• DRAGNET

    DRAGNET /

     VF Badge 714 ou Coup de filet (Dragnet) est une série télévisée américaine en 276 épisodes de 26 minutes, en noir et blanc, créée par Jack Webb et diffusée entre le 16 décembre 1951 et le 23 août 1959 sur le réseau NBC.

    Une deuxième série en 98 épisodes de 26 minutes, en couleurs, a été diffusée entre le 12 janvier 1967 et le 16 avril 1970, toujours sur le réseau NBC.

    Une troisième série, intitulée Dragnet (L.A. Dragnet), en 22 épisodes de 43 minutes, a été créée par Dick Wolf d'après la série originale. Seulement 20 épisodes[Pourquoi ?] ont été diffusés du 2 février 2003 au 5 mai 2004 sur le réseau ABC.

    En France, les deux premières séries ont été diffusées à partir du 3 juillet 1989 sur Canal+ et la troisième à partir du 4 décembre 2004 sur TF1.

    Production:

    • Directed by Jack Webb
    • Written by Jack Webb
    • Produced by Jack Webb and Mark VII Ltd.
    • Original Music by Walter Schumann (theme) and Miklos Rozsa
    • Cinematography by Edward Colman
    • Art Direction by Feild M. Gray, Gibson Holley, Leo K. Kuter
    • Set Decoration by Jack Mills, John Sturtevant

    Cast:

    • Jack Webb as Sergeant Joe Friday/Narrator
    • Barton Yarborough as Sergeant Ben Romero (episodes 1 and 2)
    • Ken Peters as Sergeant Bill Cummings (episode 3)
    • Barney Phillips as Sergeant Ed Jacobs (episodes 4 to 14)
    • Herbert Ellis as Officer Frank Smith (episodes 16 to 19 and 21)
    • Ben Alexander as Officer Frank Smith (episodes 20 and 22 and 1953-1959)
    • Harry Morgan as Officer Bill Gannon (1967-70)
    • George Fenneman as Announcer (c.1952-1959) (voice)

     

    Récompenses [modifier]

    • Emmy Award 1953 : Meilleur programme d'action
    • Emmy Award 1954 : Meilleur programme d'action
    • Emmy Award 1955 : Meilleure série dramatique
    • Emmy Award 1955 : Meilleure musique originale pour Walter Schumann

     

    Dragnet » fut d’abord un feuilleton radiophonique à partir de 1949, créé par Jack Webb qui en interprète le rôle principal, celui du détective Joe Friday dont nous suivons le quotidien et celui de ses collègues dans des épisodes qui se veulent très réalistes. Ils sont d’ailleurs précédés d’une annonce qui ne laisse aucun doute sur le sérieux de ce divertissement : « l’histoire que vous aller entendre est vraie. Seuls les noms ont été changés pour protéger les innocents ». Gros succès sur les ondes et adaptation télévisée commandée dés 1951. Jack Webb reprend donc le rôle devant les caméras (le show radio ne s’arrête pas pour autant) et c’est toujours aussi sérieux, comme vous le constatez en regardant cette introduction qui ne pèse pas ses mots :

    Jack Webb murissait cette idée de dramatique réaliste sur le quotidien des policiers depuis sa rencontre avec un véritable détective de Los Angeles l’année précédente sur un tournage. Avec l’aide de ce sergent (Sgt. Wynn), Webb s’est immergé dans ce quotidien, allant même jusqu’à suivre l’enseignement de l’école de police avant de proposer son concept pour un feuilleton radiophonique. Chez NBC, on accepte son projet du bout des lèvres, mais petit à petit, le show rencontre son public à mesure que Webb le peaufine, rajoutant toujours plus de réalisme (il utilise même les noms des véritables responsables de la police de L.A.), abusant des effets sonores et surtout s’entourant d’acteurs de première classe, dont Raymond Burr (le futur « Homme de fer » et « Perry Mason »). Pour l’adaptation à l’écran, Webb reconduit d’ailleurs son équipe aguerrie et désormais complice.

     la télévision, « Dragnet » va connaître (en plus de quelques programmes spéciaux) deux époques : la première de 1951 à 1959 et la seconde de 1967 à 1970. Dans la première époque, il y a 276 épisodes d’une demi-heure répartis sur huit saisons et qui sont tous introduits et conclus par un annonceur. Les sujets sont toujours aussi noirs et le ton toujours aussi sérieux qu’à la radio (Webb rajoute toujours plus de réalisme, au point de se faire prêter de vrais badges pour le tournage). Quand il y a un clin d’œil, il est suffisament appuyé pour qu’on n’en espère pas d’autre. Passons donc aux anecdotes, histoire de détendre l’atmosphère. Dans plusieurs épisodes on peut voir Aaron Spelling, qui n’est pas encore un producteur inspiré et fait ses premiers pas dans l’univers de la télévision comme acteur. Il y a un jeune Lee Marvin dans une paire d’épisodes et un Leonard Nimoy plus jeune encore dans une autre. Parmi les scénaristes, il y a entre autres James E. Moser qui créera par la suite plusieurs séries dont « Ben Casey » et John Robinson qui sera producteur sur « Wanted : Dead or Alive ». Cette première époque s’arrête donc en 1959, surtout parce que Jack Webb a envie de faire autre chose, dix ans après avoir lancé ce feuilleton.

     

     

     

    http://www.youtube.com/watch?v=jfkugbASxCY

    http://www.youtube.com/watch?v=UvBqg_A8Yqk

    http://www.youtube.com/watch?v=mrpiby-piB4

    « johnny cashboppin gliesers »
    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :