• Memphis : Aux racines du Rock et de la Soul Broché – 27 avril 2006


    Connu pour ses précédents (bon) ouvrages (dont ‘l’Odyssée du rock’), c’est à une visite guidée de la ville du King que nous propose cette fois Florent Mazzoleni. ‘Memphis aux racines du rock et de la soul’, le titre de ce livre, à lui seul, suffit à évoquer l’importance capitale de Memphis pour la musique. A la manière d’un phare, cette ville a balayé le monde entier de sa lumière, renvoyant sans arrêt de nouvelles énergies musicales. Cette corne d’abondance, qui s’est continuellement réinventée à travers le son, entraînant dans son sillage, des millions de fans éternellement dépendants à cette extraordinaire et créative sève, qui pendant si longtemps a coulé à profusion dans ses veines. Rédigé avec talent, le texte parvient à faire naviguer le lecteur, sans qu’il s’ennuie, dans l’univers complexe des artistes, labels et studios qui ont fait la légende de la Cité.
    Sun, Stax, American, le Memphis Sound dévoile ses secrets de fabrication et l’histoire passionnante de ses créateurs. Du bouillonnement des débuts à la chute du Memphis Sound, en passant par l’âge d’or des sixties, Florent Mazzoleni raconte, à la façon d’un guide et sans tomber dans le piège d’un souci du détail trop pointilleux qui l’empêcherait de tenir en haleine son lecteur, les grandes étapes, les grands personnages qui ont fait la renommée de ce temple de la musique. Du Dr King à Johnny Cash, nombreuses sont les légendes croisées au détours de cette promenade passionnante et hautement instructive qui ravira tous les passionnés.
    Si vous n’aimez pas la musique, son histoire et ses passionnantes anecdotes, c’est sûr ce livre n’est pas pour vous ! Si au contraire, pénétrer dans cet incroyable et labyrinthique univers musical, pour une exploration riche en découvertes, vous tente, alors foncez, vous ne serez pas déçu du voyage !
     

     

    Du début des années 1950 à la fin de la décennie 1970, Memphis va devenir le creuset d’un pan entier de la musique populaire, du rock de Presley à la soul de Al Green. Pendant une vingtaine d’années, Memphis est l’un des plus importants lieux d’enregistrement au monde. Des labels comme Sun Records, Stax, Hi, American Goldwax ou Ardent scellent à jamais la rencontre des bluesmen du Delta du Mississippi et des jeunes musiciens blancs suburbains, puisant leur inspiration aux marges de la société, afin d’inventer un nouvel idiome, le « rock qui roule ». 

     

     

    Remontant l'histoire de la ville aux années 1920, Florent Mazzoleni nous raconte d'anecdotes en évenements historiques, comment Memphis s'est forgé son identité musicale. Politique, économie, racisme et ségrégation, tels sont les enjeux qui ont modelé l'histoire de Memphis. Au début du siècle dernier, c'est à Beale Street que le premier théâtre dédié aux populations noires est créé. Commence alors une révolution culturelle galopante autour de cet axe où les salles de jeu et les bars se multiplient. C'est alors que nait le blues, musique inspirée des complaintes de travailleurs des champs de coton (The Memphis blues de Handy). En 1929, le krach boursier met à mal le blues et l'expression musicale la plus vivante du Memphis noir devient le gospel. Dans le milieu des années 1930, Robert Johnson, grâce aux distorsions des microphones, instaure le rhythm' and blues et le jazz mais les Noirs parlent déjà de rock'n roll. Alors que milieu des années 1940 voit venir les radios dédiées aux noirs qui inspirent déjà BB King et Elvis Presley, les années 1960, avec l’avènement de la société de consommation, marquent la fin du rhythm' and blues. Et les années 1970 symbolisent le déclin de Beale street et du Memphis sound au profit de la disco.



    Ce livre m’a été offert par Amazon lors d’une commande de livres. Pour moi qui adore la musique soul et le rock, voilà un cadeau qui tombe à pic : de Memphis, on en a tous une vague idée avec en tête quelques références liées à Elvis Presley, Martin Luther King, BB King ou Otis Redding. Pourtant, cette ville a bel et bien été le temple de la soul et du rock. Elle en a été l’âme et c’est avec nostalgie que l’auteur aborde l’histoire de cette dernière. Les regrets qu’il exprime à travers ses descriptions font état d’une ville aujourd’hui devenue ville fantôme. Mais l’auteur parvient avec talent à faire revivre Beale street avec ses bars, ses lumières et ses musiciens. Et l’on aimerait avoir connu Memphis à sa période dorée.


    Il est difficile de rendre correctement la densité de ce livre tant les références et anecdotes  sont nombreuses. Florent Mazzoleni dépeint avec force détails l’évolution de la soul music et son travail de documentation est excellent. On découvre dans Memphis un mouvement musical majeur dont l’histoire, née sur fond de ségrégation, a constitué un héritage culturel inestimable qui a inspiré bien de nouveaux styles musicaux. Citant de nombreux artistes, maisons de production, labels et studios d’enregistrement, l’auteur revient avec précision sur les acteurs majeurs qui ont participé à l’édification du temple de la musique noire. La lecture est parfois difficile car le livre fourmille littéralement de références et pour des néophytes en la matière, il peut être compliqué de s’y retrouver, mais quel plaisir enfin de découvrir le travail du spécialiste qu’est Florent Mazzoleni.
     
     

    Memphis Aux racines du Rock et de la Soul – Florent Mazzoleni Castormusic
    Auteur de plusieurs ouvrages de référence (« L’Odyssée du Rock », « James Brown »), notre confrère Florent Mazzoleni nous délivre un superbe aperçu sur Memphis. Ville sudiste dans tous les sens du terme, Memphis a été l’un des épicentres d’une musique populaire oscillant entre Blues, Soul et Rock and Roll. 

    L’auteur nous délivre tout d’abord un historique de la ville, un peu comme si on feuilletait un album souvenirs. C’est par le biais de certaines tranches de vie que Mazzoleni nous dévoile certaines caractéristiques de la ville, des moins glorieuses aux plus heureuses. WC Handy considéré comme le père du Blues, Beale Street artère névralgique et Edward Hull Crump, maire de la ville et accessoirement sympathisant ségrégationniste sont les pierres angulaires d’un premier chapitre. Puis arrivent l’histoire avec moult anecdotes des maisons de disques de la ville : Sun de Sam Phillips qui va certes dévoiler Presley, Perkins, Jerry Lee Lewis, Cash, mais enterrer toute une myriade de musiciens. Puis viendront les années d’or de la Southern Soul avec Goldwax, Hi, Stax, Backbeat. La vague Rockabilly qui avait tout emporté sur son passage va laisser sa couronne à la Soul.

    L’auteur y évoque avec justesse Joe Cuoghi, Quinton Claunch, Ray Harris. Puis c’est au tour du label Stax de Jim Stewart et de sa sœur Estelle Axton de jouer le premier rôle. A noter l’expression de Booker T. Jones qui dit : « Si le Dr King n’avait pas été assassiné à Memphis, Stax existerai encore aujourd’hui. Après cela Stax et Memphis ne furent plus jamais les mêmes ». Chips Moman, Fame, Muscle Shoals, Dan Penn font eux aussi l’objet de quelques bonnes lignes.

    Il s’agit donc ici d’un excellent livre, très abordable au niveau de la lecture et de sa construction mais aussi de son prix. Florent nous propose également une discographie sélective, ainsi qu’une filmographie et bibliographie des plus intéressantes pour 189 pages qui de dévorent d’un trait.
    Juste une petite remarque, une erreur d’imprimerie ou de publication s’est glissée page 122-123, ce qui rend le paragraphe fortement hallucinant. En clair le typographe a probablement confondu le producteur Jerry Wexler (complice d’Ahmet Ertegun) avec la regrettée Dusty Springfield, transformant ainsi le producteur new-yorkais en blonde pétulante. Malgré cette petite bourde d’imprimerie, nous somme en présence d’un livre qui apportera de nombreux éclaircissements sur le Memphis Sound et qui peut aussi bien s’adresser aux profanes qu’aux érudits de la Soul.

    Le Kingbee

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • documents  epoquedocuments  epoquedocuments  epoque

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • Elvis Presley  Follow That Dream

    Withlacoochee River Florida

    Withlacoochee Gulf AreaChamber of Commerce Office

    Mailing Address: PO Box 427, Inglis, Florida 34449
    Visitors Ofiice: 67 Highway 40 West
    Inglis, Florida 34449 
    Telephone: 352-447-3383

    Send us a email. Please out the form below.

     the Chamber of Commerce of Inglis & Yankeetown
    At the mouth of the Withlacoochee River On Florida’s Nature Coast

    Afficher l'image d'origine 

    Résultat de recherche d'images pour "FOLLOW THAT DREAM PARKWAY"Résultat de recherche d'images pour "FOLLOW THAT DREAM PARKWAY" 

    à bird creek 

    50 ans apres 

    Afficher l'image d'origine

    Elvis - follow that dream movie released 1962 Elvis played Toby Kwimper: Afficher l'image d'origine

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • londres

    elvis dans le monde belgique

    elvis dans le monde route 66

    elvis dans le monde torino

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  •  merci a tous pour vos visites sur l année 2016

      l augmentation constante des visiteurs me permet de garder la foi et de continuer à faire des sujets des postes ......

    continuez ainsi 

    vive le rock n roll -et toutes les musiques qui s y rapprochent

    prenez soins de son KING -ELVIS PRESLEY

    NE LAISSEZ PAS MOURIR TOUS SES PIONNIERS .......

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks

    votre commentaire
  • Livre the 1950 s look

     

     

    de MIKE BROWN ..

    MADAME OBAMA qui s'affiche à la JACKIE KENNEDY ...

    BRITNEY SPEARS EST HABILLEE COMME UNE MENAGERE FIFTIES SEXY DANS SON CLIP if you seek amy .

    KATE WINSLET ENCORE RECEMMENT DANS LE FILM REVOLUTIONNARY ROAD, en plein 1955, est primée , le film est applaudie des critiques .

    le look de MONROE si contraste des mannequins "racho" actuels et pourtant si adulée, le phantasmes des femmes en courbes.

    LE JEANS, blouson noir, tshirt blancs encore et toujours en vogue et indémodable .

    etc etc ...

    le livre explique tout cela par rapport à la mode .

     

     

     

     

     

    Comme son nom l'indique, The 1950s Look ne cherche pas à retracer la mode de tout un siècle, mais se focalise sur les années 50. Et c'est très, mais alors très complet. 

    on parle de la mode masculine, féminine, enfantine, mais aussi adolescente ! Sont évoquées les tenues du quotidien et celles des jours de fête. Les évolutions au cours de la décennie sont décryptées, année par année pour les femmes. La couture à la maison, les différents accessoires, la coiffure (homme et femme), la silhouette, le maquillage, tout y est. Et il y a bien sûr de nombreuses photos et illustrations, dont j'ai été trop paresseuse pour donner plus qu'un tout petit échantillon.

     

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire
  • japan

    elvis dans le mondecleveland

    elvis dans le mondeitalie

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Blogmarks Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique