•  des exemples frappants, la réalité des échanges musicaux entre Blancs et Noirs. Ainsi Raga Mop, la composition de Johnnie Lee Wills, sera reprise par des groupes blancs comme les Ames Brothers mais aussi par Louis Jordan ou les Treniers. Dans le sens inverse, on peut signaler  que What's The Matter With The Mill de Memphis Minnie-Joe McCoy deviendra un classique du country & western. L'année 1949 marque le début de l'envolée de Fats Domino avec le succès de The Fat Man qui s'impose dans le top R&B. On entend aussi des titres significatifs de l'époque produits par des artistes noirs (Roy Brown, Wynonie Harris, Flyod Dixon, Louis Jordan, Big Joe Turner, B. B. King, Roy Milton, Arthur "Big Boy" Crudup) et blancs (Tennessee Ernie Ford, Tommy Duncan, Lalo Guerrero, Jerry Irby, Don McCord) qui marqueront de leur empreinte les jeunes rockers en puissance .

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • INCROYABLE , issu de la NASA meme un petit sujet .......non sans interet pour LES FANS .

     

    Dans les années 60 , la NASA aprit l'habitude d'éveiller ses ASTRONAUTES en musique , lors des programmes GEMINI  . C est devenu ensuite une "sorte de tradition" . Et bien sur l'artiste qui a été le plus UTILISE EST ELVIS PRESLEY .

     

    La premiere fois que l'espace a pu découvrir l'artiste du siecle fut

     

    le : 31 janvier 1974 (skylab station) avec BURNING LOVE .

     

    puis 17 ans apres missions discovery

     

    13 -9 -91 HOUND DOG

     

    14-9-91 RELEASE ME

     

    16-9-91 ARE YOU LONESOME TONIGHT

     

    17-9-91 RETURN TO SENDER

     

    septembre 1993 RELEASE ME + HEARTBREAK HOTEL (discovery) .

     

    15 septembre 1994  HOUND DOG (discovery)

     

    8 septembre 1995  HOUND DOG

     

    3 DECEMBRE 1996 RETURN TO SENDER (columbia)

     

    2 decembre 1998 HOUND DOG

     

    19 MARS 2008  BURNING LOVE

     

    DECIDEMENT ELVIS VRAIMENT PARTOUT .....

    reflexion elvis  et la  nasa

    certainement aucun rapport quoi que du film  IT HAPPENS AT THE WORLDS FAIR le final ....

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • interview  DE BUDDY KNOX 1999 : .petit condense .

     

    j ai rencontré ROY ORBISON le toute premiere fois lorsqu'il est venu jouer a mon université , il était encore avec son band TEEN KINGS . Je lui ai parlé et meme dit que je faisais le meme style de musique que lui , nous sommes devenus amis .

     

    BUDDY HOLLY , je l'ai croisé apres avoir sorti PARTY DOLL et qu'il soit devenu un hit dans le nord texan . Il est venu chez moi et là aussi est né une amitié .

     

    A l'époque nous nous connaissions comme les 3 seuls groupes qui jouaient ce style ....

     

    Un soir nous allions voir JOHNNY CASH à AMARILLO . Il était à l'affiche avec ELVIS (mince)  , on s'est dit : il fait la meme chose que nous ,mais avec plus de sentiments de bluesy , nous avons voulus le rencontrer et cela s'est fait . Je l'ai vu plusieurs fois ensuite  , mais sans partager le scene avec lui ; d'ailleur valait mieux pas trop , TOUS VENAIENT POUR LUI , AVAIENT YEUX QUE POUR LUI alors ....sur scene avec ELVIS c'était prendre une claque  ...

     

    J ai beaucoup travaillé avec HOLLY . Il était ambitieux et pouvait etre tres dur . Certains dans le milieu ne s'entendaient pas avec lui ... Il voulait etre une star , mais c'était un chic type .

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • 1953

     

     

     

    Bradbury publie "Fahrenheit 451"

     

     Ecrivain américain, Ray Bradbury publie "Fahrenheit 451". Avec toute la poésie et le pessimisme qu'on lui connaît, il y imagine un univers futuriste où les livres sont interdits et brûlés. Le titre fait d'ailleurs allusion à la température nécessaire à la combustion totale du papier. L'œuvre de Bradbury apparaît alors comme une dénonciation des failles du totalitarisme. Elle cherche également à montrer l'importance de la culture au sein de la société, qui, sans elle, se voit complètement dénuée de toutes valeurs humaines, au profit de la consommation de masse et d'un bonheur sans consistance. Le roman fera l'objet d'une réadaptation cinématographique en 1966, par François Truffaut.

     

    Le livre a obtenu le Prix Hugo du meilleur roman 1954.

     

    Première partie, Le Foyer et la Salamandre.

     

    Dans un futur indéterminé, Montag est un « pompier » dont le travail est de brûler toutes les œuvres écrites, sans exception. Lui et son escouade pyromane parcourent la ville à la recherche de toutes les bibliothèques illégales, et ont pour ordre strict d'en faire un autodafé. Le monde de Montag est un monde où posséder un livre, voire simplement lire une œuvre écrite, sont devenus des crimes. La littérature, répugnée par la société, n'existe plus. Jusque-là pleinement satisfait de son travail, Montag va un jour décider de soustraire des livres à leur destruction promise et de les lire. Il décide de cacher les œuvres chez lui, sans que personne ne soit au courant. Une nuit en revenant de son travail, au petit matin, en regagnant sa maison, il rencontre une jeune fille, au détour d'une rue. Elle s'appelle Clarisse McClellan, et a 17 ans. Elle est l'opposée en tous points de l'épouse de Guy Montag : Mildred, endoctrinée par la propagande télévisée.

     

    Deuxième partie, Le Tamis et le Sable.

     

    Découvrant les livres, il part en recherche d'une vieille connaissance qu'il n'a jamais dénoncée, sans vraiment savoir pourquoi. Il s'agit de Faber, un vieux professeur d'anglais retraité qui s'était fait licencier quarante ans plus tôt à la fermeture, par manque d'élèves et de crédits, de la dernière école d'arts libéraux. Une discussion a lieu entre les deux hommes, Montag proposant à Faber de réimprimer des livres. Finalement, Faber lui donnera une puce qui, introduite dans son oreille, lui permettra de communiquer avec lui en toute discrétion. Le but étant de découvrir les points faibles de l'univers des pompiers, et plus particulièrement du capitaine Beatty, le supérieur hiérarchique de Montag.

     

    Troisième partie, L'Éclat de la Flamme.

     

    Faber envoie Montag en mission de reconnaissance, mais Montag se fait démasquer et finit par brûler Beatty, lors d'une mission qui visait la maison même de Montag. En effet, sa femme, Mildred, avant de le quitter, avait averti les autorités de la présence de livres chez elle. Montag devient alors un dangereux criminel et est traqué sans merci par cette société pourtant au bord de la guerre. Il est alors poursuivi par le Limier (une machine robotisée programmée pour traquer, capturer et tuer tous ceux qui osent toucher aux livres. Le limier-robot est une machine qui ressemble à un chien-abeille avec ses huit pattes et sa trompe de laquelle sort un dard qui injecte des doses massives de morphine et de procaïne). Grâce à un ingénieux tour de passe-passe et surtout avec une chance incroyable, il parvient à s'échapper de la ville et se laisse porter le long du fleuve pour rencontrer les membres d'une communauté itinérante composée de vieux diplômés de Harvard qui habitent sur les routes, le long de vieux chemins de fer rouillés. Ils ont chacun appris un livre par cœur afin de le sauver de l'oubli auquel il était promis. Finalement, la guerre éclate et Montag voit la ville détruite, lui donnant une chance à un nouveau départ.

     

    Blog de elpresse : ELVIS ET LE ROCKABILLY, histoire fifties

     

    Blog de elpresse : ELVIS ET LE ROCKABILLY, histoire fifties

     

    Blog de elpresse : ELVIS ET LE ROCKABILLY, histoire fifties

     

    Fahrenheit 451 (film, 1966)
    Titre original Fahrenheit 451
    Réalisation François Truffaut
    Acteurs principaux Oskar Werner
    Julie Christie
    Cyril Cusack
    Scénario François Truffaut
    Jean-Louis Richard
    adapté du roman éponyme de Ray Bradbury
    Photographie Nicolas Roeg
    Montage Thom Noble
    Musique Bernard Herrmann
    Production Lewis M. Allen pour Anglo Enterprises et Vineyard Film
    Pays d'origine Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni
    Langue(s) originale(s) Anglais
    Format Technicolor - Mono
    1,85:1 - 35mm
    Genre Science-fiction
    Durée 112 minutes (1h52)
    Sortie Drapeau de la France 15 septembre 1966
    Drapeau du Royaume-Uni 16 septembre 1966
    Drapeau des États-Unis 14 novembre 1966

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Blog de elpresse : ELVIS ET LE ROCKABILLY, reflexion elvis

     

    Blog de elpresse : ELVIS ET LE ROCKABILLY, reflexion elvis

     

    On connait le bon coeur LEGENDAIRE d ELVIS , il a donne toute sa vie sans compter .....

     

    ET il a aussi sauve la vie à son producteur FELTON JARVIS . En effete c est lui qui s'est occupe de lui trouver un rein , car les medecins de NASHVILLE ont éte incapable de le faire à l'époque . .PRESLEY a tout prix en main en contactant un specialiste de la MAYO CLINIC (ROCHESTER MINNESOTA) .

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • LE 5 MARS 1951 , un groupe inconnu et impromptu va entrer au STUDIO SUN DE MEMPHIS (le nom n etait pas encore attribué  en  ce temps)  pour auditionner et enregistrer en la présence de SAM PHILLIPS .

     

    JACKIE BRENSTON  -SAX -CHANT

     

    WILLIE KIZART -GUITARE

     

    RAYMOND HILL SAX

     

    IKE TUNER - PIANO

     

    LORS DE L ENREGISTREMENT UN AMPLI VA DISTORTIONNER PLUS QUE D HABITUDE ; accidentellement d 'ailleur mais le génie de SAM va s'en emparrer lors des prises de son et accentuer encore plus l effet .

     

    beaucoup pense que la vrai naissance du rock n roll date de cette journée .

     

    ils y enregistrent quatre titres, dont Rocket 88, inspiré de la chanson Cadillac Boogie de Jimmy Liggins. Phillips, qui n'a pas encore créé Sun Records, vend les morceaux à la maison de disques Chess. Ceux chantés par Turner sortent sous le nom de « Ike Turner & his Kings of Rhythm » et les deux autres sont édités sous le nom de « Jackie Brenston & his Delta Cats ». C'est ce disque-là qui connait le plus de succès : Rocket 88 est n°1 des classements rhythm & blues et est repris par Bill Haley. Après une seconde séance à l'été 1951, au cours de laquelle ils gravent My real Gone Rocket, Turner et Brenston se séparent.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • JAN SHEPARD actrice ,  qui est la soeur d ELVIS dans le merveilleux film KING CREOLE nous donne quelques anecdotes , retirant meme le mythe de la mauvaise rencontre entre BRANDO et PRESLEY .

     

     

    Blog de elpresse : ELVIS ET LE ROCKABILLY, reflexion elvis

     

    Elle a fait une carriere cinema et télé et comme dit auparavant a joué dans KING CREOLE , elle etait la soeur de DANNY (ELVIS) , MIMI FISHER .

     

    Elle apparait aussi dans PARADISE HAWAIIAN STYLE avec ELVIS , un petit role , elle est BETTY KOHANA .

     

    Sur le set de king creole , elle rencontre un ELVIS fringant , timide , toujours joyeux , il ne voulait jamai etre seul dans sa loge , il venait sans arret jouer de la musique pour nous . Il etait unn grand enfant , curieux de tout , sympa a souhait et gentil .

     

    Apres elle le trouva bien change , ses proches qui etaient des amis en 1958 , des gars bien qui aidait ELVIS , etaient devenu des genres de garde du corps ; ELVIS etait moins  joyeux , il s'isolait sans cesse . Je ne les pas vraiment reconnu .

     

    JE suis alle le voir en 76 à las vegas j'ai été decu , il etait l ombre de lui meme , moin naturel , trop sophistique .

     

    Quand il est mort , j ai appris des choses sur sa fin tragique etc etc...je me suis dit quel gachis , cet homme qui avait tout pour lui ...

     

    J ai prefere me le rappeler en 1958 , comme par exemple le jour ou il etait en train de manger , je suis venu en face à sa table et j ai vu MARLON BRANDO entrait qui s'est assis juste derriere lui (fait expres) , je le connaissais , ELVIS ne l a pas vu . Lorsque nous nous sommes leves sa chaise a heurte la sienne , BRANDO s'est levé et je les ai presente car les 2 je le savais , voulaient absolument rencontrer l'autres . Apres leur conversation , ELVIS plus tard dans les escaliers a saute de joie MINCE J AI VU BRANDO ....en fait il ne se sentait pas GRANDE STAR qui l'etait d'ailleur .

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • http://youtu.be/0GxWbO1OwRw

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  •  

    16 AOUT 1977 UN JOUR QUE J AURAI BIEN BANNI ...
    RIP ELVIS

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • rapport d une interview de RUSSELL WILLFORD née le 2 avril 1933 à DUNN (nord californie) . GUITARISTE légendaire QUI DEMARRE SA CARRIERE en 1953 , sur une FENDER SQUIRE . Il va remplacer CLIFF GALLUPS (guitariste de legende de GENE VINCENT à ses debuts) , un peu avant le film THE GIRL CAN T HELP IT. Lors de l arret momentané de gegene il va creer son groupe THE GO BOYS et continuer sa carriere ......... Il va meme rencontrer ELVIS dans les fifties et prendre 2 photos avec lui . ses influences commencent petits surtout dans les années 40 avec la, radio et le GRAND OLE OPRY : ROY ACCUF et BILL MONROE surtout . Avant de jouer avec GENE VINCENT ET LES BLUE CAPS , il était avec SUNSET VALLEY BOYS . C est à l aéroprt de LOS ANGELES que GENE rencontre ELVIS , ils se parlent ET GENE LEUR PRESENTA LE KING . NON ils n ont pas rencontrer les autres stars du rock , lors du film ; les tournages ont été fait à différents moments . non jamais rencontrer EDDIE COCHRAN . OUI des BLUE CAPS , il est resté surtout amis à DICKIE HARRELL . Bien sur que les quelques shows qu'il a fait avec GENE ont été super . Il fut choqué du deces de CLIFF , qu il trouvait GENIAL . OUI EN EFFET EN 1970 , GENE EST VENU ME VOIR A VIRGINA BEACH , DANS UN CLUB ET M A PARLE DE SA DECISION DE VOULOIR REFORMER LES BLUE CAPS et REPARTIR VERS UN COME BACK (ca avait marche pour BERRY et d autres rockers le revival PLUS LI NCROYABLE RETOUR D ELVIS au sommet) . le destin en a voulu autrement .

     

    Blog de elpresse : ELVIS ET LE ROCKABILLY, reflexion rockabilly

     

    Blog de elpresse : ELVIS ET LE ROCKABILLY, reflexion rockabilly

     

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique