

     

     

    Mais en 1954, Arthur CRUDUP a décidé de mettre fin à sa carrière commerciale. Il a enregistré quelques soixante titres depuis ses débuts sans toucher la moindre royaltie. Entre chaque séance d’enregistrement, il lui a fallu travailler pour vivre, que ce soit sur des chantiers du Sud ou comme manutentionnaire dans un magasin de spiritueux du West Side. Pendant toutes ces années, presque chaque semaine, une ou l’autre de ses compositions se retrouvait pourtant dans le Top 200 des ventes sur le disque d’une star du moment. « J’ai rendu tout le monde riche et moi je suis pauvre » constatait-il, fataliste, à la fin de sa vie. Dès 1947, il avait déjà rompu avec son mentor, Elvin MELROSE, qui empochait les droits qui auraient du lui revenir. Pour la même raison, il avait fini par quitter RCA.

     

    Dépité, CRUDUP retourne dans le Mississippi, reprend un travail à temps plein de manœuvre. En 1961, il réenregistre ses anciens succès pour Bobby ROBINSON chez Fire, mais sans lendemain. Il s’installe en Virginie au milieu des années 60, fait du transport de saisonniers le long de la côte, chante ici et là, notamment dans le comté d’Accomak, au Dew Drop Inn, écoulant au passage un peu d’alcool de contrebande pour arrondir ses fins de mois. L’essor du rock des années 60 remet les titres d’Arthur CRUDUP sur le circuit. Eric CLAPTON, Rod STEWART, Elton JOHN, Creedence Clearwater Revival, Johnny WINTER, Paul BUTTERFIELD, Canned Heat, Tina TURNER, Buffy Sainte-Marie le reprennent. Redécouvert par Bob KOESTER, il enregistre pour Delmark en 1969 (LP’s "Crudup’Mood" et "Look on Yonder’s Wall"), ainsi que chez Liberty en 1974 (LP "RoeBuck Man"), avec Ransom KNOWLING et Willie DIXON. Il réapparaît dans divers festivals du blues revival dont Newport et tourne en Angleterre (1969/70) et en Australie (1972).

     

    On le voit jouer, avec ses fils, digne et émouvant, dans le film "Along the Old Man River". Son dernier concert a lieu le 1er mars 1974 au Hunter College de New-York. Il meurt à Nassawadox , le 28 mars 1974 (une récente version contradictoire situe sa disparition deux ans plus tard, arguant d’une erreur d’identification liée à l’habitude de CRUDUP d’emprunter les noms au sein de sa nombreuse famille).

     

     

     

     

    Le destin, malicieux jusqu’au bout, fera qu’en 1977 ses fils toucheront enfin les royalties tant attendues, soit 250 000 dollars pour avoir apporté au monde un grande part du rock’n’roll.

     

     

    merci a lui d avoir exister et que dieu nous le protege bien .

     

     

     

    https://youtu.be/2Q2enkV1hus

    https://youtu.be/qU3ZFNIa0t0

    https://youtu.be/5YiUAvJzmr4

     https://youtu.be/p6SE5120UmE

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique